Aller au contenu

Commu­niqué de Ensemble! Vive la France de Danièle Obono – Nique la France du racisme. | Ensemble

Danièle Obono, juste élue dépu­tée de France insou­mise à Paris, vient de faire l’objet d’une campagne raciste contre cette femme née au Gabon. Voici le commu­niqué natio­nal d’En­semble! suivi de deux liens utiles.

Qu’ajou­ter? Juste ceci: « vive l’In­ter­na­tio­nale! ».

« Danièle Obono, nouvelle dépu­tée de France Insou­mise, vient de faire l’objet sur RMC d’une opéra­tion indigne : les anima­teurs de l’émis­sion « Les Grandes Gueules » l’ont en effet sommée de dire devant leurs micros : « Vive la France ! » La raison : elle avait, en 2012, signé une péti­tion – égale­ment signée par Clémen­tine Autain, Eric Coque­rel, Noël Mamère, Eva Joly, Olivier Besan­ce­not et de nombreuses autres person­na­li­tés – en soutien au chan­teur Saïdou, du groupe ZEP et au socio­logue Saïd Boua­mama, pour­sui­vis par une offi­cine d’ex­trême-droite pour « racisme anti-Français », accu­sa­tion dont ils ont été relaxés par les tribu­naux.

Pour Ensemble ! dire ou ne pas dire « Vive la France ! » ne saurait faire l’objet d’au­cune injonc­tion. Vive quelle France ? Nous nous réser­vons, en tant qu’in­ter­na­tio­na­listes, de ne pas bana­li­ser un slogan qui char­rie entre autres les atro­ci­tés du natio­na­lisme guer­rier, du colo­nia­lisme destruc­teur, et du chau­vi­nisme faisant diver­sion aux combats éman­ci­pa­teurs. Nous refu­sons cette injonc­tion à nous mettre en rang derrière une armée française qui occupe et pille ou à soute­nir sage­ment une poli­tique qui cherche à main­te­nir les peuples sous la domi­na­tion impé­ria­liste et néoco­lo­nia­liste des états occi­den­taux.

Nous tenons aussi à dénon­cer le carac­tère raciste de cette opéra­tion, qui fait suite à une campagne dans le même sens sur certains sites d’ex­trême-droite et relayée sur les réseaux sociaux. Aucun-e des autres signa­taires de cette péti­tion en faveur de la liberté d’ex­pres­sion n’a été confronté-e à ce type d’injonc­tion parce qu’ils et elles étaient pour la plupart blanc-he-s. Mais Danièle Obono est une femme noire à qui l’on a tenu à rappe­ler que, née au Gabon elle devait être éter­nel­le­ment rede­vable à la Répu­blique et qu’elle ne devait pas être ingrate. Il fallait remettre « à sa place » sur une base natio­na­liste et raciste une franco-afri­caine ayant fait le choix de ne pas se taire, et de s’en­ga­ger plei­ne­ment contre les injus­tices sociales et le racisme alimenté par les poli­tiques de l’Etat français. La première offen­sive contre les élus de la gauche anti-austé­rité après les légis­la­tives se fait donc sur le terrain du racisme.

Avec Danielle Obono, nous savons que la gauche debout peut comp­ter sur une mili­tante infa­ti­gable du droit des femmes, des mino­ri­tés et de la liberté d’ex­pres­sion. Toute sa trajec­toire parle pour elle.

Ensemble ! apporte à Danièle Obono toute sa soli­da­rité, et dénonce la chasse aux sorcières qui vise à la décré­di­bi­li­ser, comme mili­tante et comme parle­men­taire.

Le 22 juin 2017 Pour en savoir plus

http://www.libe­ra­tion.fr/france/2017/06/22/de-quel-droit-somme-t-on-daniele-obono-de-crier-vive-la-france_1578755

http://gilles-houdouin.ekla­blog.com/vive-notre-france-a130554104