Aller au contenu

Esclaves nigé­rianes ?

À Poitiers il y a nigé­rianes et … nigé­rianes

Il est plus facile de placar­der sur la façade de la mairie un appel pour  la libé­ra­tion des jeunes nigé­rianes, dont l’ef­fet est à usage interne,  que de lutter contre contre l’es­cla­vage sexuel des pros­ti­tuées  nigé­rianes présentes à Poitiers comme dans d’autres villes, victimes  d’une traite orga­ni­sée, harce­lées par la police. Loca­le­ment on ne peut  rien faire pour les jeunes filles kidnap­pées au nord du Nige­ria.

Par contre, comment lutter contre cette forme d’es­cla­vage qui poussent ces  centaines de jeunes filles afri­caines à se pros­ti­tuer en Europe ? Et  comment faire surtout pour éviter que la seule réponse soit poli­cière et  se retourne donc sur les victimes de cette traite ?
Yves Judde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *