Aller au contenu

Inter­mit­tent.es : POURQUOI LA LUTTE CONTINUE …

Commu­niqué d ela CGT spec­tacle du 02/07/14 pour une action natio­nale décli­née en région le 04 juillet

« POURQUOI LA LUTTE CONTINUE …
Tout l’été et (au moins) jusqu’à fin 2014 !

Le gouver­ne­ment a agréé la conven­tion d’as­su­rance chômage qui pren­dra effet au 1er juillet.

Dans le même temps, il a confié à trois person­na­li­tés l’or­ga­ni­sa­tion d’une concer­ta­tion pour réfor­mer le régime des sala­riés inter­mit­tents du spec­tacle (annexes 8 et 10) et suspendu, le temps de la discus­sion, l’ap­pli­ca­tion du différé d’in­dem­ni­sa­tion issu de l’ac­cord du 22 mars. La surco­ti­sa­tion appliquée aux seules annexes 8 et 10 va peser sur les rému­né­ra­tions nettes de 1 à 2 %.

Nous sommes au milieu du gué : d’un côté le texte, à part ce différé, s’ap­plique plei­ne­ment au 1er juillet à tous les privés d’em­ploi, donc avec des écono­mies dras­tiques sur le dos de tous les chômeurs, de l’autre, la mobi­li­sa­tion a contraint le gouver­ne­ment à s’en­ga­ger sur la possi­bi­lité d’une autre réforme des annexes 8 et 10, et au passage l’a aussi obligé à renon­cer pour les 3 prochaines années à des coupes supplé­men­taires sur  la partie du budget consa­crée au spec­tacle vivant.

Nous n’avons pas changé d’avis. Il faut obte­nir l’an­nu­la­tion l’ac­cord du 22 mars et l’agré­ment de la conven­tion qui en découle. Pour ce faire, la Cgt a intro­duit un recours au TGI de Paris et selon la réponse, saisira le Conseil d’Etat. Dans le même temps, nous conti­nuons de lutter au côté des autres orga­ni­sa­tions Cgt (Union syndi­cale de l’In­té­rim, Ugict, Comité de chômeurs…) et dans le mouve­ment unitaire pour impo­ser une rené­go­cia­tion.

Contrai­re­ment aux annonces incan­ta­toires du gouver­ne­ment qui voudrait voir cesser le puis­sant mouve­ment de contes­ta­tion, nous main­te­nons nos appels à la grève, avec des temps forts tout l’été partout en France, et notam­ment dès le 4 juillet, jour d’ou­ver­ture du Festi­val d’Avi­gnon.

Mais la mobi­li­sa­tion ne peut s’ar­rê­ter là.

Pour obte­nir que nos propo­si­tions soient prises en compte, nous appe­lons les profes­sion­nel-le-s à utili­ser toutes les formes de mobi­li­sa­tion jusqu’à la fin de la concer­ta­tion en décembre 2014 : grèves, mani­fes­ta­tions, inter­pel­la­tion du public, débats …

La lettre de mission à Hortense Archam­bault, Jean-Patrick Gille et Jean-Denis Combrexelle flèche vers l’exa­men de nos propo­si­tions  et exclut la créa­tion de la caisse auto­nome.

Mais « concer­ta­tion n’est pas négo­cia­tion » : ou bien un avenant à la conven­tion intègre  nos propo­si­tions (ad minima, celles du comité de suivi), ou bien nous en appel­le­rons à l’exé­cu­tif et au Parle­ment pour qu’ils prennent les dispo­si­tions régle­men­taires et légis­la­tives néces­saires.

La seule garan­tie que nos propo­si­tions soient prises en compte, c’est la pour­suite de la mobi­li­sa­tion dans l’unité du mouve­ment.

Le seul moyen de main­te­nir le rapport de forces pendant plusieurs mois est de mobi­li­ser avec des temps forts, dont des grèves votées par les artistes et tech­ni­ciens sur leurs lieux de travail. C’est effec­ti­ve­ment l’arme la plus impor­tante dont disposent les sala­riés du spec­tacle pour faire bouger les lignes !

 

En Poitou-Charentes , nous appe­lons à rassem­ble­ments, le 4 juillet 2014:

 

– à 18h00, Brioux sur Boutonne pour l’inau­gu­ra­tion du  » Festi­val au Village » avec la présence de :

Delphine Bateau, dépu­tée PS des Deux-Sèvres et ancienne ministre de Mr Hollande ; Eric Gautier, president PS du Conseil Géné­ral des Deux-Sèvres ; Pierre Lambert Préfet des Deux-Sèvres…

à 19h00, La Rochelle, au pied de la tour de la chaine pour une marche lente et silen­cieuse, habillés de noir. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *