Aller au contenu

Exigeons immé­dia­te­ment la fin de l’agres­sion israé­lienne et du blocus de Gaza !

 

Agis­sons pour le droit du peuple pales­ti­nien à un Etat souve­rain !

Mani­fes­tons samedi 9 août !

Le Front de gauche se féli­cite de l’ar­rêt des bombar­de­ments crimi­nels de l’Etat d’Is­raël sur la bande de Gaza, mais la plus grande vigi­lance s’im­pose. Cette situa­tion doit être mise à profit pour renfor­cer encore le mouve­ment de soli­da­rité autour du peuple pales­ti­nien pour créer les condi­tions d’un cessez le feu et d’une paix durable dans cette région du monde.

Depuis 7 ans, le peuple pales­ti­nien à Gaza, est soumis à un blocus inac­cep­table et soumis à des agres­sions barbares de l’état colo­nia­liste israé­lien, qui viole impu­né­ment le droit inter­na­tio­nal et qui ne respecte aucune des réso­lu­tions de l’ONU depuis 1948.

Depuis le 8 juillet, les écoles (y compris celles admi­nis­trées par l’ONU et accueillant des réfu­giés pales­ti­niens au sein de leur propre pays), les marchés, les hôpi­taux ont été l’objet de bombar­de­ments quoti­diens, la seule centrale élec­trique de Gaza a été mise hors d’état de fonc­tion­ner et les victimes civiles se sont multi­pliées (75% des morts).

Israël cherche en fait à rendre impos­sible l’éta­blis­se­ment d’une paix durable, en tentant en parti­cu­lier d’em­pê­cher la consti­tu­tion d’un gouver­ne­ment pales­ti­nien d’union natio­nale.

Le gouver­ne­ment français qui s’est constam­ment aligné sur la posi­tion du gouver­ne­ment d’Is­raël s’est rendu complice des crimes de guerre de cet état. Il a tenté tout récem­ment de faire croire qu’il s’in­sur­geait contre les massacres de popu­la­tions civiles alors que ceux-ci durent depuis le début du conflit.

François Hollande a parlé d’agir mais n’a demandé aucune sanc­tion à l’égard d’un état qui viole le droit inter­na­tio­nal alors que dans le même temps des sanc­tions à l’égard de la Russie ont été prises. Pire, le gouver­ne­ment a tenté de trans­for­mer, aux yeux de l’opi­nion publique, les mouve­ments de soli­da­ri­tés avec la Pales­tine en mani­fes­ta­tions anti­sé­mites. Il a même stig­ma­tisé la jeunesse des quar­tiers popu­laires.

Le Front de gauche dénonce ces tenta­tives de crimi­na­li­sa­tion du mouve­ment de soli­da­rité et demande l’ar­rêt des pour­suites enga­gées contre Alain Pojo­lat, membre du NPA, pour avoir, malgré l’in­ter­dic­tion de la préfec­ture de police, conti­nué à appe­ler à mani­fes­ter en soli­da­rité avec le peuple pales­ti­nien comme l’en­semble des orga­ni­sa­tions qui appe­laient à cette mani­fes­ta­tion.

Dans le même temps, le gouver­ne­ment laisse faire la Ligue de défense juive, grou­pus­cule d’ex­trême droite raciste et violent.

Il serait temps que le gouver­ne­ment retrouve la voie tradi­tion­nelle de la France en faveur d’une diplo­ma­tie de soutien à l’égard de la Pales­tine et d’une paix juste et durable permet­tant de garan­tir la sécu­rité de tous les peuples de la région.

Le Front de gauche parti­cipe aux mobi­li­sa­tions de soutien au peuple pales­ti­nien et se féli­cite de la soli­da­rité qui s’ex­prime dans tout le pays et dans le monde. Il appelle toute la gauche à réagir, et toutes les personnes éprises de paix et de justice à pour­suivre leur mobi­li­sa­tion. Il faut rompre l’iso­le­ment dont souffrent les pales­ti­niens au plan inter­na­tio­nal à l’ex­cep­tion de quelques actes diplo­ma­tiques justes de plusieurs pays d’Amé­rique latine.

Il n’y aura pas de cessez le feu durable sur la base du statu quo. Une paix juste et durable appelle la levée du blocus de gaza, le retrait des troupes Israé­liennes des terri­toires occu­pés illé­ga­le­ment, la libé­ra­tion des prison­niers pales­ti­niens et notam­ment de Marwan Bargou­thi, et la recon­nais­sance d’un état pales­ti­nien souve­rain dans les fron­tières de 1967 avec Jéru­sa­lem est comme capi­tale.

Le Front de gauche appelle :

– à mani­fes­ter samedi 9 août avec le Collec­tif natio­nal pour une paix juste et durable entre Israé­liens et Pales­ti­niens.

–  à exiger du gouver­ne­ment français qu’il agisse pour que des sanc­tions soient prises au plan commer­cial avec Israël en France et en Europe qui doit rompre les accords d’as­so­cia­tion avec l’Etat d’Is­rael

–  à faire signer l’Ap­pel lancé par 100 person­na­li­tés euro­péennes et françaises à mettre sous protec­tion inter­na­tio­nale le peuple pales­ti­nien, et qui a recueilli à ce jour près de 30 000 signa­tures ;

– à déve­lop­per des initia­tives locales : rassem­ble­ments, délé­ga­tions en préfec­ture et auprès des auto­ri­tés

Paris, le 6 août 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *