Aller au contenu

Faire de Marwan Barghouti un citoyen d’hon­neur de Poitiers

Lettre au maire et aux élus de la ville de Poitiers signée par les élu.es et les orga­ni­sa­tions suivantes : Jeunes Commu­nistes de la Vienne, Section de Poitiers du Parti Commu­niste Français, Groupe de Poitiers d’Eu­rope Écolo­gie Les Verts, Nouveau Parti Anti­ca­pi­ta­liste de la Vienne, Ensemble 86, Parti de Gauche de la Vienne.

« Nous sommes enga­gés de longue date dans le combat pour les droits du peuple pales­ti­nien. En 2006 nous deman­dions la libé­ra­tion de Salah Hamouri, franco-pales­ti­nien empri­sonné en Israël sans procès, libéré le 18 décembre 2011. Suite à cette victoire de l’en­semble du mouve­ment progres­siste français nous avons conti­nué à sensi­bi­li­ser la popu­la­tion française sur le thème de la Pales­tine autour de deux grands axes :

  • La recon­nais­sance de l’État Pales­ti­nien et de sa souve­rai­neté pleine et entière et donc la fin de la colo­ni­sa­tion et du régime d’apar­theid.
  • La libé­ra­tion des prison­niers poli­tiques pales­ti­niens, au nombre de 5000, empri­son­nés sans procès par les tribu­naux mili­taires israé­liens.

Notre époque implique de faire vivre la soli­da­rité au-delà du seul cadre terri­to­rial de nos communes et de construire des ponts à l’échelle inter­na­tio­nale. Nombre d’as­so­cia­tions s’y engagent d’ailleurs avec brio.

Comme vous le savez sûre­ment, nous nous battons pour le respect du droit inter­na­tio­nal. Le cas de la Pales­tine est donc à ce sujet parti­cu­liè­re­ment parlant.

Il y a 60 ans, la commu­nauté inter­na­tio­nale déci­dait de l’exis­tence de 2 pays. L’oc­cu­pa­tion de terri­toires pales­ti­niens par l’état israé­lien bloque encore toute solu­tion de paix. Après de nombreuses attaques perpé­trées à l’en­contre de la popu­la­tion pales­ti­nienne et empê­chant toute construc­tion du pays de se réali­ser, la Pales­tine a été reçue en tant que membre obser­va­teur à l’ONU en 2012, faisant un pas de plus vers la recon­nais­sance sur la scène inter­na­tio­nale de ses insti­tu­tions et de ses fron­tières.

L’an­née 2014 a été décla­rée année de soli­da­rité avec la Pales­tine par l’ONU.

Le conflit n’est cepen­dant pas terminé ; bien au contraire. Hors moments de guerre ouverte, Israël entrave tous les jours la souve­rai­neté du peuple pales­ti­nien ainsi que l’au­to­rité de ses diri­geants. À l’ins­tar de Marwan Barghouti, député du Fatah et figure natio­nale, faisant consen­sus au sein des partis poli­tiques pales­ti­niens, Israël empri­sonne tous ceux qui résistent et sont porteurs d’une solu­tion juste et paci­fique basée sur deux Etats dans les fron­tières de 1967.

Pour la libé­ra­tion des prison­niers poli­tiques, la fin du mur et des check­points et la souve­rai­neté du peuple pales­ti­nien, nous pensons qu’il est impor­tant que la France fasse le choix de recon­naître l’Etat Pales­ti­nien confor­mé­ment aux enga­ge­ments du Président de la Répu­blique (n os 59 et 60).

Nos villes peuvent être des relais agis­sant de la paix, de l’échange entre les peuples comme cela a été le cas durant la mobi­li­sa­tion anti-apar­theid en Afrique du Sud. Nous vous propo­sons à cet égard plusieurs initia­tives.Nous vous propo­sons de faire de Marwan Barghouti un citoyen d’hon­neur de notre ville, comme cela est déjà le cas dans un grand nombre de communes. La recon­nais­sance de l’État pales­ti­nien ne vaut que si elle est accom­pa­gnée de condi­tions d’une paix juste et durable, dont la libé­ra­tion de tous les prison­niers (actuel­le­ment plus de 5000 personnes). La campagne de sensi­bi­li­sa­tion à la cause de Salah Hamouri, et son éléva­tion au rang de citoyen d’hon­neur dans de nombreuses villes, a permis de faire connaître ce Franco-Pales­ti­nien partout en France ainsi que l’injus­tice dont il était victime. Cela a parti­cipé à la libé­ra­tion de notre compa­triote, incar­céré pendant plus de 7 années.

Faire connaître Marwan Barghouti, c’est œuvrer pour la libé­ra­tion d’une figure natio­nale du peuple pales­ti­nien et donner une chance à la paix.

Nous vous propo­sons aussi, confor­mé­ment à l’idéal poite­vin de soli­da­rité et de partage cultu­rel que notre ville entre en lien avec une ville pales­ti­nienne afin de consti­tuer un jume­lage, une colla­bo­ra­tion cultu­relle et soli­daire.

Poitiers n’est pas sans précé­dent sur le sujet et des échanges entre écoles poite­vines et pales­ti­niennes ont déjà été menés.

Veuillez, Monsieur le Maire, Mesdames Messieurs les élu-e-s, agréer nos salu­ta­tions distin­guées. »

signataire-marwan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *