Aller au contenu

Mani­fes­ta­tion pour l’état d’ur­gence clima­tique

Quand :
12 décembre 2015 @ 12h00 – 13h00
2015-12-12T12:00:00+01:00
2015-12-12T13:00:00+01:00
Où :
Place d'Armes
Place du Maréchal Philippe Leclerc
86000 Poitiers
France
Contact :
Coalition climat 86
Manifestation pour l'état d'urgence climatique @ Place d'Armes | Poitiers | Poitou-Charentes | France

Face à l’état d’ur­gence clima­tique dans lequel nous sommes, les enga­ge­ments actuels des États sur la réduc­tion des émis­sions gaz à effet de serre nous placent sur une trajec­toire de réchauf­fe­ment de 3°C ou plus, soit bien au-delà de la limite de 1,5 ou 2°C d’élé­va­tion de la tempé­ra­ture déci­dée par la commu­nauté inter­na­tio­nale en 2011. Or, au-delà de cette limite, c’est la survie de millions de personnes qui est en jeu. Renon­cer à cet objec­tif revien­drait à prendre le risque d’im­pacts irré­ver­sibles et impré­vi­sibles.

Dans le nouveau brouillon d’ac­cord adopté samedi dernier par les 195 pays membres de la conven­tion de l’ONU sur le climat, deux visions du monde s’af­frontent. Celle d’un monde accen­tuant les injus­tices, réchauf­fant le climat de 3° et plus, celle de pays qui entendent ralen­tir la tran­si­tion éner­gé­tique mondiale vers les éner­gies renou­ve­lables : les pays pétro­liers, dont l’Ara­bie Saou­dite, l’Aus­tra­lie, la Russie, et le Japon mais aussi les pays comme les Etats Unis et l’Union euro­péenne, qui ne se battent pas pour un accord plus ambi­tieux, de peur de contre­dire leurs inté­rêts natio­naux.

L’autre vision est celle d’un monde soli­daire, où le réchauf­fe­ment pourra être limité à 2°, et évitera aux popu­la­tions les plus fragiles d’être injus­te­ment frap­pées. C’est celle des pays en déve­lop­pe­ment pays insu­laires en déve­lop­pe­ment, pays moins avan­cés et certains pays latino-améri­cains).

Ce qui sera acté la COP21 (notam­ment ces enga­ge­ments) ne s’ap­pliquera pas avant 2020.

La COP21 sera en consé­quence un échec reten­tis­sant si son résul­tat ne laisse aucune chance à l’amé­lio­ra­tion des enga­ge­ments actuels avant 2020. Il est indis­pen­sable de fixer un rendez-vous en 2018  (actuel­le­ment rejeté ou aban­donné par la plupart des Etats) pour que des annonces plus ambi­tieuses soient faites, et pour que les pays en déve­lop­pe­ment, prêts à aller plus loin s’ils reçoivent un soutien inter­na­tio­nale, puissent obte­nir une réponse sur le finan­ce­ment des actions supplé­men­taires qu’ils ont propo­sées.

Depuis le début de la COP21, les citoyens, les asso­cia­tions de soli­da­rité inter­na­tio­nale, les ONG de défense de l’en­vi­ron­ne­ment et des droits humains, les mouve­ments sociaux, les syndi­cats,  bref la société civile dans le monde entier s’est mobi­li­sée pour deman­der un accord ambi­tieux, respec­tueux et juste, puis pour faire entendre son indi­gna­tion au fur et à mesure des discus­sions préli­mi­naires à la COP21, au vu des enjeux majeurs pour l’hu­ma­nité.

Les COP sont néces­saires, mais malheu­reu­se­ment bien insuf­fi­santes, nous le voyons, à répondre aux enjeux de l’ur­gence clima­tique.

Nous, citoyens, nous devons faire exclure les lobbys de l’éner­gie des COP, nous devons un jour faire recon­naître juri­dique­ment les crimes clima­tiques, et nous devons mani­fes­ter notre profond désac­cord de ce qui se passe au Bour­get, en tant que personne respon­sable vis-à-vis de nos enfants, respon­sable histo­rique­ment.

Le climat est mère de toutes les batailles. Si nous ne gagnons pas cette bataille, qu’en sera-t-il des conflits pour la survie alimen­taire, des guerres liées à la ques­tion de l’eau, des conflits liés aux migra­tions clima­tiques, que restera-t-il des ques­tions de démo­cra­tie ?

Ce désac­cord profond se répand au travers d’un vaste mouve­ment pour la justice clima­tique, dans le monde entier, et par la conver­gence des luttes contre les projets inutiles, par la promo­tion d’un mode de vie sobre et respec­tueux de notre envi­ron­ne­ment et des droits humains.

Nous allons conti­nuer à promou­voir les solu­tions au chan­ge­ment clima­tique dans nos choix de vie au quoti­dien, nous allons conti­nuer à dénon­cer les projets clima­ti­cides, et nous allons expri­mer notre profond désac­cord à la fin de la COP 21, samedi 12 décembre, à Poitiers, mais aussi à Paris.

Nous donnons rendez-vous à tous les citoyens à 12h précises devant la place de la mairie, avec panneau, pancarte montrant notre mobi­li­sa­tion pour la justice clima­tique.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.