Aller au contenu

Ne pas impor­ter le conflit israélo-pales­ti­nien en France. Vrai­ment ?

Commu­niqué du Comité poite­vin Pales­tine du 13 janvier 2015

« Bien qu’hor­ri­fiée par les horribles atten­tats qui se sont dérou­lés cette semaine, et même si ce consen­sus offi­ciel et obli­ga­toire nous déran­geait, nous n’avions pas envie d’en rajou­ter. Mais trop c’est trop.

 

Que n’avons-nous pas entendu cet été lorsque nous mani­fes­tions pour condam­ner la guerre qu’Is­raël menait contre Gaza et récla­mer justice pour la Pales­tine ! Nous étions respon­sables de l’im­por­ta­tion du conflit en France et nous parti­ci­pions à la montée de l’an­ti­sé­mi­tisme.

 

Pour­tant nous ne faisions que dénon­cer les bombar­de­ments froids et systé­ma­tiques d’une des plus puis­santes armées du monde sur une popu­la­tion bouclée dans un minus­cule terri­toire et soumise à un blocus inhu­main depuis plus de 7 ans. Nous ne deman­dions pas une excep­tion­na­lité pour Israël, mais le droit commun, rien que le droit commun. Car nous sommes persua­dés qu’un monde qui cesse­rait son deux poids deux mesures dans ses rela­tions avec Israël est un monde qui pour­rait être plus effi­cace dans ses réponses aux crimes de guerre perpé­trés ailleurs dans le monde.

 

Aujourd’­hui, en invi­tant offi­ciel­le­ment Neta­nya­hou, qui a encore sur les mains le sang frais des enfants, des femmes et des hommes de Gaza, à venir défi­ler en France, et lancer ses appels à l’im­mi­gra­tion des Français juifs en Israël, n’est-ce pas notre gouver­ne­ment qui importe le conflit en France ?

 

Tous les ans, les élus parti­cipent au diner annuel du CRIF qui les exhorte à recon­naître Jéru­sa­lem comme capi­tale d’Is­raël.

 

Tous les ans, des galas sont orga­ni­sés en France au profit de l’As­so­cia­tion pour le bien-être du soldat israé­lien.

 

En mai dernier, c’est la grande syna­gogue de Paris (celle-là même où François Hollande est allé écou­ter le prêche de Neta­nya­hou dimanche soir) qui a orga­nisé une campagne de recru­te­ment pour l’ar­mée israé­lienne.

 

Et puis, on se souvient des trémo­los de Manuel Valls décla­rant son lien éter­nel avec Israël « quand même ». Et encore du chant d’amour de François Hollande lors d’un dîner avec le même Neta­nya­hou au cours de sa visite offi­cielle en Israël en novembre 2013. Et aussi de la décla­ra­tion de soli­da­rité de François Hollande à Neta­nya­hou le 9 juillet dernier alors même que l’on comp­tait déjà plusieurs dizaines de victimes pales­ti­niennes.

 

Mais qu’aujourd’­hui nous soyons sommés d’être tous derrière Israël, que les Français juifs soient tous sommés d’im­mi­grer en Israël, que la France laisse sa poli­tique inté­rieure être dictée par Israël, n’est-ce pas là que réside le nœud de l’im­por­ta­tion du conflit en France ? N’est-ce pas aussi se prépa­rer des lende­mains de pleurs et de sang ?

 

Plus que jamais, au deux poids deux mesures, nous devons oppo­ser le même trai­te­ment pour tous. Car ce à quoi nous aspi­rons, ce n’est pas un monde sans loi. Ça, c’est préci­sé­ment le monde des assas­sins qui ont frappé ces derniers temps. C’est au contraire un monde dans lequel le Droit, la loi, ont toute leur place, et le même Droit pour tous.  Ainsi, non seule­ment nous ferons preuve de soli­da­rité à l’égard du peuple pales­ti­nien et de toutes les victimes du terro­risme, mais nous mettrons en accord ces valeurs d’uni­ver­sa­lisme et d’hu­ma­nisme avec une certaine cohé­rence poli­tique et person­nelle. »

 

Sylvette ROUGIER
Comité poite­vin Pales­tine
24 rue d’Elne
86000 Poitiers
+33 5 49 45 01 73 / + 33 6 76 02 20 63
sylvette.rougier@­wa­na­doo.fr
http://www.poitiers-pales­tine.org/
face­book : comi­te­poi­te­vin­pa­les­tine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *