Aller au contenu

Le congrès du PS à Poitiers: ce fut trop court!

Le congrès du PS fut de l’avis unanime un moment où les profes­sion­nels du PS sont venus, de toute la France,en villé­gia­ture prendre un pot à Poitiers, non loin des lapins crétins qui font la gloire renou­ve­lée du Futu­ro­scope. Les hiérarques et apprenti.e.s hiérarques du PS n’avaient rien à dire, et ils ont su émettre ce message nul à la perfec­tion. Être au PS est un métier, et un congrès PS c’est un stage de cooli­tude désa­bu­sée pour ces pros.
Alors, il y avait des gens du PS en ville, et les hôte­liers et les restau­ra­teurs et les cafe­tiers de Poitiers ont été contents ; les centaines de flics qui ont quadrillé, parcouru sans relâche la ville ont été occu­pés. Ce fut une ville bien occu­pée. Quelques diri­geants locaux du PS ont souri de façon bonhomme aux jour­na­listes, et leur famille fut ravie. C’est un bilan vrai­ment très posi­tif pour quelques uns.
Les « fron­deurs » n’ont pas dit grand chose d’autre que leur amitié pour Arnaud Monte­bourg qui propose avec un banquier de dimi­nuer les impôts – dans le Jour­nal du dimanche. Que vote­ront-ils de ces lois anti­so­ciales et liber­ti­cides du gouver­ne­ment ? tout ? presque tout ? un peu moins ? Il est diffi­cile de trou­ver encore quelque inté­rêt à leurs manœuvres inter­mi­nables. Reste un député Pouria Amir­shahi qui sort du lot, comme s’il n’était pas un vrai PS ; on verra.
Manuel Valls a quitté le congrès pour aller voir en avion minis­té­riel un match de foot à Berlin; et l’on s’en offusque. Mais si Valls était resté à Berlin, ou s’il était encore à se gober­ger plus modes­te­ment avec sa cour à Poitiers, il n’au­rait pas dirigé, dès lundi, les expul­sions de migrants du 18ème arron­dis­se­ment de Paris. Il n’au­rait peut-être pas attaqué le Code du travail en servile porte-coton du MEDEF, dès mardi, en trans­for­mant les CDDs en norme.
Le congrès du PS à Poitiers aura eu cet effet béné­fique : le gouver­ne­ment aura cessé pendant trois jours ses salo­pe­ries les plus visibles. Voila pourquoi nous regret­tons que le congrès du Ps soit déjà fini ; les poite­vin.e.s auraient su suppor­ter encore quelques jours de plus le mons­trueux déploie­ment de flics, par dévoue­ment pour leurs compa­triotes, pour retar­der un peu, juste un peu, ces igno­mi­nies.

Pascal B. 9–06–2015.

Une réflexion au sujet de « Le congrès du PS à Poitiers: ce fut trop court! »

  1. pascal b dit :

    Et n’oublions pas le vote de la loi sur le renseignement, liberticide, qui est au bilan de ce début de semaine post-congrès de l’équipe des Valls et Hollande.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *