Aller au contenu

Péti­tion unitaire contre la loi Macron

Les dispo­si­tions de la loi ont un fil direc­teur : « ce qui est bon pour le patro­nat est bon pour l’éco­no­mie », quelles qu’en soient les consé­quences pour les sala­riés.

La loi dite loi Macron, « Pour la crois­sance et l’ac­ti­vité », dont le projet présenté au Parle­ment est censé casser « les rigi­di­tés » qui bloque­raient l’éco­no­mie française.

Les dispo­si­tions de la loi ont un fil direc­teur : « ce qui est bon pour le patro­nat est bon pour l’éco­no­mie », quelles qu’en soient les consé­quences pour les sala­riés. Cette loi est le complé­ment du pacte de respon­sa­bi­lité dont les préten­dues contre­par­ties se sont révé­lées des illu­sions. Elle parti­cipe d’une tendance géné­rale dans l’Union euro­péenne au moins-disant social. La stag­na­tion, voire la baisse, des salaires et des pensions, les coupes massives dans les dépenses publiques pèsent sur la demande globale et donc sur l’ac­ti­vité des entre­prises. Ces dernières préfèrent verser de confor­tables divi­dendes à leurs action­naires plutôt qu’in­ves­tir.
Avec l’ex­ten­sion du travail du dimanche, de surcroît sans obli­ga­tion légale de majo­ra­tion sala­riale, et avec le maquillage outran­cier du travail de nuit en travail de soirée, les condi­tions de travail des sala­riés sont attaquées. Une fois de plus les premières victimes en seront les femmes.

Avec la réforme du tribu­nal des prud’­hommes qui renvoie de plus en plus d’af­faires devant des juges profes­sion­nels, ce sont les droits des sala­riés qui sont remis en cause.
Avec la dépé­na­li­sa­tion du délit d’en­trave, ce sont les employeurs qui sont proté­gés, pas les sala­riés.

Et désor­mais, si le tribu­nal admi­nis­tra­tif annule un plan social en raison d’in­suf­fi­sance de moti­va­tion, les licen­cie­ments ne seront plus inva­li­dés et les sala­riés ne seront plus indem­ni­sés.
Par ailleurs, ce projet relance le proces­sus de priva­ti­sa­tion, notam­ment d’un certain nombre d’aé­ro­ports et fragi­lise le statut des loca­taires au profit des spécu­la­teurs.
Il va permettre aux hôpi­taux publics de créer des filiales à l’étran­ger, c’est-à-dire à se compor­ter comme des entre­prises privées. Alors que le service public hospi­ta­lier est malade, entre autres, d’un manque de ressources, une partie de ces dernières pour­ront être utili­sées à des fins d’opé­ra­tions finan­cières ou commer­ciales à l’étran­ger.

La déré­gle­men­ta­tion du trans­port par bus va en fait aggra­ver les inéga­li­tés d’ac­cès, insti­tuant un trans­port pour les pauvres. Elle aura pour effet d’aug­men­ter les émis­sions de gaz à effet de serre. L’hy­po­cri­sie est ici de mise. Alors que le président de la Répu­blique prend des postures d’éco­lo­giste, et alors que la France va accueillir en décembre 2015 la Confé­rence mondiale sur le climat (COP 21), le gouver­ne­ment propose une mesure qui va à l’en­contre de tout bon sens en favo­ri­sant le trans­port privé par route au détri­ment du trans­port public dont le rail. Une autre solu­tion serait de déve­lop­per le trans­port par rail en faisant jouer à la SNCF son rôle de service public.

Ce projet de loi, en débat au Parle­ment, est guidé par une logique de déré­gle­men­ta­tion géné­ra­li­sée qui n’a comme objec­tif que le main­tien des profits aux dépens des salaires, des pensions, seuls moyens de vivre pour la majo­rité de la popu­la­tion et au détri­ment de la protec­tion sociale. Plus d’éga­lité, plus de frater­nité, c’est ce que nous voulons, c’est le contraire de la loi Macron.
L’in­dis­pen­sable mobi­li­sa­tion sociale des sala­riés et des citoyens prend de l’am­pleur.

CETTE LOI NE DOIT PAS ETRE VOTÉE, ELLE DOIT ETRE RETIRÉE !

Signa­ture élec­tro­nique ICI

Premiers signa­taires :

Eliane Assasi (séna­trice PCF)
Clemen­tine Autain (Ensemble)
Ana Azaria (Femmes Égalité)
Nico­las Baille (Secré­taire Géné­ral de la Fédé­ra­tion de l’Equi­pe­ment et de l’En­vi­ron­ne­ment CGT)
Ludi­vine Banti­gny (histo­rienne)
Maud Beckers (Commis­sion sociale, Syndi­cat des Avocats de France)
Fatima-Ezzahra Ben-Omar (Les efFronté-e-s)
Olivier Besan­ce­not (NPA)
Eric Beynel (porte parole de Soli­daires)
Jean-Luc Bindel (Secré­taire Géné­ral de de la Fédé­ra­tion Agroa­li­men­taire et Fores­tière CGT)
Alima Boume­diene-Thiery (avocate)
Isabelle Bruno (poli­tiste)
Jean-Marc Canon (Secré­taire Géné­ral de l’UGFF-CGT)
Céline Carlen (Secré­taire Géné­rale de l’Union Syndi­cale CGT Commerce et Services de Paris)
Jean-Claude Chailley (Résis­tance sociale)
Andre Chas­saigne (deputé PCF)
Laura Chatel (Secré­taire Fédé­rale Jeunes écolos)
Gérard Chaouat (membre du BN du SNCS FSU)
Boris Chenaud (Soli­daires 34)
Robert Crémieux (MNCP)
Eric Coque­rel (conseiller régio­nal Ile de France, coor­di­na­teur poli­tique du Parti de Gauche)
Pierre Cours-Salies (socio­logue)
Thomas Coutrot (écono­miste, ATTAC)
Claude Debons (syndi­ca­liste)
Bernard Dede­ban (secré­taire de la FSU 31)
Karima Delli (depu­tée euro­peen, EELV)
Laurent Degou­sée (Fédé­ra­tion Sud commerces et services)
Caro­line De Haas (fémi­niste)
Sandra Demarcq (NPA)
Lina Desanti (Secré­taire Géné­rale de l’Union Dépar­te­men­tale CGT du Tarn-et-Garonne)
Marie Hélène Durieux (Fédé­ra­tion Sud Santé Sociaux)
Jean-Baptiste Eyraud (DAL)
Gérard Filoche (Bureau natio­nal du Parti Socia­liste)
Pascal Fran­chet (CADTM)
Jacque­line Fraysse (dépu­tée, Ensemble)
Michel Faujour (co-secré­taire natio­nal du SNPES-PJJ FSU)
Nico­las Gale­pides (Fédé­ra­tion Sud PTT)
Bertrand Geay (poli­tiste)
Jérome Gleizes (conseiller de Paris, EELV)
Caro­line Guibet-Lafaye (philo­sophe)
Patrick Hallin­ger (Conver­gences Défense des Services Publics)
Elisa­beth Hervouet (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Hervé Heur­te­bize (secré­taire natio­nal du SNUCLIAS FSU)
Liem Hoang Ngoc (socia­liste affligé, Bureau Natio­nal du Parti Socia­liste)
Nordine Idir (MJCF)
Maria Ines (co-secré­taire natio­nal du SNPES-PJJ FSU)
Sabina Isseh­nane (écono­miste, Les Econo­mistes Atter­rés)
Lucien Jalla­mion (Répu­blique et Socia­lisme)
Pierre Khalfa (Fonda­tion Coper­nic)
Judith Krivine (Commis­sion sociale, Syndi­cat des Avocats de France)
Bernard Lacroix (poli­tiste)
Rose-Marie Lagrave (socio­logue)
Pierre Laurent (secré­taire natio­nal du PCF)
Chris­tian Laval (socio­logue)
Frédé­ric Leba­ron (socio­logue)
Cathe­rine Lebrun (porte parole de Soli­daires)
Valé­rie Lefebvre-Hauss­mann (Secré­taire Géné­rale de la Fédé­ra­tion des syndi­cats du person­nel de la banque et de l’as­su­rance CGT)
Arlette Lemaire (secré­taire géné­rale adjointe du SNASUB FSU)
Valé­rie Lesage (Secré­taire de l’Union Régio­nale Ile-de-France CGT)
Thierry Lescant (Ensemble)
Marie-Noelle Liene­mann (séna­trice, Bureau Natio­nal du Parti Socia­liste)
Elise Lowy (EELV)
Jean-Marie Harri­bey (écono­miste)
Patrick Le Hyaric (direc­teur de l’Hu­ma­nité)
Arnaud Malaisé (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Emma­nuel Maurel (député euro­péen, Bureau Natio­nal du Parti Socia­liste)
Jean-Pierre Martin (psychiatre)
Chris­tiane Marty (fémi­niste)
Gérard Mauger (socio­logue)
Caro­line Mecary (avocate)
Emma­nuel Mehdbi (syndi­ca­liste SNU Pôle emploi FSU)
Jean-Luc Mélen­chon (député euro­péen)
Hélène Michel (socio­logue)
Jean-Philippe Milesy (Rencontres sociales)
Chris­tian de Mont­li­bert (socio­logue)
Carlos Moreira (Secré­taire Géné­ral de la Fédé­ra­tion Natio­nale des Indus­tries Chimiques CGT)
Corinne Morel-Darleux (coor­di­na­trice des assises pour l’Eco­so­cia­lisme)
Fran­coise Nay (mili­tante de la défense des Hopi­taux Publics)
Lucas Nédé­lec (Secré­taire Fédé­ral Jeunes Ecolos)
Hervé Ossant (Secré­taire Géné­ral de l’Union Dépar­te­men­tale CGT de la Seine-Saint-Denis)
Naila Ott (Sud Travail affaires sociales)
Ugo Palheta (socio­logue)
Jean-Jacques Paris (ANECR)
Willy Pelle­tier (Fonda­tion Coper­nic)
Marie Cécile Périllat (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Marc Peyrade (Secr. Gén. Fédé des Indus­tries du Livre, du Papier et de la Commu­ni­ca­tion CGT)
Chris­tian Picquet (Gauche Unitaire)
Chris­tian Pier­rel (PCOF)
Véro­nique Ponvert (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Jack Pota­vin (GOEES)
Chris­tine Poupin (NPA)
Colette Pronost (syndi­ca­liste SNU Pôle emploi FSU)
Emma­nuel Renault (philo­sophe)
Jacques Rigau­diat (écono­miste)
Michèle Riot-Sarcey (histo­rienne)
Danielle Rollat (UNRPA)
Suzy Rojt­man (CNDF)
Michel Rous­seau (Marches euro­péennes contre le Chômage)
Jean Sammut (mili­tant mutua­liste)
Lydia Saouli (syndi­ca­liste FSU minis­tère du Travail)
Danielle Simon­net (conseillère de Paris, secré­taire natio­nale du Parti du Gauche)
Evelyne Sire-Marin (magis­trate)
Valé­rie Soumaille (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Maya Surduts (CNDF)
Chris­tian Taillan­dier (secré­taire natio­nal du SNUITAM FSU)
Baptiste Talbot (Secré­taire Géné­ral de la Fédé­ra­tion des Services Publics CGT)
Char­lotte Tempion (Soli­daires 69)
Chris­tian Terrancle (Soli­daires 31)
Chris­tian Topa­lov (socio­logue)
Victor Vauquois (respon­sable rela­tions exté­rieures Jeunes Ecolos)
Rémy Viard (archi­tecte)
Philippe Ville­cha­lane (APEIS)
Emma­nuel Vire (Secré­taire Géné­ral du Syndi­cat Natio­nal des Jour­na­listes CGT)
Jean-Luc Wabant (Commis­sion sociale, Syndi­cat des Avocats de France)
Louis Weber (revue Savoir/Agir)
Malika Zediri (APEIS)

8 réflexions au sujet de « Péti­tion unitaire contre la loi Macron »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *