Aller au contenu

Mort Mort à Sivens, matraqués à Poitiers : Luttons contre les violences d’Etat. Commu­niqué unitaire.

Dans la nuit du 26 au 27 octobre 2014, Rémi Fraisse, 21 ans, a été tué par les gendarmes mobiles, la partie supé­rieure du dos arra­chée par une grenade mili­taire.

Cet événe­ment horrible fait suite à plus de 2mois d’af­fron­te­ments sur la zone du barrage de Sivens, 2 mois de violences et harcè­le­ment par les « forces de l’ordre » : tirs de flash­ball à bout portant, tirs tendus de grenades, destruc­tion des effets person­nels…
II fait suite à une longue liste de muti­la­tions causées par les armes préten­du­ment « non létales » : à Nantes, le 22 février 2014, 3 mani­fes­tants ont perdu un oeil par tirs de flash­ball.
Rémi est ainsi la sixième personne tuée par la police en France cette année.
Non seule­ment l’Etat a permis la mort d’un jeune homme, mais encore il pour­suit aujourd’­hui ses provo­ca­tions dans le déni et la crimi­na­li­sa­tion des mani­fes­tants.
A Poitiers, une mani­fes­ta­tion en mémoire de Rémi a eu lieu jeudi 30 octobre. Sans aucune expli­ca­tion, la police poite­vine a chargé et matraqué les mani­fes­tants, encer­clés sur un trot­toir du boule­vard Chas­seigne. Trois mani­fes­tants ont alors été arrê­tés : ils ont passé 24 heures en garde à vue. Deux d’entre eux sont incul­pés pour violences et outrage.
Depuis plusieurs années, le droit dema­ni­fes­ter est régu­liè­re­ment entravé à Poitiers, certains mili­tants sont harce­lés. Il est de noto­riété que l’uti­li­sa­tion des « outrages » est aussi devenu une tech­nique de répres­sion.
A Sivens, Notre-Dame-des-Landes, Poitiers, comme dans les quar­tiers popu­laires, c’est lemême système répres­sif qui frappe. C’est la logique d’un Etat pour qui lemé­pris et la violence mili­taire sont les seules réponses aux inéga­li­tés, aux mouve­ments sociaux, à tous ceux qui luttent et inventent aujourd’­hui une autre manière de vivre.
Nous dénonçons les inti­mi­da­tions de la police à l’en­contre des mani­fes­tants, et toutes les violences poli­cières, à Poitiers, Sivens et partout ailleurs.

Nous appe­lons à une mani­fes­ta­tion

le samedi 22 novembre à Poitiers

à 14 heures, place d’Armes

 

Signa­taires:

Comité poite­vin contre la répres­sion des mouve­ments sociaux,

NPA 86,

Comité poite­vin contre l’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes et son monde,

Ensemble,

Orga­ni­sa­tion commu­niste liber­taire,

Pavillon noir,

Les Amis de la Terre,

Parti de Gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *