Aller au contenu

Marche pour le climat

Quand :
14 mars 2020 @ 15h00
2020-03-14T15:00:00+01:00
2020-03-14T15:15:00+01:00
Où :
Place de la Mairie
Poitiers
Marche pour le climat @ Place de la Mairie
Programme de la jour­née
15 h : mani­fes­ta­tion départ PLACE DE LA MAIRIE , anima­tions ( la Planète malade,…)

Soirée clima­tique à la Rota­tive :
18h30 (accueil chorale Les Tarta­goules ?);
18h45–19h30 : 3 ateliers théma­tiques : « éner­gie, trans­ports, alimen­ta­tion », avec propo­si­tions d’ac­tions suite à la marche. Puis la réunion plénière sera consa­crée à la ques­tion: « Agir, mais comment? »
20h30 : concert avec 3 groupes musi­caux et des inter­mèdes courts sur les luttes locales en cours.
Préci­sion :  cette soirée festive sera béné­vole et les recettes revien­dront pour 2/3 aux grévistes, et pour 1/3 pour le mouve­ment clima­tique.  Buvette et nour­ri­ture assu­rée. 
Les orga­ni­sa­tions Attac, CGT, Confé­dé­ra­tion Paysanne, FSU, Green­peace, Les Amis de la Terre, Oxfam, Union Syndi­cale Soli­daires appellent à parti­ci­per massi­ve­ment aux marches pour le climat le 14 mars prochain.
Jamais il n’a été aussi urgent d’af­fron­ter ensemble les crises sociales et écolo­giques. Les alertes des scien­ti­fiques se succèdent pour expliquer que nous sommes la dernière géné­ra­tion à pouvoir agir pour y faire face. Le climat et les enjeux sociaux figurent en tête des préoc­cu­pa­tions de la popu­la­tion et le soutien aux mobi­li­sa­tions récentes pour les retraites et les services publics a été massif. Mais le gouver­ne­ment reste sourd adop­tant une même logique : le refus de parler d’une autre répar­ti­tion des richesses est justi­fié par une course sans fin à la crois­sance faisant fi de la situa­tion écolo­gique.

Nous sommes pour­tant convaincu-e-s que la réso­lu­tion de ces crises réside dans une profonde remise en cause du système poli­tique et écono­mique actuel, que nous devons collec­ti­ve­ment exiger du gouver­ne­ment de prendre les mesures néces­saires pour réduire dras­tique­ment les émis­sions de gaz à effet de serre et les inéga­li­tés sociales.

L’État, en lien avec les collec­ti­vi­tés locales, doit pour cela reprendre ses habits délais­sés de plani­fi­ca­teur, afin d’or­ga­ni­ser au mieux la tran­si­tion agri­cole, indus­trielle et éner­gé­tique néces­saire et veiller à accom­pa­gner soli­de­ment tout-e-s les sala­rié·e·s dans l’évo­lu­tion des métiers. Les travailleuses et travailleurs et leurs orga­ni­sa­tions doivent pouvoir parti­ci­per et déci­der au sein du proces­sus de recon­ver­sion. Le déve­lop­pe­ment de services publics de qualité et de proxi­mité et la créa­tion de millions d’em­plois sont égale­ment néces­saires à la tran­si­tion écolo­gique et sociale.

Nous devons enfin contraindre les multi­na­tio­nales, banques et insti­tu­tions finan­cières à cesser d’ali­men­ter le chan­ge­ment clima­tique, à proté­ger et respec­ter les droits des sala­rié-e-s, préser­ver et renfor­cer les acquis sociaux et non les faire recu­ler.

Combattre les dérè­gle­ments clima­tiques, c’est aussi refu­ser l’injus­tice sociale. Se dépla­cer, se nour­rir, se loger, se chauf­fer, produire, consom­mer autre­ment est possible et souhai­table. Les alter­na­tives sont connues et nombreuses et pour­tant les déci­deurs poli­tiques et écono­miques retardent leur mise en œuvre au nom d’in­té­rêts parti­cu­liers. Ensemble, exigeons une meilleure répar­ti­tion des richesses pour garan­tir une exis­tence digne pour chacun-e. Ensemble, exigeons une réelle trans­for­ma­tion de notre système pour répondre à l’ur­gence clima­tique.

Le 14 mars, nous marche­rons ensemble pour faire entendre nos déter­mi­na­tions communes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.