Aller au contenu

Rassem­ble­ment et péti­tion de soutien pour la famille DANELYAN / KHACHATYRAN

Quand :
20 mai 2016 @ 8h00
2016-05-20T08:00:00+02:00
2016-05-20T08:15:00+02:00
Où :
école Paul Blet
24 Boulevard François Albert
86000 Poitiers
France
Coût :
Gratuit
Rassemblement et pétition de soutien pour la famille DANELYAN / KHACHATYRAN @ école Paul Blet  | Poitiers | Aquitaine Limousin Poitou-Charentes | France

Le collec­tif DNSI appelle à rejoindre l’As­so­cia­tion des Parents d’élèves de Paul Blet . Parents, venez nombreux devant l’école Paul Blet !!!  Nous avons besoin de votre présence pour soute­nir la famille de Sarghiz et Diana. Vous pour­rez signer la péti­tion papier à ce moment-là.

PETITION DE SOUTIEN POUR LA FAMILLE DANELYAN / KHACHATYRAN

Nous, parents d’élèves de l’école Paul Blet et initia­teurs de cette péti­tion, sommes très touchés par la situa­tion de la famille Dane­lyan / Khacha­ty­ran dont les enfants sont scola­ri­sés avec les nôtres.

Cette famille a fui l’Ar­mé­nie pour des raisons poli­tiques et est arri­vée en France en 2012. Elle a fait une demande d’Asile qui a été reje­tée en 2015. Depuis le 5 avril dernier, ils sont sous le coup d’une Obli­ga­tion de Quit­ter le Terri­toire Français dont ils ont fait appel.

La famille compte 3 enfants : les aînés Sarghiz (10 ans) et Diana (5 ans) sont scola­ri­sés depuis 3 ans à l’école Paul Blet, respec­ti­ve­ment en CE2 et Grande Section de mater­nelle. Mané (2ans et demi) va à la crèche et est inscrite pour la rentrée de septembre 2016 à l’école Paul Blet.

Les enfants vont à l’école avec assi­duité et ponc­tua­lité. Ils sont parfai­te­ment inté­grés. Les parents sont très impliqués dans le suivi scolaire des enfants et atten­tifs aux demandes de l’école. De plus, ils fréquentent les accueils péri­sco­laires du Local et de la M3Q.

Les parents suivent des cours de langue et parlent français. Ils sont béné­voles à l’as­so­cia­tion l’Eveil.

N’ayant pas été pris en charge au sein d’un Centre d’Ac­cueil pour Deman­deurs d’Asile lors de leur procé­dure de demande d’asile, et face à l’ab­sence de place d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence, la famille a trouvé refuge pendant plusieurs mois au sein d’un squat dont ils ont été expul­sés le 27 novembre 2013.

Depuis 3 ans, la famille est héber­gée à l’hô­tel dans des condi­tions sani­taires déplo­rables : ils partagent une chambre tous les 5 avec moisis­sures sur les murs où il n’y a pas de possi­bi­lité de cuisi­ner. Les seuls repas chauds des enfants sont donc ceux pris à l’école. Des problèmes de santé commencent à toucher les enfants.

La famille Dane­lyan / Khacha­ty­ran fait preuve d’une très forte volonté d’in­té­gra­tion en France, malgré des condi­tions de vie très précaires.

Sarghiz et Diana ont construit tous leurs repères en France, après 3 ans de scola­ri­sa­tion le retour forcé de leur famille en Armé­nie serait parti­cu­liè­re­ment trau­ma­ti­sant.

Cette famille a acquis une auto­no­mie, des pers­pec­tives (études, emploi, loge­ment…) mais reste dans une extrême préca­rité entre­te­nue par leur situa­tion admi­nis­tra­tive. Alla, la mère a été profes­seur de Chimie pendant 7 ans en Armé­nie.

Bien que la Cour Natio­nale du Droit d’Asile ait rejeté leur demande, une régu­la­ri­sa­tion est possible sur la base des pouvoirs délé­gués aux préfec­tures !

Madame la Préfète,

Au nom de l’in­té­rêt supé­rieur des enfants de la famille Dane­lyan / Khacha­ty­ran, qui est un prin­cipe fonda­men­tal de la Conven­tion rela­tive aux droits de l’en­fant,

– Nous, signa­taires de cette péti­tion, deman­dons l’an­nu­la­tion, par vos services, de l’Obli­ga­tion de Quit­ter le Terri­toire Français à l’en­contre de cette famille.

– Nous, signa­taires de cette péti­tion, solli­ci­tons vos pouvoirs en matière de régu­la­ri­sa­tion et votre indul­gence pour réexa­mi­ner avec bien­veillance cette situa­tion et octroyer un titre de séjour avec auto­ri­sa­tion de travail à Mme Khacha­ty­ran et M. Dane­lyan.

– Nous, signa­taires de cette péti­tion vous deman­dons de permettre à cette famille de vivre digne­ment afin que les enfants puissent pour­suivre leur scola­rité de manière sereine en France, pays dans lequel ils sont déjà parfai­te­ment inté­grés.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.