Aller au contenu

Prof de philo suspendu à Poitiers

Des photos du rassem­ble­ment d’aujourd’­hui et d’autres éléments

Entre 200 et 300 personnes ce mercredi à 13h00 au rassem­ble­ment contre la mise à pied du profes­seur de lycée accusé « d’apo­lo­gie du terro­risme ». Présence du SNES-FSU et de FO, de lycéen.nes, de profes­seurs et de mili­tant.es

DSCF1023

DSCF1026

La bande­rolle offi­cielle sur la mairie pour la liberté (en l’ocur­rence de la presse) semblait sarcas­tique :

DSCF1021

DSCF1019

.

Petit jeu : trois indi­vi­dus ont suivi le rassem­ble­ment de loin et n’ont pas été applau­dis : sauras-tu les recon­naître ?

 DSCF1022

DSCF1027

.

La lettre de l’in­ter­syn­di­cale du lycée Victor Hugo de Poitiers au Recteur:

« Monsieur le Recteur,

L’in­ter­syn­di­cale du Lycée V. Hugo tient à vous faire connaître sa stupé­fac­tion à l’an­nonce de la suspen­sion pour quatre mois de notre collègue Jean-François Chaze­rans.

Nous ne compre­nons pas qu’une déci­sion d’une telle gravité ait pu être aussi rapi­de­ment prise, et alors que le recueil de témoi­gnages ne semble avoir concerné qu’un nombre extrê­me­ment restreint d’élèves sur la tota­lité de ceux que Monsieur Chaze­rans a en charge.

Nous sommes inquiets du fait qu’un profes­seur puisse être aussi sérieu­se­ment mis en cause sur l’unique base de ce que quelques élèves peuvent rappor­ter sur ce qui peut être dit en cours. La gravité de la situa­tion et des accu­sa­tions portées à l’en­contre de notre collègue aurait mérité que d’autres élèves et adultes de notre établis­se­ment soient amenés à témoi­gner.

Nous lisons depuis quelques jours dans la presse, qui rapporte, entre autres, vos propos Monsieur le Recteur et ceux de Monsieur le Procu­reur de la Répu­blique, que cette mesure aurait été justi­fiée par « des plaintes de familles » faisant état de « propos dépla­cés pendant la minute de silence ». Les termes « apolo­gie du terro­risme » sont égale­ment évoqués.

Nous pouvons témoi­gner que, malgré les délais d’or­ga­ni­sa­tion très courts, la minute de silence s’est tenue dans notre établis­se­ment sans inci­dent, ni de la part des élèves, ni de la part des ensei­gnants. Elle s’est tenue dans la cour du lycée, avec gravité et dignité. Nous ne compre­nons pas comment M. Chaze­rans peut se retrou­ver accusé d’avoir tenu des propos dépla­cés pendant ce moment-là.

Par ailleurs, connais­sant les enga­ge­ments citoyens et huma­nistes de notre collègue, nous ne pouvons croire qu’il ait pu tenir des propos pouvant être assi­mi­lés à une apolo­gie du terro­risme.

Au lende­main des atten­tats qui ont visé Char­lie Hebdo et l’épi­ce­rie HyperCa­cher de Vincennes, dans ce lycée, comme dans beau­coup d’autres, les profes­seurs ont tenté de répondre aux élèves, de calmer leurs émotions en les aidant à passer à l’ana­lyse, le tout dans la plus grande soli­tude. Les mesures prises à l’en­contre de collègues mais aussi d’élèves, depuis la mi-janvier, dans le cadre de la lutte contre le terro­risme, ne permettent pas de rame­ner la quié­tude néces­saire au bon fonc­tion­ne­ment du service public d’Edu­ca­tion_ aujourd’­hui, à la fois solli­cité et mis en cause dans les médias. Tout parti­cu­liè­re­ment au Lycée Victor Hugo, nous nous sentons désor­mais sous la menace de mauvaises inter­pré­ta­tions de nos propos éven­tuels par nos élèves, mais aussi sous la menace d’une enquête expé­di­tive, à charge et d’une mesure dont nous ne compre­nons les motifs.

Nous sommes tous conscients de nos devoirs de fonc­tion­naires, mais aussi de nos devoirs et droits de citoyens, libres de penser et libres de soumettre à nos élèves des éléments d’ana­lyse des événe­ments pour les aider à comprendre et à déve­lop­per un regard critique sur le monde dans lequel ils vivent. Cela ne fait-il pas partie de notre mission éduca­tive et répu­bli­caine ?

Nous deman­dons, Monsieur le Recteur, la réin­té­gra­tion de M. Chaze­rans dans ses fonc­tions d’en­sei­gnant de philo­so­phie au Lycée Victor Hugo de Poitiers dans les plus courts délais. »

Source : http://poitiers.snes.edu/soli­da­rite-avec-notre-collegue-de-philo-de-poitiers/

Un préavis de grève est déposé par les ensei­gnant.es du lycée pour jeudi prochain

2 réflexions au sujet de « Prof de philo suspendu à Poitiers »

  1. Mourier dit :

    Ancien fonctionnaire, ancien responsable FCPE et membre du Conseil d’Administration au Lycée Victor Hugo, père d’un élève qui a bénéficié de l’enseignement de JF Chazerans, je suis révulsé par le sort qui est fait à cet enseignant qui fait honneur au service public de l’Education Nationale. La mobilisation massive est à la hauteur de cet honneur.

    Répondre
  2. Ping : Peut-on rire avec les généraux, la hiérarchie policière et le recteur de l’académie de Poitiers? « Reve 86

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *