Aller au contenu

Pour la sauve­garde du seuil (barrage) de l’an­cienne mino­te­rie-coopé­ra­tive de Maze­rolles/Lussac les Châteaux

Quand :
13 août 2016 @ 14h00 – 14 août 2016 @ 20h00
2016-08-13T14:00:00+02:00
2016-08-14T20:00:00+02:00
Coût :
Gratuit
Pour la sauvegarde du seuil (barrage) de l’ancienne minoterie-coopérative de Mazerolles/Lussac les Châteaux

La Mie du pain, des fours et des moulins d’ici et d’ailleurs
asso­cia­tion recon­nue d’In­té­rêt géné­ral
“Collec­tif – Afrique – Poitou –  Soli­daires”
Collec­tif poite­vin de soli­da­rité inter­na­tio­nale

Fort des soutiens de plus de 4.000 péti­tion­naires, des élus locaux Mesdames Annie Lagrange Vice-prési­dente de la commu­nauté de communes lussa­coise, Marie-Renée Desroses Vice–­pré­si­dente du Conseil Dépar­te­men­tal, Marie-Renée Waszak Vice-prési­dente du Conseil Régio­nal, du Député Jean-Michel Clément, de Jackie Perault maire de Maze­rolles et des maires de Persac, Gouex, Queaux, Sillars, de Fran­cis Bailly Président de la Fédé­ra­tion dépar­te­men­tale de la pêche et des Milieux Aqua­tiques,

une délé­ga­tion de l’as­so­cia­tion « La Mie du pain, des fours et des moulins d’ici et d’ailleurs » compo­sée de son Président Jean-Luc Herpin, du secré­taire Omar NGOM, d’Em­ma­nuel Dion, repré­sen­tant des rive­rains, d’Oli­via Gautier épouse du proprié­taire de l’an­cienne Meune­rie et de François Bock, conseiller dépar­te­men­tal de Lussac,

a remis à Madame Marie-Chris­tine Dokhé­lar, Préfète de La Vienne,

la péti­tion pour la sauve­garde du seuil (barrage) de l’an­cienne mino­te­rie-coopé­ra­tive  de Maze­rolles/Lussac les Châteaux et pour la reva­lo­ri­sa­tion de l’en­semble du site.

Madame La préfète s’est montrée très atten­tive à l’ar­gu­men­taire de la délé­ga­tion et a assuré qu’il ne fallait plus parler « d’ara­se­ment du seuil » mais recher­cher par une large concer­ta­tion des solu­tions alter­na­tives permet­tant le main­tien de l’ou­vrage et la libre circu­la­tion des pois­sons.

Madame la préfète suit en cela les recom­man­da­tions de Madame Ségo­lène Royal Ministre de l’Ener­gie, de l’Eco­lo­gie et du Déve­lop­pe­ment durable qui avait adres­sée un cour­rier à toutes les préfec­tures dés le 9 décembre 2015. La Ministre souhaite que soit fait un recen­se­ment des bonnes pratiques en cours actuel­le­ment en France,  voir en Europe, sur l’amé­na­ge­ment des barrages, avec une évalua­tion des enjeux écolo­giques, de la qualité de l’eau et de la biodi­ver­sité, des réper­cus­sions sur la stabi­li­sa­tion des rives et des ouvrages et habi­tats . Elle souhaite la mise en place de solu­tions adap­tées à chaque site et qui fassent concen­sus. Elle pense qu’une aide au finan­ce­ment pour les études et les réali­sa­tions pour­rait être trou­vée auprès le l’Agence de L’Eau.

 L’as­so­cia­tion, quand a elle,  souhaite une remise en état du barrage pour lui donner ses lustres d’an­tan qui satis­fasse les gens du pays, les rive­rains, les pêcheurs, les pratiquants de sports d’eau. Jean-Philippe Gautier, proprié­taire et archi­tecte des lieux va dans ce sens en propo­sant le creu­se­ment d’un bief, rive droite côté Lussac, sur lequel pour­rait être emmé­nagé un obser­va­toire à pois­sons, acces­sible au public et qui permet­trait égale­ment un comp­tage de la migra­tion ou de la déva­lai­son des pois­sons.  Côté moulin, l’ou­ver­ture des portes de l’écluse de la chambre d’eau, complè­te­rait le dispo­si­tif de fran­chis­se­ment lors de  la migra­tion. Un deuxième poste d’ob­ser­va­tion et de comp­tage pour­rait y être installé pour permettre un suivi très précis en rela­tion avec les spécia­listes de la biodi­ver­sité.

Le site pour­rait égale­ment être ré-adapté pour une petite produc­tion hydro-élec­tri­cité, qui complè­te­rait les emmé­na­ge­ments de l’an­cienne mino­te­rie pour en faire un bâti­ment à éner­gie posi­tive, très perti­nent en terme de déve­lop­pe­ment durable .

Autant d’idées que l’as­so­cia­tion « la mie du pain, des fours et des moulins d’ici et d’ailleurs » compte bien soute­nir acti­ve­ment pour créer un projet global de reva­lo­ri­sa­tion du site autour du Moulin afin d’en faire un lieu d’ex­cel­lence envi­ron­ne­men­tal, écolo­gique. L’as­so­cia­tion verrait égale­ment des espaces cultu­rels dédiés à l’his­toire des lieux (préhis­toire, bataille du pont du Connes­table Chan­dos, faits d’armes des maqui­sarts…). Cet éco-musée à voca­tions et lieux multiples permet­trait égale­ment d’in­for­mer sur l’his­toire indus­trielle et arti­sa­nale des moulins et des mino­te­ries du Val de Vienne, tout en sensi­bi­li­sant le public à l’évo­lu­tion des éner­gies renou­ve­lables. Ces sujets d’études pour­raient être confiés à des étudiants en envi­ron­ne­ment, en archi­tec­ture, en anima­tion des milieux ruraux…

La prochaine et 3ème fête du moulin des 13 et 14 août sur l’aire de loisirs de Mauveillant (rive droite de La Vienne), sur le thème « pains, moulins, éner­gies et soli­da­rité » sera l’oc­ca­sion de présen­ter le projet et d’échan­ger avec le public. Des anima­tions spéci­fiques, des ateliers d’ar­tistes, des expo­si­tions de livres régio­naux, cartes postales, pein­tures, photos, la cuis­son de pains à l’an­cienne, un rallye-décou­verte des moulins de La Vienne et un concert surprise avec un artiste local, en mémoire de Jean Réau, ancien président du club cycliste, la JPCL et orga­ni­sa­teur des « fêtes locales du 15 août » seront orga­ni­sées. L’as­so­cia­tion lance un appel à tous les gens du pays, aux mairies et collec­ti­vi­tés locales pour la prépa­ra­tion de cet événe­ment d’été.

Contact : lamie­du­pain86­poi­tou@o­range.fr
05 49 44 02 93

Billets en relation :

2 réflexions au sujet de « Pour la sauve­garde du seuil (barrage) de l’an­cienne mino­te­rie-coopé­ra­tive de Maze­rolles/Lussac les Châteaux »

  1. Mourier dit :

    Il faut voir les choses ds le détail mais rendre sa dynamique à la rivière est capital.Trop de barrages tuent une rivière en la transformant en une succession de bassines;c’est trop cher payé pour « une petite production hydro électrique »

    Répondre
  2. Herpin Jean-Luc dit :

    les vrais obstacles sont les grands barrages  (plus de 11m à l’isle jourdain) pas les petits barrages. Le réchauffement des eaux de la Vienne par la Centrale de Civaux et les rejets d’éffluents irradiés  et pollués dans la Vienne ont aussi leur part  dans la disparition de certaines espèces de poissons ou leur mutation, sans compter les rejets chimiques agriculture, industrie etc… Cest pas cher payer ça pour faire fonctionner des climatiseurs. 6000 litres d’eau sont pompés par seconde dans la Vienne pour le refroidissement de Civaux !

     

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.