Aller au contenu

Pas une de plus -commu­niqué du Collec­tif 8 mars

Quand :
16 juillet 2021 @ 18h00
2021-07-16T18:00:00+02:00
2021-07-16T18:15:00+02:00
Où :
Place du Marché Notre-Dame
Poitiers
Pas une de plus -communiqué du Collectif 8 mars @ Place du Marché Notre-Dame

Le Collec­tif 8 mars apporte son soutien aux proches des deux femmes assas­si­nées en ce début du mois de juillet dans la Vienne.

Ainsi, Françoise, a été assas­si­née le 4 juillet, son corps retrouvé chez elle par une voisine inquiète, quar­tier Bel-Air à Poitiers. Son mari, déjà condamné à trois reprises pour violences sur conjointe, a été placé en déten­tion à Vivonne. Ce fémi­ni­cide est into­lé­rable.

Une autre femme a été assas­si­née et retrou­vée morte par sa fille, à Buxe­rolles, dans son appar­te­ment, le jeudi 8 juillet.

Nous ne les oublie­rons pas.

Nous appor­tons égale­ment notre soutien à cette femme à Leigné-les-Bois qui a frôlé la mort, après l’in­cen­die volon­taire de son mari bipo­laire. Cette femme fait un appel à la soli­da­rité.

Cette année 2021, au moins 63 femmes et mino­ri­tés de genre ont été assas­siné.e.s en France par leur conjoint ou ex-conjoint, et la réponse poli­tique et judi­ciaire reste plus qu’in­suf­fi­sante. Nous consta­tons qu’au­cun plan d’ac­tion gouver­ne­men­tal effi­cace n’a été mis en place depuis le Grenelle des violences patriar­cales orga­nisé par Marlène Schiappa. Force est de consta­ter que l’éga­lité des genres, prio­rité du quinquen­nat, n’est qu’un effet d’an­nonce. Le fémi­nisme n’est pas de l’af­fi­chage, il implique de réelles mesures. Nous condam­nons de nouveau le manque de moyens humains et finan­ciers, le peu de forma­tion pour l’ac­cueil des personnes victimes. Nous rappe­lons que sans moyens finan­ciers, sans une véri­table poli­tique de lutte contre les violences faites aux femmes (notam­ment d’édu­ca­tion à la sexua­lité), nous serons condam­nées à comp­ter nos mort.e.s. Les fémi­ni­cides sont prévi­sibles, ils pour­raient être évités. Nous nous voulons vivant.e.s !

 

Le collec­tif 8 mars appelle à un rassem­ble­ment ce vendredi 16 juillet à 18h devant Notre-Dame de Poitiers. Venez avec votre rage, vos pancartes et des chan­sons, pour ne pas oublier Françoise et Virgi­nie, ni les dizaines d’autres femmes déjà tuées cette année, pour faire chan­ger le regard de chacun.e, les lois et leur appli­ca­tion.

Sans peur ( sur l’air de Sin miedo, Vivir Quin­tina, et adapté de Sans peur du Cri du peuple )

 

Que tremble la rue, l’Etat et ses complices
Que tremblent les juges et toutes les polices
Aujourd’­hui les femmes nous perdons notre calme
Qui sème la terreur….nous n’avons plus peur

 

Pas une minute, pas une semaine,
Sans qu’on viole nos ami.es, assas­sine nos sœurs
Détruisent leur corps, anéan­tissent leur âme
N’ou­blions pas leur noms…n’ou­blions pas leur mort

 

Pour toutes les cama­rades qui luttent tous les jours
Pour toutes les femmes qui veulent juste être vivantes
Pour les comman­dantes qui se battent au Rojava
Pour toutes les mères qui vous cherchent à Tijuana

 

Nous chan­tons sans peur, nous hurlons vos noms
Exigeons justice pour vos dispa­ri­tions
Pour restez vivantes ensemble nous luttons
A bas les fémi­ni­cides, nous les arrêt’­rons

 

On brûlera tout, on cassera tout
Si un jour un homme porte la main sur toi
Plus rien nous f’ra taire, on n’a plus rien à crainde
Si vous en touchez une, nous répon­drons toutes

 

Je suis Sarah, Chahi­nez, Haby, et Manon,
Rose, Joce­lyne, Nata­cha, et Vanessa
Nous sommes la vie que t’as prise la violence des hommes
Nous sommes la mère qui à présent pleure ses mortes

 

Et nous sommes celles qui feront payer la note

Justice, justice, justice

 

Pour toutes les cama­rades qui luttent tous les jours
Pour toutes les femmes qui veulent juste être vivantes
Pour les comman­dantes qui se battent au Rojava
Pour toutes les mères qui vous cherchent à Tijuana

 

Nous chan­tons sans peur, nous hurlons vos noms
Exigeons justice pour vos dispa­ri­tions
Pour restez vivantes ensemble nous luttons
A bas les fémi­ni­cides, et nous gagne­rons

A bas le patriar­cat, et nous gagne­rons

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.