Aller au contenu

Le « Mouve­ment pour la VIe Répu­blique » ?

Le Parti de gauche et Jean-Luc Mélen­chon ont lancé un mouve­ment sur la VIe Répu­blique qui appelle une posi­tion de notre part. La posi­tion natio­nale d’En­semble!

La VIe Répu­blique fait partie de notre bagage commun [au Front de Gauche]. C’est une propo­si­tion qui a été discu­tée depuis dix ans au moins, a fait partie des axes prin­ci­paux de la campagne prési­den­tielle et prend aujourd’­hui une dimen­sion parti­cu­lière à un moment où nous sommes confronté-e-s à ce que nous analy­sons comme une crise de régime prise au sens large du terme, c’est-à-dire une crise de repré­sen­ta­tion poli­tique globale inter­ro­geant les fonde­ments mêmes de la société française.

 

Il n’y a donc aucun problème à consi­dé­rer cette propo­si­tion comme un axe majeur de recons­truc­tion d’un rapport de force dans la société et d’un nouveau projet éman­ci­pa­teur. Il reste alors deux problèmes à discu­ter :

 

  • ne pas limi­ter le projet de VIe Répu­blique à une logique de substi­tu­tion insti­tu­tion­nelle mais consi­dé­rer un proces­sus consti­tuant comme étant le produit de la mobi­li­sa­tion de la société et donc inté­grant les dimen­sions sociales et écolo­giques ; la démo­cra­tie active jusqu’au bout. Déci­der ensemble dans nos terri­toires et dans nos entre­prises ;
  • ne pas consi­dé­rer la VIe Répu­blique comme l’axe unique de recons­truc­tion d’une gauche digne de ce nom dans ce pays mais comme une des propo­si­tions permet­tant de répondre aux crises qui frappent la planète, l’Eu­rope, la France ; le combat contre l’aus­té­rité, le chômage et le préca­riat ; la tran­si­tion écolo­gique, les luttes pour l’éga­lité sont tout aussi, pour le moins, déter­mi­nantes.

Le lance­ment du mouve­ment VIe Répu­blique pose un certain nombre de problèmes dont nous avons discu­tés avec une délé­ga­tion du PG le jeudi 24 septembre.

 

  • Il est une nouvelle fois le produit d’une déci­sion unila­té­rale de la direc­tion du PG sans consul­ter en amont les autres compo­santes du Front de gauche, les autres forces qui pour­raient s’as­so­cier.
  • Dans un moment de crise du Front de gauche, il peut être inter­prété large­ment comme un contour­ne­ment de celui-ci bien que la direc­tion du PG nous ait expliqué le contraire.
  • Il s’ins­crit dans un rapport direct au peuple, dans un schéma qui pour­rait être perti­nent lorsqu’existent des mobi­li­sa­tions type « mouve­ment des indi­gnés », mais qui appa­rait plaqué sur la réalité française, bien que des mouve­ments analogues soient souhai­tables ici même.
  • Il s’ins­crit dans une vision extrê­me­ment opti­miste des rapports de force au risque de nouvelles désillu­sions.
  • Certaines décla­ra­tions qui accom­pagnent le lance­ment de l’ini­tia­tive visent à effa­cer le rapport droite/gauche ; ce qui corres­pond à un constat que nous pouvons parta­ger pour une partie de la popu­la­tion qui a décro­ché, mais dont la reven­di­ca­tion grand public est déjà préemp­tée par le FN et désor­mais par Sarkozy.

Sans parti­ci­per en tant qu’or­ga­ni­sa­tion au « Mouve­ment pour la VIe Répu­blique », nous assu­re­rons la parti­ci­pa­tion de membres de l’Équipe d’Ani­ma­tion Natio­nale d’En­semble! aux débats et aux initia­tives.

Notre démarche de rassem­ble­ment des forces poli­tiques et sociales ainsi que le déve­lop­pe­ment et redé­ploie­ment du Front de gauche consti­tuent nos prio­ri­tés. C’est dans ce cadre qu’il faut faire entendre l’exi­gence d’une VIe Répu­blique et d’une Assem­blée Cons­ti­tuante. Il ne s’agit pas de créer un mouve­ment supplé­men­taire unique­ment centré sur cette ques­tion, mais de déve­lop­per des initia­tives, des débats, des appels… qui nour­rissent la recons­truc­tion d’une alter­na­tive démo­cra­tique, sociale et écolo­gique.

Le Collec­tif Natio­nal d’En­semble!
Le 28 septembre 2014

2 réflexions au sujet de « Le « Mouve­ment pour la VIe Répu­blique » ? »

  1. Yves Mazeaud dit :

    Je suis adhérent au PG depuis son année 0, mais je considère que cette analyse de votre CN sur le M6Rep est juste. Il faut bien voir que Podemos est aujourd’hui dirigé par des intellos issus du peuple et non par des transfuges de partis en mal de conscience, ni par des responsables de partis se prétendant critiques.
    Par ailleurs, je pense que la construction d’une alternative véritable par les citoyens ne peut se faire que sur une base clarifiée dès le départ : l’indépendance par rapport au PS, c’est à dire par rapport aux militants qui ne sont pas en rupture de banc. Trop de gens se cachent et ne visent que la récupération, cherchant à isoler les éléments « concurrentiels » rapidement ciblés comme diviseurs de la gauche.

    Répondre
  2. pascal b dit :

    Merci de ton intervention. Et je suis heureux que nous soyons d’accord.

    En effet la question de l’opposition à ce gouvernement néolibéral de Hollande est commune au PG et à Ensemble. Ensemble va proposer des « assises », des rencontres décentralisées pour discuter sur des thèmes politiques à définir localement. Ce sera notre contribution à  un front de gauche renouvelé, à la construction d’un front social et politique pluraliste.

    Pour faire renaitre un peu plus d’espérance à gauche, our éviter la catastrophe annoncée.

     

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *