Aller au contenu

Invi­ta­tion à un essai de bilan d’In­ven­tons

Une contri­bu­tion person­nelle sur les débuts de « Inven­tons la Vienne écolo­gique et soli­daire » au niveau dépar­te­men­tal

Début novembre 2014 se sont réuni.es les repré­sen­tant.es des cinq orga­ni­sa­tions de la Vienne : EELV, PCF, PG, NPA et Ensemble!, ce qu’on appel­le­rait par la suite la « coor­di­na­tion ». Dès le départ pesait les déchi­rures des muni­ci­pales de la capi­tale régio­nale Poitiers qui avait vu le PCF rejoindre le PS alors que les autres compo­santes formaient la liste alter­na­tive Osons Poitiers.  Ce ne serait donc pas des négo­cia­tions FDG/EELV/NPA mais bien à cinq orga­ni­sa­tions.

 

 

Au début était la méthode

 

Les premières négo­cia­tions portèrent sur la méthode. Elle a rapi­de­ment été trou­vée : il s’agit de faire un programme et tout le monde, indi­vi­dus comme orga­ni­sa­tions, encarté.es ou non, pour­raient parti­ci­per à l’avan­ture sur la base de cet accord program­ma­tique. Cela offre l’avan­tage de faire primer le message et les propo­si­tions (le programme) plutôt que la déli­mi­ta­tion des appa­reils (avec le PS ou sans?). C’est d’ailleurs cette méthode que repren­dra  Ensemble ! Pour les prochaines échéances élec­to­rales (Régio­nales) et pour les Chan­tiers de l’Es­poir.

Un texte a été travaillé, mot par mot, sur vidéo projec­teur, jusqu’à accord complet. À la fin nous avons constaté , qu’il n’était pas le plus petit déno­mi­na­teur commun entre orga­ni­sa­tions poli­tiques. Les accords étaient bien plus profonds entre nos orga­ni­sa­tions que certain.es ne pouvaient l’en­vi­sa­ger au départ, tant sur les propo­si­tions démo­cra­tiques, sociales et écolo­giques que sur l’ou­ver­ture de la démarche aux citoyen.nes. Il suffit de le lire pour comprendre pourquoi Ensemble!86 le quali­fiait alors « d’en­thou­sias­mant ».

 

 

Un programme

 

Avant de rendre public cet appel il fallait véri­fier si ce programme tracé à grands traits se véri­fiait dans le détail. Il n’y a pas eu vrai­ment de point de tension grave, d’élé­ment program­ma­tique qui fasse blocage hormis la nature de la réforme de l’État : suppres­sion des dépar­te­ment ? Qui des grandes Régions ? De l’in­ter­com­mu­na­lité?  L’ac­cord se fit sur la néces­sité d’un débat démo­cra­tique réel dans la popu­la­tion qui, quelque soit l’éche­lon, doit déci­der. Accord égale­ment sur l’obli­ga­tion de ne pas rogner sur le social.

Même le nom «  Inven­tons la Vienne écolo­gique et soli­daire » fut trouvé rapi­de­ment. Le champ d’ac­tion du dépar­te­ment n’est pas très vaste. Il porte essen­tiel­le­ment sur le social où le consen­sus fut facile à trou­ver pour nos cinq orga­ni­sa­tions. Il ne faut pour­tant pas mini­mi­ser ce consen­sus entre nous sur le terrain du social. C’est un socle essen­tiel pour enga­ger la bataille contre le rouleau compres­seur de l’aus­té­rité de l’Union euro­péenne et pour propo­ser une alter­na­tive écolo­gique et soli­daire.

 

 

Des tensions ?

 

Il y a bien eu nombre de tensions mais – nous avions connu ça aux débuts d’Osons – cela venait souvent du voca­bu­laire diffé­rent et de préju­gés anciens. Ensemble!86 qui fait parti à la fois du Front de Gauche et de Osons se féli­cite d’avoir servi parfois de traduc­teur. La confiance et l’écoute, ça se construit dans la durée.

Le NPA86 s’est retiré au dernier moment  sans doute coincé entre une ligne natio­nale plutôt sectaire et son manque de compré­hen­sion que quelque chose change au PCF.

Un épisode compliqué fut la crise interne d’EELV dont la section nord Vienne, conduite par sa dépu­tée V. Masson­neau, a rejoint les candi­da­tures du PS dans les 4 cantons de Châtel­le­rault.

Des gages d’un enga­ge­ment à construire du neuf furent donnés. Les candi­dat.es Inven­tons ne pouvaient pas faire partie d’exé­cu­tifs domi­nés par le Parti Socia­liste. Cela a concerné les deux élu.es EELV à la Région et les 5 élu.es PCF à la Mairie de Poitiers.

Il restait le cas du canton de l’Isle Jour­dain où la maire de Queaux, mili­tante du Front de Gauche, avait impo­sée un binôme avec le sortant socia­liste. Fina­le­ment, il y aurait une candi­da­ture Inven­tons là bas aussi. Le message qu’une autre gauche était possible serait porté sur tous les cantons du dépar­te­ment.

 

 

C’est parti !

 

Après une confé­rence de presse qui a publiée notre démarche, chaque canton et chaque orga­ni­sa­tion s’est mobi­lisé.  Cons­ti­tu­tion d’une équipe de campagne par canton, recherche de candi­da­tures d’ha­bi­tant.es du canton, écri­ture de la « profes­sion de foi »  lais­sée à l’ap­pré­cia­tion des équipes canto­nales. On a assisté à une vraie campagne de terrain, mélan­geant les mili­tant.es des orga­ni­sa­tions diffé­rentes mais aussi les encarté.es et les non encarté.es.  On s’est aperçu égale­ment que les équipes des cantons se copiaient allè­gre­ment dans les propo­si­tions concrètes pour plus de démo­cra­tie, de social et d’éco­lo­gie.  Lors du meeting dépar­te­men­tal de lance­ment le 19 février 2015 on notait déjà que c’était l’en­thou­siasme qui primait. Notre pari initial était confirmé.  Le titre que nous avions choisi pour notre appel dépar­te­men­tal résu­maient bien le senti­ment géné­ral : enfin !

 

 

Et main­te­nant ?

 

Puis il y eu la campagne. D’autres en témoi­gne­ront. D’autres parle­ront de nos résul­tats.

La situa­tion aujourd’­hui n’est pas des plus rose. Au niveau poli­tique dominent la montée du FN, la victoire écra­sante de la droite, un gouver­ne­ment Hollande/Valls de combat contre les sala­rié.es et l’en­vi­ron­ne­ment, une absten­tion et une méfiance massive envers la poli­tique, une Union euro­péenne agres­seuse de l’al­ter­na­tive grecque, un monde en guerre conta­miné par les idéo­lo­gies de la préfé­rence reli­gieuse et de la préfé­rence natio­nale. Au niveau social, la machine à détri­co­ter les avan­cées sociales tourne à plein régime avec son cortège de souf­frances. L’ur­gence écolo­gique est niée dans son ampleur. Le racisme y compris d’État grimpe. Nos lecteurs et lectri­cesde ce site connaissent tout ça par cœur.

En un mot comme en cent :  il reste à chan­ger ce monde.

Mais aujourd’­hui, dans la Vienne, avec « Inven­tons la Vienne écolo­gique et soli­daire« , une fenêtre s’est ouverte pour parti­ci­per à la construc­tion d’un Syriza à la française.

Enfin !

De l’air !

 

Pascal Canaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *