Aller au contenu

Chro­nique mili­tante pas très joyeuse mais à parta­ger large­ment

Un témoi­gnage des jeunes écolo­gistes de Poitiers

Le mardi 25 novembre au soir, pour clôtu­rer la semaine natio­nale contre le gaspillage, nous étions cinq mili­tants des jeunes écolo­gistes de Poitiers à vouloir faire une petite soirée d’ac­tion. Au programme : dessins à la craie au sol, action anti-pub (post-it) et tags en mousse. Notre chemin nous a mené près des Corde­liers – centre commer­cial du centre-ville de Poitiers –, et nous avons voulu, devant l’en­trée du centre (sous un porche), faire un dessin à la craie. Nous avons repré­senté de l’herbe avec des fleurs, un papillon et une cocci­nelle sous une inscrip­tion : « Sous les pavés, la terre ». Sur la partie basse d’un des murs, nous avons égale­ment commencé à écrire avec notre pein­ture natu­relle et biodé­gra­dable un slogan : « Faîtes l’amour, pas les soldes ».
Nous avons été alors inter­cep­tés par le service de sécu­rité des Corde­liers, qui nous a fait rentrer dans leur local. Sans discus­sion possible, ils ont appelé la police et nous avons vu cinq poli­ciers arri­ver. Ces derniers ont alors pris la main et débuté un « échange », qui n’en fût pas un.
Nous sommes de bout en bout restés polis, avons répondu aux ques­tions qui nous étaient posées et conve­nus que nous allions nettoyer les dessins. Mais nous avons senti une grande hosti­lité et un certain mépris de la part des poli­ciers, une réelle envie de nous infan­ti­li­ser :
« On va s’oc­cu­per des gamins, les parents doivent s’inquié­ter » lorsqu’ils sont arri­vés.
Voici quelques bribes des échanges :
– Ah la ZAD… (avec un certain dédain, en trou­vant un pin’s de la ZAD lorsqu’ils ont fouillé nos sac). Plus que de commen­ter chacun des pin’s présents sur un sac, un agenda a égale­ment été inspecté.
– Frotte !! (a bruta­le­ment ordonné un poli­cier à l’un de nos mili­tants alors qu’il était en train de nettoyer le dessin à la craie, à terre, sans rien dire. Propos vrai­sem­bla­ble­ment accom­pa­gné par un geste agres­sif).
– Vous êtes inso­lente et arro­gante ! (a crié l’un des poli­ciers à une adhé­rente sans raison).
– Vous n’êtes pas des citoyens, vous êtes des hors-la-loi là.
– Faut arrê­ter de croire dans la vie!
– Ce que vous faîtes, la vie vous le rendra. Ça se retour­nera contre vous.
Un plus long :
– Unicité (sur un pull)? C’est quoi ça?
– C’est le nom des services civiques.
– Ah bah vous devriez connaître le nettoya­ge…

Pour conclure : il semble qu’en effet, l’ac­tion en elle même peut poser problème, sachant que le centre commer­cial est un lieu privé. Mais malgré cela, rien ne justi­fiait un tel type d’échange. Nous nous répé­tons, mais nous sommes restés polis, avons dis merci lorsqu’ils nous ont lais­sés repar­tir… Pour nous, cela pose de graves problèmes d’ex­pres­sion dans une société démo­cra­tique, et d’éga­lité entre les citoyens. D’une part, notre action était civique et esthé­tique, à l’exact opposé de la dégra­da­tion. Civique car biodé­gra­dable et minime (peu d’es­pace utilisé, messages non agres­sifs…). Esthé­tique car origi­nale et colo­rée. Les gens qui nous voyaient dessi­ner avec nos craies étaient agréa­ble­ment surpris, voir même contents de voir que des jeunes ont des initia­tives d’ex­pres­sion parti­cu­lières. Au contraire, lors de l’échange avec les poli­ciers, nous avons eu l’im­pres­sion d’être dès le début des « enne­mis », comme si il y avait une guerre entre mili­tants de gauche et poli­ciers. Nous persis­tons à penser que ça n’est pas le cas. Avant toute chose nous sommes des citoyens, nous devons nous écou­ter et nous respec­ter. Cela n’a pas été le cas et nous pensons qu’il y a eu abus. Rien ne néces­si­tait ces juge­ments de valeurs, l’in­fan­ti­li­sa­tion et le mépris. Il y avait vrai­sem­bla­ble­ment la volonté de nous inti­mi­der. Nous pensons que le rôle des poli­ciers doit être plus celui de la préven­tion, et surtout doit demeu­rer dans le domaine du droit. De plus, alors qu’il est ques­tion de crise de la démo­cra­tie, de désin­té­res­se­ment des jeunes à la poli­tique, nous nous rendons bruta­le­ment compte que l’ex­pres­sion est répri­man­dable. Comment s’ex­pri­mer si même avec des craies ou des mousses végé­tales biodé­gra­dables, sans ne rien abîmer, nous sommes condam­nables? Comment l’image de la police peut elle être réha­bi­li­tée lorsque des échanges de ce type se déroulent? Lorsqu’ils semblent consi­dé­rer les autres citoyens comme des enne­mis poten­tiels? Loin de ce qui est dit dans les médias tradi­tion­nels, des abus et des provo­ca­tions sont commis par les forces de l’ordre, comme ceux que nous avons vécu l’autre jour. Ce sont ces abus qui peuvent malheu­reu­se­ment provoquer des cas de violence, qui peuvent finir tragique­ment, comme on le sait encore plus aujourd’­hui.
Une fois de plus, il semble que ce sont des inté­rêts privés qui sont défen­dus. Les seuls à avoir le droit de s’ex­pri­mer dans la rue seraient les publi­cistes, et cela dans leur inté­rêt propre. Quand il s’agit de l’in­té­rêt des citoyens, de leurs droits à s’ex­pri­mer, les restric­tions sont immenses. Et tout cela est enca­dré par le droit.
Nous avons compris la leçon. Nous ne dessi­ne­rons plus à la craie devant les Corde­liers. Mais nous conti­nue­rons à essayer de verdir léga­le­ment la ville et de propo­ser aux citoyens une alter­na­tive poli­tique à travers ce type d’ac­tion. N’ou­blions pas que le mouve­ment des jeunes écolo­gistes est carac­té­risé par son paci­fisme, son envie de débattre, le respect et la léga­lité de ces actions.

3 réflexions au sujet de « Chro­nique mili­tante pas très joyeuse mais à parta­ger large­ment »

  1. pascal b dit :

    D’autres jeunes aussi sont l’objet de l’attention très rapprochée de la police, ici comme ailleurs.

    Oui, il y a une volonté d’intimidation des jeunes, même armés d’une simple  craie, depuis des années, à Poitiers comme ailleurs, de la part de ce gouvernement néolibéral comme de la part de celui qui le précéda. Oui, la liberté d’expression est un ennemi pour les néolibéraux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *