Aller au contenu

Notre-Dame-des-Landes, la folle jour­née de Nantes

Témoi­gnage : Myriam Martin, porte-parole d’En­semble ! était à Nantes au sein de la mani­fes­ta­tion contre l’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes

Par Myriam Martin| 26 février 2014
http://www.regards.fr/web/notre-dame-des-landes-la-folle,7509

Un article de Regards.fr

Témoi­gnage : Myriam Martin, porte-parole d’En­semble ! et colis­tière de Jean-Chris­tophe Sellin sur la liste « À Toulouse place au peuple », était à Nantes au sein de la mani­fes­ta­tion contre l’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes. Contre­point sur un événe­ment très (mal) média­tisé.

13h au point de rallie­ment pour les orga­ni­sa­tions du Front de Gauche oppo­sées à l’aé­ro­port de Notre Dame Des Landes. Il y a déjà foule, les mili­tant-es du PG comme d’ « Ensemble ! » sont déjà au rendez vous et déploient les bande­roles. Les repré­sen­tant-es poli­tiques et natio­naux des ces orga­ni­sa­tions arrivent peu à peu.

À l’ap­pel de l’ACIPA (Asso­cia­tion citoyenne inter­com­mu­nale des popu­la­tions concer­nées par le projet d’Aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes), prin­ci­pal orga­ni­sa­teur des oppo­sants au deuxième aéro­port, des milliers de mani­fes­tant-e-s, sans doute plus de 20.000, se pressent sur la place de la préfec­ture. La guerre des chiffres n’a pas lieu d’être : la mani­fes­ta­tion est massive et passé un seuil, on ne s’ho­nore pas à vouloir à tout prix mini­mi­ser le succès de celle-ci. Nul ne peut nier, à la préfec­ture, qu’il y a plus de monde que pour celle du 17 novembre 2012 lors de la réoc­cu­pa­tion de la ZAD (Zone à défendre), puisque avaient été dénom­brés alors entre 15.000 et 40.000 parti­ci­pant-es avec quarante bus des régions. Là, en tête de cortège, 520 trac­teurs paradent, 60 bus sont arri­vés de toute la France, on dénombre donc entre 20.000 et 50.000 personnes. Le cortège dense s’étire en longueur, on piétine longue­ment avant de pouvoir effec­tuer quelques pas, l’am­biance est chaleu­reuse et festive.

La respon­sa­bi­lité des auto­ri­tés

Ce n’est pour­tant pas cela que la majo­rité des médias a retenu pour rendre compte de cette démons­tra­tion. Loin l’idée de mini­mi­ser, encore moins de nier, les inci­dents qui ont éclaté, mais il est néces­saire de consta­ter que le compte rendu média­tique et « offi­ciel » de cette jour­née a été partial et que le rôle du dispo­si­tif poli­cier mis en place doit être inter­rogé.

« Guérilla urbaine », « razzia dans le centre ville » : ainsi le centre ville de Nantes semblent avoir été dévasté, anéanti par des hordes de « casseurs ». L’in­for­ma­tion revient en boucle dans toute la presse. Bien sûr, des bâti­ments ont été sérieu­se­ment endom­ma­gés, en parti­cu­lier ceux appar­te­nant à la multi­na­tio­nale Vinci. Avant même de rappor­ter de la manière la plus exhaus­tive possible l’en­semble des éléments concer­nant les causes et les consé­quences des inci­dents et affron­te­ments, avant même de véri­fier le nombre de bles­sés – et donc pas unique­ment parmi les forces de l’ordre –, on annonce déjà que cette jour­née de mani­fes­ta­tion contre l’aé­ro­port de NDDL va coûter très cher à cause des dégâts occa­sion­nés. Les coupables ? Les orga­ni­sa­teurs, bien sûr ! Les parti­sans de ce grand projet inutile qu’est l’« Ayrault­port » poussent de hauts cris : non seule­ment les oppo­sants n’au­raient pas été capables d’em­pê­cher les inci­dents qui se sont dérou­lés, mais en plus, ils sont sommés par le préfet de la Loire Atlan­tique de cesser d’être « la vitrine légale d’un mouve­ment armé ». Rien que cela !

Les auto­ri­tés, par la voix du préfet, du ministre de l’In­té­rieur et du Premier ministre, croient-elles sérieu­se­ment enrayer ainsi la résis­tance et la déter­mi­na­tion exem­plaires de ceux qui se battent depuis des années et occupent la ZAD ? Le procédé est gros­sier, ce d’au­tant que la ques­tion de la sécu­rité de la mani­fes­ta­tion peut aisé­ment se retour­ner contre ceux qui sont censés l’as­su­rer.

Une vision univoque, un succès occulté

L’in­ter­dic­tion de circu­ler sur des artères d’ha­bi­tude emprun­tées par les mani­fes­ta­tions à Nantes, un dispo­si­tif poli­cier qui en consé­quence inter­di­sait de nombreuses rues, n’étaient pas à même d’évi­ter les problèmes, mais plutôt de les provoquer. Les oppo­sants à l’aé­ro­port ont appris la veille l’in­ter­dic­tion du parcours initial, la presse a relayé cette infor­ma­tion avec un ton systé­ma­tique­ment alar­mant pour les orga­ni­sa­teurs : si la manif devait chan­ger de parcours, c’est que forcé­ment des inci­dents auraient lieu. Les déci­sions de la préfec­ture ont été vécues comme des provo­ca­tions, et c’était sans doute le but. Les annonces faites sur les bles­sés n’ont concerné durant deux jours que ceux dénom­brés chez les poli­ciers. Aujourd’­hui, force est de consta­ter qu’il y en a eu aussi parmi les mani­fes­tants, dont un jeune homme dont l’œil a été crevé par un tir de flash­ball. On a beau­coup parlé des « Black Blocs », peut-être une dizaine tout au plus et dont la venue et la présence étaient connues des forces de police.

Les inci­dents qui ont ponc­tué la manif ne peuvent faire oublier que cette dernière est un succès, qu’à Nantes comme ailleurs de plus en plus d’hommes et de femmes sont oppo­sés à ce projet aber­rant et destruc­teur. La violence est celle de l’État, qui s’exerce à l’en­contre des paysans dési­reux de proté­ger les terres agri­coles. La balle est toujours dans le camp du gouver­ne­ment et aussi dans celui d’Eu­rope Ecolo­gie Les Verts. Bien sûr, nombreux et nombreuses étaient les mili­tant-es écolo­gistes, à Nantes samedi dernier. Mais leurs diri­geants, en parti­cu­lier ceux qui sont ministres du gouver­ne­ment Ayrault, peuvent être de « tout cœur » avec les mani­fes­tant-es, il n’en demeure pas moins qu’il va falloir choi­sir : soute­nir les oppo­sants de plus en plus nombreux à l’aé­ro­port de NDDL, ou de fait soute­nir un gouver­ne­ment favo­rable à un grand projet inutile et destruc­teur.

Pour ses parti­ci­pants, la lutte est loin d’être finie : elle est même d’ores et déjà aussi emblé­ma­tique qu’en son temps celle du Larzac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *