Aller au contenu

Mani­fes­ta­tion à Poitiers mercredi 23 juillet à 18h30, place de la mairie, en soutien au peuple de Gaza .

Voici le commu­niqué d’En­semble Sarcelles, après la mani­fes­ta­tion inter­dite de Sarcelles du 21 juillet 2014.

Pour la soli­da­rité inter­na­tio­na­liste avec le peuple pales­ti­nien, contre tous les racismes. Contre les diktats des Hollande et Valls et leur xéno­pho­bie d’État.

Le président Hollande a déclaré: « Ceux qui veulent à tout prix mani­fes­ter en assu­me­ront la respon­sa­bi­lité ». Sur Sarcelles, en nous mobi­li­sant massi­ve­ment, nous lui avons répondu : «  Ceux qui veulent à tout prix user d’un droit démo­cra­tique fonda­men­tal ne céde­ront pas à vos menaces ».

Dès 14h30, des centaines de mani­fes­tants répon­daient à l’ap­pel du « collec­tif des citoyens de Garges Sarcelles – atta­chés au droit inter­na­tio­nal », bravant ainsi l’in­ter­dic­tion main­te­nue malgré les appels nombreux qui, jusqu’au sein du PS, deman­daient au gouver­ne­ment de ne pas inter­dire des mani­fes­ta­tions de soutien au peuple pales­ti­nien..

A 15h, autour de 400 mani­fes­tants avaient rejoint le rassem­ble­ment sur le parvis derrière la gare RER Garges-Sarcelles, toléré par les auto­ri­tés, où devait être annoncé l’in­ter­dic­tion de la mani­fes­ta­tion et la tenue d’une confé­rence de presse.

L’en­semble des inter­ve­nants a rappelé l’objet de la mani­fes­ta­tion de soutien au peuple pales­ti­nien, l’in­ter­dic­tion du dérou­le­ment de celle-ci et la néces­sité de disper­sion dans le calme après les prises de parole, sans répondre aux provo­ca­tions de quelque nature que ce soit.

Autour de 15h50, un des inter­ve­nants a alors appelé à la disper­sion dans le calme, notam­ment après que le bruit courait que la LDJ (orga­ni­sa­tion sioniste extré­miste) était présente sur les lieux.

A partir de ce moment, la tension est vite montée et un mouve­ment de plusieurs jeunes s’est dirigé vers l’en­trée du marché, côté RER. Il était demandé aux personnes présentes sur le parvis de quit­ter les lieux, car ce qui se risquait de se passer ne pouvait que desser­vir la cause pour laquelle nous étions mobi­li­sés.

Le résul­tat est qu’a­près de longs moments d’af­fron­te­ments, il y a eu des dégâts impor­tants. Du mobi­lier urbain a été saccagé (poteaux d’éclai­rage publique, des abris bus, panneaux d’af­fi­chage, …etc), des voitures brulées, des poubelles déver­sées sur la voie publique, ce qui n’aide en rien à la construc­tion d’une large mobi­li­sa­tion et que la colère contre ce qui se passe à Gaza, comme l’at­ti­tude du gouver­ne­ment français, ne peuvent suffire à justi­fier. Dans le même temps, il y a eu aussi des attaques de nature anti­sé­mite contre certains maga­sins, ce que nous condam­nons tota­le­ment.

Nous ne nous recon­nais­sons pas dans les violences urbaines qui ont eu lieu à Sarcelles, en marge du rassem­ble­ment paci­fique. Nous condam­nons les agres­sions des personnes.

Nous mili­tons contre le racisme et l’an­ti­sé­mi­tisme et nous ne pouvons qu’être extrê­me­ment fermes contre ces gangrènes qui n’ont pas de place dans notre société.

Nous reste­rons mobi­li­sés, pour l’ar­rêt immé­diat des attaques meur­trières israé­liennes et pour l’ap­pli­ca­tion du droit inter­na­tio­nal au profit du peuple pales­ti­nien.

Le 21 juillet 2014.

 

2 réflexions au sujet de « Mani­fes­ta­tion à Poitiers mercredi 23 juillet à 18h30, place de la mairie, en soutien au peuple de Gaza . »

  1. pascal b dit :

    Une manifestation avec près de 400 personnes en soutien à la population palestinienne à Poitiers!

    Alors qu’aucun incident n’avait eu lieu, plusieurs personnes ont été convoquées et entendues au motif que le rassemblement n’avait pas été déclaré. Dont un camarade d’Ensemble connu pour sa participation aux activités du collectif « D’ailleurs nous sommes d’ici ».

    Les organisateurs ne peuvent que s’interroger sur les raisons qui ont conduit la police à une telle action alors que le rassemblement, voulu pacifique, encadré par un service d’ordre, n’a donné lieu à aucun incident, et d’autant qu’il est de tradition à Poitiers que les rassemblements ne fassent pas l’objet d’une déclaration préalable.
    Après les interdictions des manifestations de Paris et de Sarcelles, des arrestations arbitraires se multiplient. Ensemble avec les autres organisations parties prenantes de cette manifestation est vigilante quant à ces attaques contre les libertés publiques.

    Appellaient à cette manifestation:
    le Comité poitevin Palestine, la CGT 86,La CIMADE Poitiers, Ensemble, EE-LV, MJCF 86, le NPA, le PG, le PCF 86, le POI.

    Répondre
  2. pascal b dit :

    Communiqué de Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire, le 25 juillet 2014
    Le gouvernement français veut interdire une fois de plus une manifestation de solidarité avec le peuple palestinien au moment où la vérité des crimes de l’armée israélienne éclate sur la scène internationale.
    Plus de 800 tués côté palestiniens, dont 75% de victimes civiles : la commission des droits de l’homme de l’ONU n’a plus de doute : « le droit humanitaire international a été violé ». Une demande d’enquête internationale pour crimes de guerre a été soumise au Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève. Les États-Unis ont bien sûr voté contre et la France s’est abstenue ! C’est intolérable.
    Hier, jeudi 24 juillet, l’armée israélienne monte encore d’un degré dans l’escalade du crime, en bombardant à Gaza une école des Nations unies chargée des réfugiés palestiniens sur leur propre territoire : 15 morts, 120 blessés. Cette école abritait des familles délogées de leurs maisons par les bombes israéliennes. Le drapeau de l’ONU flottait sur son toit. L’école avait été prévenue d’une attaque imminente et avait demandé un couloir humanitaire d’évacuation, refusé par Israël. Tous les morts sont des femmes et des enfants.
    Une telle situation doit déclencher un regain de vigueur de la protestation internationale. Au lieu de condamner des actes aussi odieux, la France choisit au contraire d’interdire une fois de plus de manifester à Paris samedi 26 juillet sa solidarité avec les victimes des bombes et de la colonisation. C’est la preuve que contrairement à leurs déclarations, Hollande et Valls choisissent leur camp, celui de la guerre du plus fort contre le plus faible. On n’avait jamais connu une telle position de la France sur la situation au Proche-Orient.
    Et qu’on ne parle pas de « débordements » ou d’antisémitisme! La manifestation de mercredi 23 juillet s’est très bien déroulée. Celle de samedi doit être autorisée.
    Ensemble! appelle le mouvement de solidarité avec la Palestine à rester uni dans la mobilisation.
    C’est ainsi que nous éviterons toute récupération par des forces fascistes ou antisémites bien connues, qui n’ont rien à voir avec la cause du peuple palestinien ni avec les forces éprises de justice et de paix.
    Nous serons dans la rue samedi 26 juillet à Paris, 15h Place de la République. Ne laissons pas les crimes impunis!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *