Aller au contenu

Une histoire manquée / théâtre de rue / Tcher­no­byl

Quand :
19 septembre 2018 @ 20h30 – 22h00
2018-09-19T20:30:00+02:00
2018-09-19T22:00:00+02:00
Où :
Cité U Descartes (le 19) et Maison de la Gibauderie
49 Place Charles de Gaulle
86000 Poitiers
France

Dans le cadre du mois d’ac­cueil des étudiants, le collec­tif artis­tique Cortège de tête et l’univer­sité de Poitiers vous invite à la première de son spec­tacle de théâtre de rue : Une histoire manquée — D’après La Suppli­ca­tion de Svet­lana Alek­sie­vitch.

Deux repré­sen­ta­tions sont program­mées :

  • le 19 septembre à 20h30
    Rési­dence Descartes 11 rue Raoul Folle­reau Campus – Bât C18 — Bus arrêt Descartes
  • le 21 septembre à 20h30
    Maison de la Gibau­de­rie 111 rue de la Gibau­de­rie à Poitiers
    Contact Orga­ni­sée par la compa­gnie Cortège de Tête et l’uni­ver­sité de Poitiers

Vous déam­bu­le­rez d’une porte à une autre et rencon­tre­rez des témoins de la catas­trophe nucléaire de Tcher­no­byl. Ils ont vécu l’évé­ne­ment selon une percep­tion cultu­relle propre au monde sovié­tique. Ils ne sont pas les héros dont l’His­toire offi­cielle se souvient. Leurs vies semblent proches des nôtres car ils ont traversé l’His­toire sans préten­tion parti­cu­lière. En s’ar­rê­tant sur leur histoire compren­drons-nous mieux ce que nous réserve l’ave­nir ?

Le collec­tif artis­tique Cortège de tête voit le jour durant l’été 2017 à l’ini­tia­tive d’un jeune étudiant de Poitiers, Théo­phile Guil­hem Guéry. Sa direc­tion artis­tique est assu­rée par ce dernier en colla­bo­ra­tion avec Ophé­lie Thou­ve­not. Il regroupe des artistes qui s’en­gagent dans un art du XXIe siècle, exigeant et ardu. Choi­sis­sant un théâtre narra­tif et poli­tique, Cortège de tête s’ap­pro­prie les grandes ques­tions de société afin de dessi­ner les contours d’un monde en désordre dont nous sommes tous héri­tiers malgré nous. Ce collec­tif s’in­té­resse au poten­tiel théâ­tral de toute chose et ne se limite pas, par consé­quent, aux pièces théâ­trales déjà exis­tantes. Les artistes trouvent leurs inspi­ra­tions dans des textes divers qu’ils adaptent, écrivent ou réécrivent ensemble. Une impor­tance parti­cu­lière est accor­dée aux spec­ta­teurs, qui viennent voir bien plus qu’une simple pièce. Rien n’est laissé au hasard, de l’ar­ri­vée du public à son départ, tout est fait pour que le théâtre, espace popu­laire et démo­cra­tique, impose un rythme et une mélo­die qui brisent pour un temps la mono­to­nie du monde. La première créa­tion du collec­tif est une adap­ta­tion déam­bu­la­toire en rue de l’œuvre poly­pho­nique de Svet­lana Alexie­vitch. Elle s’ap­pelle Une histoire manquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.