Aller au contenu

Jour­née d’étude « Le travail et la nature : philo­so­phie et écolo­gie poli­tiques »

Quand :
18 octobre 2019 @ 10h00 – 17h00
2019-10-18T10:00:00+02:00
2019-10-18T17:00:00+02:00
Où :
UFR SHA, Hôtel Fumé, Salle des Actes (Bâtiment E15, RDC)
8 rue René Descartes
Poitiers
Journée d’étude « Le travail et la nature : philosophie et écologie politiques » @ UFR SHA, Hôtel Fumé, Salle des Actes (Bâtiment E15, RDC)

Jour­née d’études ouverte à tous orga­ni­sée par Alexis Cukier et Arnaud François, dans le cadre des acti­vi­tés du labo­ra­toire Méta­phy­sique Alle­mande et Philo­so­phie Pratique (MAPP, EA2626) de l’uni­ver­sité de Poitiers.

Cf : http://philo.labo.univ-poitiers.fr/colloques-et-jour­nees-detude/le-travail-et-la-nature-philo­so­phie-et-ecolo­gie-poli­tiques-vendredi-18-octobre-2019/

Les recherches récentes dans le domaine de l’éco­lo­gie poli­tique et plus large­ment des huma­ni­tés envi­ron­ne­men­tales (et notam­ment l’an­thro­po­lo­gie, la géogra­phie et l’his­toire de l’en­vi­ron­ne­ment) inter­pellent l’en­semble des lieux de la philo­so­phie, depuis la méta­phy­sique et l’épis­té­mo­lo­gie jusqu’à l’éthique et la philo­so­phie poli­tique. Dans cette jour­née d’étude, nous propo­sons d’exa­mi­ner spéci­fique­ment le rapport entre écolo­gie poli­tique et philo­so­phie sociale et poli­tique au prisme du problème clas­sique des rapports entre travail et nature.

Cet angle d’at­taque est motivé par des consi­dé­ra­tions d’ordre concep­tuel, mais aussi par des enjeux sociaux et poli­tiques contem­po­rains. D’un côté, si le concept de travail a toujours été défini par oppo­si­tion (plus ou moins complexe) avec la nature, la redé­fi­ni­tion de cette dernière par l’éco­lo­gie poli­tique ne peut lais­ser indif­fé­rente la concep­tion philo­so­phique du travail. Inver­se­ment, la philo­so­phie sociale et poli­tique du travail a proposé ces dernières années – sur la base notam­ment de la psycho­lo­gie et de la socio­lo­gie du travail – des éléments de redé­fi­ni­tion du concept de travail (et notam­ment de travail vivant), qui n’ont pas toujours inté­gré sérieu­se­ment les apports de l’éco­lo­gie poli­tique, mais qui sont à même d’en­trer en conso­nance avec certains de ses argu­ments. Comment alors redé­fi­nir philo­so­phique­ment aujourd’­hui les rapports entre les concepts de nature et de travail, pour rendre raison du boule­ver­se­ment théo­rique produit par les huma­ni­tés envi­ron­ne­men­tales ?

La critique du produc­ti­visme et la mise en évidence par l’éco­lo­gie poli­tique de la destruc­tion en cours des éco-systèmes ainsi que de l’ur­gence d’y trou­ver une réponse radi­cale posent par ailleurs un certain nombre de problème d’ordre fonda­men­tal à la philo­so­phie poli­tique, qui concernent notam­ment les moyens et les fins de la critique du capi­ta­lisme, et, d’un point de vue concep­tuel, les théo­ries de l’Etat, de la démo­cra­tie et de l’au­to­no­mie poli­tique.

L’op­tique de cette jour­née d’étude incite à conce­voir ces ques­tion­ne­ments en rapport à la néces­saire trans­for­ma­tion du procès, de l’or­ga­ni­sa­tion et de la divi­sion du travail dans la pers­pec­tive d’une « tran­si­tion écolo­gique » – qu’il faut bien entendu aussi ques­tion­ner pour elle-même. Comment prendre en compte le travail réel dans les projets de déve­lop­pe­ment écolo­gique­ment soute­nable ? Quel rôle peuvent avoir les travailleurs et les travailleuses (ce qui ne revient pas au même comme l’a montré notam­ment l’éco-fémi­nisme) dans un tel proces­sus ? Comment penser ensemble les pers­pec­tives d’une plani­fi­ca­tion démo­cra­tique de la tran­si­tion écolo­gique, d’une préser­va­tion des espèces animales et de la santé des êtres, d’une réduc­tion du temps de travail et d’une profonde trans­for­ma­tion des manières de produire, de consom­mer, et de vivre en commun ?

Cette jour­née d’étude conviera des philo­sophes spécia­listes de l’éco­lo­gie poli­tique ou du travail à exami­ner ces problèmes au prisme de leurs recherches en cours.

Programme :

Mati­née (10h – 12h45)

10h : Accueil des parti­ci­pants

10h15 – Cathe­rine Larrère (Profes­seure émérite de philo­so­phie, Univer­sité Paris I Panthéon Sorbonne) : « Gorz : le travail et la nature »

11h – Adeline Barbin (Docteure en philo­so­phie, Univer­sité Paris I Panthéon Sorbonne) : « Gorz : l’au­to­no­mie au cœur de l’éco­lo­gie »

12h – Arnaud François (Profes­seur de philo­so­phie, Univer­sité de Poitiers) : « Travailler, produire, consom­mer : la ques­tion du besoin »

Après-midi (14h30 – 17h30)

14h30 – Pierre Char­bon­nier (Chargé de recherche en philo­so­phie, CNRS) : « Réflexions sur la notion d’État social écolo­gique »

15h15 – Paul Guilli­bert (Docto­rant en philo­so­phie, Univer­sité Paris Nanterre) : « Staying with produc­tion ? Le travail et les moda­li­tés de l’ac­tion »

16h15 – Alexis Cukier (Maître de confé­rences en philo­so­phie, Univer­sité de Poitiers) : « Le travail vivant, l’ex­ploi­ta­tion et la lutte des classes au prisme de l’éco­lo­gie poli­tique »

17h – Discus­sion géné­rale

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.