Aller au contenu

Assem­blée consti­tu­tive d’En­semble : un vrai pas en avant !

Plus de 300 délé­gué.es venu.es de l’en­semble du terri­toire se sont réuni.es le week end des 31 janvier-1er février à Bobi­gny, en Seine-Saint-Denis, pour une « assem­blée consti­tu­tive » qui devait marquer une avan­cée dans la construc­tion de notre mouve­ment. Celles et ceux qui l’ont pu ont, la veille, parti­cipé à un passion­nant meeting inter­na­tio­nal, au cours duquel se sont notam­ment expri­més un repré­sen­tant de Pode­mos et une repré­sen­tant de Syriza, longue­ment ovation­née.

Personne n’ignore la diffi­culté de la situa­tion poli­tique et sociale dans laquelle nous nous trou­vons. D’un certain point de vue, dans un champ poli­tique en crise à gauche et à droite, Ensemble !, petite force en construc­tion, toute jeune encore, fait presque figure d’ex­cep­tion, tant en ce qui concerne les rapports entre mili­tant.es qu’une commu­nauté de vue globale en matière d’ana­lyse et d’orien­ta­tion poli­tique.

Ce n’est évidem­ment pas rien, pour un mouve­ment consti­tué de compo­santes dotées d’une forte iden­tité poli­tique, d’his­toires et d’ex­pé­riences diverses, et qui pour­tant ont construit, avec d’autres, en un peu plus d’un an, un cadre commun qui n’a rien d’un cartel et au sein duquel  lesdites compo­santes ne consti­tuent plus, globa­le­ment, des cadres d’in­ter­ven­tion poli­tique.

La discus­sion poli­tique fut riche, évidem­ment nour­rie par les récents événe­ments, la séquence des 7–11 janvier et la victoire de Syriza en Grèce.  Sur ce dernier point, les choses se sont encore accé­lé­rées depuis, avec la déci­sion inique de la BCE, dans le sens d’un affron­te­ment dont l’is­sue est déter­mi­nante pour le peuple grec, pour le rapport de forces interne à l’UE et pour l’ave­nir de la gauche radi­cale dans toute l’Eu­rope. L’ur­gence, bien sûr, et chacun.e y a insisté, se situe sur le terrain du soutien au peuple grec, à Syriza, au gouver­ne­ment, en mettant toutes nos forces dans la construc­tion du front poli­tique et social le plus large, pour le respect des choix démo­cra­tiques des Grecs et pour la rupture avec les poli­tiques d’aus­té­rité. Autre tâche de l’heure, et autre front à construire en France : après l’at­ten­tat contre Char­lie hebdo et la tuerie anti­sé­mite, après la force d’une réac­tion popu­laire globa­le­ment fondée sur des ressorts progres­sistes et à distance de tout amal­game raciste, après la montée des actes isla­mo­phobes et les dénon­cia­tions/condam­na­tions pour « apolo­gie du terro­risme », il s’agit de favo­ri­ser la construc­tion d’un large front contre tous les racismes, et de contri­buer à lancer une campagne contre les lois liber­ti­cides. Reste un débat en notre sein et plus large­ment au sein de la gauche radi­cale sur la meilleure manière de construire ce front large.

Autre aspect large­ment discuté durant celle assem­blée, les chan­tiers d’es­poir, dans lesquels Ensemble ! inves­tit ses forces, tentant loca­le­ment d’en­trai­ner les forces du Fdg, d’EELV, les asso­cia­tions, syndi­cats, plus large­ment toutes celles et ceux qui jugent fonda­men­tal de construire une alter­na­tive de gauche à la poli­tique aujourd’­hui menée par le gouver­ne­ment, qui appau­vrit, broie et déses­père la majo­rité de la popu­la­tion et favo­rise la montée du FN. Les délé­gué.es ont appré­cié posi­ti­ve­ment le fait que les choses avancent, avec la sortie de l’ap­pel natio­nal, déjà signé par 3000 personnes, et les premières initia­tives prévues. Restent deux préoc­cu­pa­tions liées, celle de faire en sorte qu’il ne s’agisse pas seule­ment d’un cartel, d’une nouvelle union de partis, et celle de l’im­pé­ra­tif renou­vel­le­ment des pratiques poli­tiques.  Sans oublier la néces­sité d’avan­cer sur le fond des propo­si­tions que nous pour­rions porter en commun.

D’autres ques­tions ont été évoquées, la situa­tion inter­na­tio­nale, et notam­ment la Syrie, mais aussi le nucléaire et les possi­bi­li­tés d’avan­cer  sur ce thème, dans la société, et dans le Fdg …

La COP 21 a fait l’objet d’une discus­sion en tant que telle, tant les enjeux sont majeurs et tant il convient que chacun.e se les appro­prie. C’est de ce proces­sus que rend compte le texte adopté par l’as­sem­blée.

Outre la discus­sion poli­tique, puisque l’as­sem­blée voulait marquer un pas en avant dans la construc­tion de notre mouve­ment, il a égale­ment été ques­tion de son fonc­tion­ne­ment. Les collec­tifs locaux avaient large­ment débattu d’un texte dont la première version avait été diffu­sée au mois de novembre. La discus­sion du week end fut donc à la mesure de cet inves­tis­se­ment, riche, passion­née et passion­nante. Elle a permis d’avan­cer sur une série de points, en restant à des formules de compro­mis et d’équi­libre sur d’autres, à propos desquels le consen­sus doit conti­nuer à se construire. Le fonc­tion­ne­ment acté demeure donc tran­si­toire, inscrit dans un proces­sus de construc­tion d’un mouve­ment en deve­nir… qui a voca­tion à se dépas­ser lui-même !

Ingrid Hayes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *