Aller au contenu

12° festi­val Raisons d’Agir Poitiers : « Consom­mez ! Consom­mons ? »

Quand :
29 mars 2017 @ 10h00 – 31 mars 2017 @ 20h30
2017-03-29T10:00:00+02:00
2017-03-31T20:30:00+02:00
Où :
86000 Poitiers
France
12° festival Raisons d'Agir Poitiers :  « Consommez ! Consommons ? » @ Poitiers | Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes | France

Festi­val Raisons d’agir 2017 – Consom­mez ! Consom­mons ?


Du mercredi 29 au vendredi 31 mar 2017 à Poitiers 
Espace Mendès France, faculté sciences humaines et arts, cinéma Le Dietrich, Plan B

Tous publics. Accès libre.

Ce festi­val multi­forme, acces­sible à toutes et tous, s’at­tache à croi­ser les expé­riences indi­vi­duelles et collec­tives, ainsi que les savoirs issus des sciences sociales, le regard des cinéastes et la sensi­bi­lité des artistes.

Co-orga­nisé avec l’as­so­cia­tion Raisons d’agir avec le soutien de nombreux parte­naires.

Télé­char­gez l’af­fiche et le programme.

Programme

Suscep­tible de modi­fi­ca­tions, actua­lisé sur festi­val­rai­son­sa­gir.org

L’injonc­tion à consom­mer est partout : elle s’in­cruste sur nos écrans, enva­hit notre vie privée, s’in­si­nue jusque dans la sphère de la santé ou de l’édu­ca­tion. Pour­tant la volonté de rompre avec cet état de choses semble resur­gir de toutes parts, dans les expé­riences d’au­to­pro­duc­tion, les circuits courts ou les nouvelles pratiques de coopé­ra­tion, aussi bien que dans les débats de « Nuit debout » ou dans certains programmes élec­to­raux. Il n’est que temps. Les menaces sur le climat et sur la biodi­ver­sité supposent de révi­ser au plus vite nos modes de produc­tion et de consom­ma­tion. Les périls liés à la montée des idéo­lo­gies réac­tion­naires invitent à repen­ser tout ce qui nous est commun.

Pour sa douzième édition, le Festi­val Raisons d’Agir s’in­té­res­sera donc à la consom­ma­tion, à l’ana­lyse que l’on peut faire du phéno­mène et aux expé­riences qui s’ef­forcent d’en redes­si­ner les contours. Il s’agira d’in­ter­ro­ger la fabrique, non seule­ment du consom­ma­teur mais, au-delà, de l’idée même de marchan­dise et de marchan­di­sa­tion de nos socié­tés ; de réflé­chir aux tensions, aux luttes qui traversent l’acte de consom­ma­tion ; de ques­tion­ner, aussi, des façons alter­na­tives de consom­mer comme de produire.

Fidèle à sa formule, le festi­val asso­ciera le regard objec­ti­vant des cher­cheurs à celui, autre­ment subjec­tif, des artistes, des mili­tants et des étudiants, afin de mener une réflexion collec­tive sur les débats poli­tiques contem­po­rains et ainsi d’y prendre part. Il s’agira de croi­ser, sur ces ques­tions diffi­ciles, les expé­riences indi­vi­duelles et collec­tives, les savoirs issus des sciences sociales, le regard des cinéastes et la sensi­bi­lité des artistes.

Le festi­val Raisons d’agir est orga­nisé par l’as­so­cia­tion Raisons d’agir-Poitiers, en parte­na­riat avec l’Es­pace Mendès France et le cinéma Le Dietrich, avec le soutien finan­cier de la ville de Poitiers, de l’U.F.R Lettres et Langues et de l’U.F.R. Sciences Humaines et Arts de l’uni­ver­sité de Poitiers.

Infor­ma­tions pratiques

Entrée gratuite à tous les évè­ne­ments sauf pour la projec­tion du jeudi soir, au Cinéma Le Dietrich.

Mercredi 29 mars 2017
Luttes autour de l’ex­ten­sion de la consom­ma­tion

à l’es­pace Mendès France

Jour­née co-orga­ni­sée avec la CGT, la FSU et Soli­daires, ouverte à la forma­tion syndi­cale. Pour parti­ci­per à cette jour­née, les sala­riés du public peuvent dépo­ser une demande d’au­to­ri­sa­tion d’ab­sence pour forma­tion syndi­cale. Comme l’en­semble du festi­val, cette jour­née est ouverte à tous les publics. L’objec­tif est préci­sé­ment de croi­ser les regards et les expé­riences, pour mieux appré­hen­der les ques­tions de société autour de la marchan­di­sa­tion et du consu­mé­risme.

10 h – 12 h TAFTA, CETA etc. : les enjeux de la qualité des produits et des services
Confé­rence – débat de Julien Rivoire, respon­sable natio­nal de la FSU chargé des ques­tions inter­na­tio­nales. Animée par Bertrand Geay, poli­tiste, et Patrick Lainé, ancien profes­seur, syndi­ca­liste.

Depuis bien­tôt 30 ans, inlas­sa­ble­ment, les mêmes solu­tions toutes faites reviennent à l’agenda. Pour « sortir de la crise », il faudrait déve­lop­per les échanges, expor­ter davan­tage, libé­rer l’ini­tia­tive privée. Les choix à faire en matière d’agri­cul­ture, d’in­dus­trie ou de services publics sont ici forte­ment dépen­dants les uns des autres. Est-ce que les besoins des popu­la­tions et les inté­rêts des peuples ne devraient pas guider les poli­tiques de coopé­ra­tion écono­mique ? Où en sont les trac­ta­tions entre l’Eu­rope et les pays améri­cains ? Comment inter­ve­nir sur ces enjeux ?

14 h – 16 h 30 Poli­tiques mana­gé­riales et usagers-clients à l’hô­pi­tal, à l’école et dans le travail social
Table-ronde avec Gilles Métais, psycho­logue au Centre hospi­ta­lier Labo­rit (CGT), Daniel Desce­liers, ancien forma­teur à l’IRTS de Poitiers (Soli­daires), Pascal Canaud, profes­seur de lycée (FSU). Animée par Pascal Bois­sel, psychiatre, et Hélène Stevens, socio­logue.

D’un côté, la montée du mana­ge­ment, de l’éva­lua­tion et de la ratio­na­lité comp­table. De l’autre, des usagers trans­for­més en clients, dépouillés de leur capa­cité à inter­ve­nir collec­ti­ve­ment sur la qualité des services rendus. Comprendre les logiques qui s’im­posent dans l’ac­tion quoti­dienne des person­nels de la santé, du médico-social ou de l’en­sei­gne­ment, c’est se donner les moyens d’ana­ly­ser la pres­sion qui s’exerce sur chacun et d’éla­bo­rer des stra­té­gies de résis­tance collec­tive à ce nouvel ordre des services publics.

17 h – 18 h L’enjeu poli­tique du « luxe ». Peut-on être consom­ma­teur et bon citoyen ?
Confé­rence de Anne Jollet, maîtresse de confé­rences en histoire moderne à l’Uni­ver­sité de Poitiers.

La ques­tion du luxe est vive dans les débats du XVIIIe siècle. Tous les penseurs de Voltaire à Dide­rot, et bien sûr Rous­seau, s’en sont saisis. Asso­cié à la pros­pé­rité, il peut signi­fier le raffi­ne­ment, l’adou­cis­se­ment des mœurs comme la dissi­pa­tion nuisible, la consom­ma­tion somp­tuaire, dila­pi­da­trice des fortunes et menaçante pour les bonnes mœurs. Les révo­lu­tion­naires améri­cains l’ont  placé du côté des socié­tés monar­chiques, favo­ri­sant l’os­ten­ta­tion inutile et immo­rale de l’iné­ga­lité des condi­tions. Dans la France de 1789, les cahiers de doléances appellent à taxer le luxe. La condam­na­tion du luxe comme consom­ma­tion super­flue est de plus en plus vive au fur et à mesure que les conflits sociaux trans­forment la révo­lu­tion. Il devient l’ex­pres­sion d’un égoïsme, asso­cié au monde ancien, et contraire aux devoirs civiques d’éga­lité et de frater­nité que la répu­blique requiert des bons citoyens. En quoi cette critique rejoint-elle nos préoc­cu­pa­tions actuelles ?

20 h 30 – 23 h Capi­ta­lisme, gaspillage consu­mé­riste et érosion du commun
Confé­rence-débat avec Gene­viève Azam, écono­miste, membre du conseil scien­ti­fique d’ATTAC. Présen­tée par Gilles Caire, écono­miste à l’uni­ver­sité de Poitiers.

Les biens comme l’eau, la nature ou la culture, dont nous sommes co-béné­fi­ciaires, font l’objet de stra­té­gies d’ap­pro­pria­tion sans cesse renou­ve­lées par les grandes entre­prises trans­na­tio­nales. Au nord comme au sud, l’in­té­rêt des peuples est de résis­ter à cette entre­prise de domi­na­tion par l’éco­no­mie néo-libé­rale et d’en­ga­ger une tran­si­tion vers une écono­mie écolo­gique et coopé­ra­tive. Contre l’ima­gi­naire de l’ex­pan­sion infi­nie, il s’agit d’ima­gi­ner de nouvelles manières de vivre et de produire, répon­dant aux besoins du plus grand nombre.

Jeudi 30 mars 2017
Ce que consom­mer veut dire

Amphi Bour­dieu, Hôtel Fumé, faculté de Sciences Humaines et Arts, en parte­na­riat avec l’As­so­cio

10 h – 12 h Agri­cul­ture et circuits courts : un contre-modèle géné­ra­li­sable ?
Confé­rence-débat avec Laurence Rouher de l’as­so­cia­tion de forma­tion et d’in­for­ma­tion pour le déve­lop­pe­ment d’ini­tia­tives rurales (AFIPAR) et Roger Demiot, agri­cul­teur, confé­dé­ra­tion paysanne. Animée par Benoît Leroux, maître de confé­rences en socio­lo­gie (GRESCO).

Les circuits courts mettent en lien un ou plusieurs produc­teurs avec des consom­ma­teurs, le plus souvent en privi­lé­giant la proxi­mité géogra­phique. Ils visent à se rappro­cher du coût réel, créer des emplois locaux, limi­ter l’uti­li­sa­tion d’in­trants et de pesti­cides, réduire les temps de paie­ment pour les paysans, utili­ser moins d’em­bal­lages, etc. Ce modèle en plein essor repré­sente un enjeu écono­mique énorme et peut être inter­rogé comme alter­na­tive de produc­tion et de consom­ma­tion à l’agro­bu­si­ness et aux grandes surfaces.

12 h déjeu­ner-buffet
14 h – 17 h Consom­ma­tion et styles de vie
Table-ronde avec Nata­cha Coquery, profes­seur en histoire moderne (LARHRA – Univer­sité Lumière – Lyon2), Anne Bory et Blan­dine Mortain, maîtresses de confé­rences en socio­lo­gie (collec­tif Rosa Bonheur, Clersé, Lille 1) et Jean-Baptiste Comby, maître de confé­rences en socio­lo­gie à l’Ins­ti­tut Français de Presse (Univer­sité Paris-2). Présen­tée par Laurent Le Moulec et Hélène Stevens, socio­logues à l’Uni­ver­sité de Poitiers.

Les pratiques de consom­ma­tion ne dépendent pas seule­ment de néces­si­tés ou de possi­bi­li­tés écono­miques. Elles sont large­ment déter­mi­nées par des styles de vie, des obli­ga­tions et des aspi­ra­tions sociales qui donnent lieu à des usages diffé­ren­ciés. Cette table-ronde propose une analyse des rapports sociaux qui se jouent dans les actes de consom­ma­tion en y inscri­vant le temps de l’his­toire, du XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’­hui.

17 h 15 – 18 h 45 De la critique de la consom­ma­tion à la critique de la marchan­dise
Confé­rence de Anselm Jappe, philo­sophe, auteur de Les Aven­tures de la marchan­dise, Pour une nouvelle critique de la valeur (Denoël) et de Guy Debord (Denoël).

Lorsque Guy Debord a publié en 1967 La Société du spec­tacle, il ne voulait pas seule­ment critiquer les médias et la repré­sen­ta­tion du monde qu’ils offrent, mais aussi ce monde lui-même : la société capi­ta­liste et son stade contem­po­rain, la société de consom­ma­tion. Il est  facile aujourd’­hui de poin­ter du doigt les dérives des médias. Cepen­dant, cette critique du « spec­tacle » expri­mée par Debord vise toute société capi­ta­liste, basée sur la marchan­dise, le travail et l’argent, les hiérar­chies sociales et le règne des experts. C’est cet aspect de la théo­rie de Debord qui trouve sa source chez Marx qu’il s’agit de reprendre ici.

Cinéma Le Dietrich

21 h La Société du Spec­tacle
Projec­tion du film de Guy Debord (1973) suivie d’un débat avec Anselm Jappe, philo­sophe, spécia­liste de la pensée de Guy Debord.

A partir de docu­ments d’ac­tua­lité et de films publi­ci­taires, Guy Debord démonte la méca­nique de la société de consom­ma­tion, appliquant en cela les prin­cipes subver­sifs du situa­tion­nisme.

Plein tarif : 5,5 € –  tous tarifs réduits : 4 € – bourses spec­tacles : 3 €

Vendredi 31 mars 2017
En finir avec le tout consom­ma­tion

à l’es­pace Mendès France

10 h – 12 h La soli­da­rité contre le consu­mé­risme
Table-ronde avec Gilles Caire, maître de confé­rences à l’uni­ver­sité de Poitiers (CRIEF) et Alain Peyrotte, mili­tant mutua­liste et syndi­ca­liste CGT. Présen­tée par Bertrand Geay, poli­tiste.

La Sécu­rité Sociale, les coopé­ra­tives de consom­ma­teurs et les comi­tés d’en­tre­prise ont été créés pour contri­buer à éman­ci­per les sala­riés des rapports marchands. Les idéaux origi­nels ont bien souvent été trahis même si subsistent des lieux de résis­tance à la marchan­di­sa­tion et au consu­mé­risme. Face au pouvoir des experts et des comp­tables, l’im­pli­ca­tion citoyenne et la soli­da­rité restent des idées neuves.

14 h – 15 h Lectures de Debord
Lectures par des étudiants Licence de Lettres, coor­don­nées par Véro­nique Rauline, maîtresse de confé­rences à l’uni­ver­sité de Nanterre.

Projet collec­tif élaboré par un groupe d’étu­diant.e.s de Lettres dans le cadre de leur ensei­gne­ment en analyse des discours. Consa­cré cette année aux réflexions de Guy Debord sur la « société du spec­tacle », ce « moment où la marchan­dise est parve­nue à l’oc­cu­pa­tion totale de la vie sociale », le cours a asso­cié lectures guidées et recherche de formes pour resti­tuer l’ex­pé­rience de ce texte et faire réson­ner sa critique de la trans­for­ma­tion de l’in­di­vidu en consom­ma­teur, sinon en marchan­dise.

15 h 30 – 18 h Quelles Alter­na­tives ? Consom­mer et distri­buer dans les marges du système
Table ronde avec Louise Ollier, accom­pa­gna­trice de démarches coopé­ra­tives, membre de La Gibbeuse, Julie Reynard, co-gérante de la SCOP Le Plan B, et Arnaud Mège, socio­logue, auteur d’une thèse sur le mouve­ment décrois­sant, Gresco. Animée par Sofian Beldjerd, socio­logue.

AMAP, boutiques équi­tables, bars et gale­ries soli­daires, mais aussi hackers­paces (ateliers commu­nau­taires d’ap­pro­pria­tion de la tech­no­lo­gie), autant de formes rela­ti­ve­ment récentes qui, dans les marges du système, visent à expé­ri­men­ter d’autres manières de distri­buer, de s’ap­pro­vi­sion­ner et de consom­mer. Quelles posi­tions les promo­teurs et promo­trices de telles alter­na­tives adoptent-ils-elles à l’égard des réus­sites et des échecs de leurs prédé­ces­seurs (auto-construc­teurs, coopé­ra­teurs, commu­nards auto-gestion­naires, squat­ters liber­taires, etc.)? Comment s’ac­com­modent-ils-elles de l’om­ni­pré­sence contem­po­raine des stan­dards de l’éco­no­mie domi­nante ? A quelles condi­tions leurs acti­vi­tés soli­daires, repo­sant prio­ri­tai­re­ment sur une circu­la­tion de richesses, sont-elles suscep­tibles de favo­ri­ser de nouveaux élans critiques et mili­tants ?

Plan B

21 h Soirée de clôture du festi­val
Spec­tacle de Yves Cusset « Manuel d’en­ga­ge­ment poli­tique à l’usage des mammi­fères doués de raison et autres homi­ni­dés un peu moins doués »

Un examen humo­ris­tique et désen­chanté sur les caté­go­ries poli­tiques actuelles qui, au-delà de la diffé­rence droite-gauche, dresse un véri­table tableau sans conces­sion de la société contem­po­raine. Yves Cusset s’aven­ture avec une ironie déli­cieuse sur le terrain glis­sant de la poli­tique, en jouant avec les mots et les concepts, et en gardant intacte sa capa­cité joyeuse d’éton­ne­ment philo­so­phique.

Concerts propo­sés par le Collec­ti­cat

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.