Aller au contenu

Prof de philo suspendu

Une vidéo de France 3 avec des témoi­gnages d’élèves et de collègues, un commu­niqué des Amis de la Terre et une chan­son

* La vidéo est ICI

 

* le commu­niqué de presse des Amis de la Terre là :

Une sanc­tion qui fait recu­ler la liberté d’ex­pres­sion

La mesure disci­pli­naire visant un ensei­gnant de philo­so­phie du lycée Victor Hugo, à Poitiers, déci­dée par le recto­rat, suite à un soi-disant compor­te­ment indigne lors de la minute de silence (en mémoire aux victimes de la tuerie, d’il y a quinze jours) est inique et injus­ti­fiée.
Par cette sanc­tion admi­nis­tra­tive et l’éven­tuelle pour­suite judi­ciaire – sans que l’in­té­ressé en connaisse la raison, comble de mépris -, le recteur, repré­sen­tant poli­tique du gouver­ne­ment actuel, veut faire un exemple à l’en­contre d’un ensei­gnant dont l’in­dé­pen­dance d’es­prit doit le chagri­ner depuis bien long­temps. Il est scan­da­leux qu’il soit sanc­tionné pour la seule raison qu’il n’au­rait pas tenu comme il faut le garde-à-vous lors de cette jour­née de la minute de silence. On voit déjà où mène le patriot act à la française de Valls et consorts.
Oui, on peut être révulsé par les atten­tats des inté­gristes – et Jean-François Chaze­rans, bien connu du milieu asso­cia­tif et poli­tique poite­vin, est à mille lieux de soute­nir ces actes barbares – sans pour autant être prêt à marcher du même pas que les gouver­nants qui bombardent à droite, à gauche, au gré des inté­rêts du capi­tal français, et sans se recon­naître dans la brochette des Néta­nya­hou, Bongo et consorts. Un prof de philo peut, peut-être, faire réflé­chir et s’ex­pri­mer ses élèves plus effi­ca­ce­ment en ne s’en tenant pas à un silence lourd d’am­bi­guï­tés.
En affi­chant « Je suis Char­lie », lors d’une récente réunion avec les chefs d’éta­blis­se­ments de l’aca­dé­mie, le recteur montre, par cette déci­sion, le peu de cas qu’il fait de la liberté d’ex­pres­sion.
Poitiers, le 25 janvier 2015

 

* La chan­son c’est celle-là.

Mais peut-on trai­ter le recteur de « braves gens » ?

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *