Aller au contenu

Débat sur les élec­tions dépar­te­men­tales : une suite

Une réponse person­nelle de Yves Jamain à un article précedent

Réponse à ce texte

 

Cette conver­gence de vue me remplit de joie et de bonne humeur… à une nuance près : la défor­ma­tion (habi­tuelle mais horri­pi­lante) du choix du PCF aux muni­ci­pales tel qu’il est présenté dans ce texte… je cite : « Malheu­reu­se­ment nos cama­rades du PCF de Poitiers avaient préféré à l’époque partir avec le PS ». C’est une vision défor­mée la réalité, qui a je le comprends bien l’avan­tage de reje­ter la respon­sa­bi­lité sur le PCF. Une formu­la­tion honnête aurait été « malheu­reu­se­ment un accord n’a pas été possible pour les muni­ci­pales. »

En effet, les commu­nistes de Poitiers ne préfé­raient pas « partir avec le PS », puisqu’ils avaient voté pour se présen­ter avec le Front de gauche à ces muni­ci­pales, avec l’objec­tif d’un groupe FdG le plus fort possible au sein de la muni­ci­pa­lité. Nos parte­naires n’ont pas voulu de cet objec­tif, l’ac­cord a été impos­sible. Plus préci­sé­ment ça a bloqué essen­tiel­le­ment sur deux points que défen­daient le PCF, confor­mé­ment au mandat donné par ses adhé­rents, et refu­sés par nos parte­naire d’En­semble et du PG :

1 – Appe­ler à une AG du FdG de Poitiers tout de suite pour discu­ter et vali­der la ligne poli­tique avec tous les amis et mili­tants du FdG.

2 – Envi­sa­ger de négo­cier entre les deux tours avec la ou les autres listes (de gauche), en vue d’ob­te­nir, si possible, un accord poli­tique pour le second tour, ceci afin de mettre en œuvre un maxi­mum des propo­si­tions de notre programme.

Ce qui serait bon pour le rassem­ble­ment, c’est de cesser de refaire l’his­toire et de régler des comptes. L’at­ti­tude rassem­bleuse, commence par le respect et l’hon­nê­teté. Pour sa part, le PCF ne se permet­tra jamais de faire des procès aux autres forma­tions poten­tiel­le­ment « parte­naires » car il ne souhaite pas insul­ter l’ave­nir…

Par ailleurs, je pense que le résul­tats des muni­ci­pales nous a montré que l’offre poli­tique du PCF pour les muni­ci­pales avait toute sa perti­nence, car il aurait certai­ne­ment rassem­blé large, permis d’avoir un très bon résul­tat au premier tour, ce qui pouvait permettre un rapport de force tout autre que celui qui existe au sein de l’ac­tuel conseil muni­ci­pal.

Peut-être ai-je tord, pour autant ce point de vue est à mon sens respec­table.

Une réflexion au sujet de « Débat sur les élec­tions dépar­te­men­tales : une suite »

  1. pascal b dit :

    Je me réjouis que nous soyons si nombreux à nous réjouir de dénoncer de concert la politique du gouvernement et du PS, aujourd’hui et pour les mois qui viennent. C’est l’essentiel, je crois.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *