Aller au contenu

Osons Poitiers : premier conseil muni­ci­pal de Poitiers

Inter­ven­tion de Chris­tiane Fraysse lors du premier Conseil muni­ci­pal d’ins­tal­la­tion du 04 avril 2014.

Cette séance de conseil est à la fois le dernier acte de la campagne muni­ci­pale et le premier acte de la nouvelle manda­ture avec l’élec­tion du maire.

J’ai été tête de liste pendant cette campagne de la liste « Osons Poitiers, écolo­gique, sociale, soli­daire et citoyenne » . Cette liste a obtenu 15, 05% des suffrages expri­més et a donc 4 élus, repré­sen­ta­tif de notre rassem­ble­ment : Jacques Arfeuillère pour les deux compo­santes du front de gauche Parti de gauche et ensemble, Manon Labaye pour le Nouveau Parti Anti­ca­pi­ta­liste, et Thierry Gras­set et moi pour Europe Ecolo­gie les Verts.

Ce rassem­ble­ment que certain quali­fie à l’envi d’ex­trême gauche est tout simple­ment un regrou­pe­ment non seule­ment de 4 orga­ni­sa­tions poli­tiques mais aussi de citoyens enga­gés non encar­tés puisque 30 des 53 colis­tiers ne sont pas adhé­rents d’un parti.

Chaque colis­tier est écolo­giste et de gauche

Nous avons tous cet objec­tif de lutter concrè­te­ment et loca­le­ment contre le dérè­gle­ment clima­tique et contre l’aus­té­rité. Nous propo­sons une poli­tique sociale et écolo­giste.

Nous sommes dans l’op­po­si­tion certes, mais nous aurons dans cette assem­blée le même compor­te­ment que dans la campagne, sans coup bas et en respec­tant chacun, même si nous avons des opinions diffé­rentes.

le respect c’est d’abord veiller à la liberté d’ex­pres­sion

La liberté d’ex­pres­sion sous toutes ses formes, même artis­tique, lorsque j’en­tends compa­rer l’hu­mo­riste qui nous a accom­pa­gné pendant cette campagne à Dieu­donné, je comprends dans quel état de confu­sion peuvent être les élec­teurs lorsque ceux qui prétendent les repré­sen­ter ne sont pas capables de mesure et confondent bles­sure d’amour propre avec injures ou diffa­ma­tion.

Pour que la liberté d’ex­pres­sion puisse s’exer­cer, non pas pour nour­rir une atti­tude contes­ta­taire mais pour que le débat puisse exis­ter dans cette assem­blé pour que l’on puisse réel­le­ment prendre des déci­sions de vote et faire comprendre le sens du vote, nous faisons plusieurs propo­si­tions :

D’abord la mise en ligne avant les conseils muni­ci­paux, en même temps que la commis­sion des finances, des projets de déli­bé­ra­tions, acces­sibles au public , comme cela se fait à la région Poitou-Charentes par exemple. Cette mise à dispo­si­tion des infor­ma­tions peut contri­buer dans une moindre mesure peut être mais c’est un premier pas, à susci­ter l’in­té­rêt de nos conci­toyens envers ce qui se décide en conseil muni­ci­pal et commu­nau­taire.

Nous ne pouvons pas rester indif­fé­rent au fait que quasi­ment un élec­teur sur deux ne s’est pas inté­ressé à la consti­tu­tion de cette assem­blée.

Notre légi­ti­mité à tous est bien faible, il ne faudra pas l’ou­blier pendant ce mandat, certes nous sommes inves­tis par l’élec­tion mais de quelle façon. Il est donc impé­ra­tif de solli­ci­ter les citoyens sur les choix que nous ferons, que ce soit dans la majo­rité ou dans l’op­po­si­tion.

La fata­lité, le désin­té­rêt, la défiance, habitent les absten­tion­nistes. Combien de fois avons nous entendu pendant la campagne : « de toutes façon une fois que vous êtes en place vous n’en avez plus rien à faire de nous, vous déci­dez tout seul ».

Ce message là tous les candi­dats à l’élec­tion l’ont entendu et bien je souhaite que tous les élus en tire les consé­quences. Nous devons non seule­ment infor­mer mais consul­ter écou­ter et pour notre part, membres de l’op­po­si­tion nous faire l’écho et égale­ment faire des propo­si­tions qui répondent aux besoins ou aux attentes expri­més.

Donc dans ce conseil, nous porte­rons les convic­tions qui nous animent nous sommes soucieux du bien être des poite­vins, qui passe par des condi­tions de vie saine. C’est pourquoi nous veille­rons et serons atten­tifs à ce que les mesures effi­caces et immé­diates soient prises pour rendre respi­rables les rues de Poitiers aussi bien pour les piétons, les cyclistes, les enfants dans les pous­settes et aussi les auto­mo­bi­listes et leurs passa­gers qui sont fina­le­ment les plus expo­sés dans leur véhi­cule.

Dans cette campagne, j’ai signé la Charte Anti­cor, anti­cor­rup­tion qui prévoit un certain nombre de mesure pour assai­nir la vie démo­cra­tique, la première c’est le non cumul des mandats, la réalité d’une ville est suffi­sam­ment complexe, les diffi­cul­tés écolo­giques, sociales et écono­miques suffi­sam­ment nombreuses pour qu’on s’y inté­resse et que l’on s’y consacre à temps plein.

La deuxième mesure phare est de nommer à la commis­sion des finances un membre de l’op­po­si­tion

Et toujours pour rester dans le sujet des délé­ga­tions nous propo­sons que l’adjoint en charge des finances soit diffé­rent de celui en charge du person­nel, ceci non pas pour contes­ter tel ou tel mais afin que la masse sala­riale ne soit pas consi­dé­rée comme la variable d’ajus­te­ment la plus facile à action­ner, au détri­ment de la qualité du service public et des condi­tions de travail du person­nel.

Et il faudra faire des choix face aux restric­tions budgé­taires qui s’an­noncent consé­cu­tives à la baisse des dota­tions de l’Etat, vu que celui-ci n’a déci­dem­ment pas changé de cap.

La liste « Osons Poitiers, écolo­gique, sociale, soli­daire et citoyenne » a fait un certain nombre de propo­si­tions concrètes, mais a aussi porté une concep­tion diffé­rente du mode de prise de déci­sion et de rela­tion de proxi­mité entre les élus et les citoyens, privi­lé­gie les choix d’in­ves­tis­se­ment humain avant les infra­struc­tures, et a une conscience aigue de la néces­sité d’agir face à l’ur­gence clima­tique.

Ce sont ces valeurs que nous porte­rons dans ce conseil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *