Aller au contenu

550 euros c’est le prix à payer pour reti­rer une carte de séjour d’un an !

Madame L., jeune femme Congo­laise de RDC, vient enfin d’ob­te­nir le titre de séjour auquel elle a droit en tant que mère d’une petite fille née de père français, pour une durée d’un an renou­ve­lable.


Depuis fin juin 2014, elle vit avec sa fille, juste née du 12 juin, dans une chambre d’un hôtel proche de la gare; chambre au confort réduit, aux murs moisis.


Elles béné­fi­cient d’ un suivi par une travailleuse sociale de la Croix-rouge, et d’un soutien de mili­tant(e)s DNSI pour les démarches.


Il fallut pas moins de 4 rassem­ble­ments à l’ap­pel de DNSI, devant la préfec­ture , à l’hô­pi­tal et à la Direc­tion dépar­te­men­tale de la Cohé­sion Sociale, pour obte­nir un autre héber­ge­ment à la sortie de la mater­nité que celui proposé au « 115 »: accueil d’ur­gence en dortoir , locaux vétustes, sans possi­bi­lité de cuisine, et obli­ga­tion de quit­ter les lieux entre 10 et 16h…


Grâce à ce titre de séjour elles vont pouvoir béné­fi­cier – délai d’at­tente 1 ou 2 mois ? – d’un héber­ge­ment plus adapté dans le cadre du « pôle famille » d’Au­da­cia (ancienne Entraide Sociale Poite­vine).

Pour repar­tir avec le précieux docu­ment madame L. devait verser 550€
(qui s’ajou­taient aux 50€ pour le timbre fiscal du précé­dent titre de séjour de 4 mois).
Madame L. étant dans l’in­ca­pa­cité de régler la somme, le mili­tant qui l’ac­com­pa­gnait a effec­tué l’avance.

La soli­da­rité est aussi finan­cière. Faire parve­nir les chèques à l’ordre de Yvon Plaçais21 rue de la Futaie Saint-benoît 86280avec une adresse pour le reçu…

N’ou­bliez pas
Rassem­ble­ment de soutien aux migrants et aux sans-papiers
Mercredi 7 janvier Devant le Palais de justice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *