Aller au contenu

Avec les Grecs, contre les néoli­bé­raux !

Alexis Cukier est venu à Poitiers le jeudi 2 avril parler au nom du regrou­pe­ment natio­nal « avec les Grecs ».

Le texte de l’ inter­ven­tion qu’il fit devant envi­ron 80 personnes dans les locaux de la Ligue de l’en­sei­gne­ment recoupe l’ar­ticle qui vient de paraitre sur le site d’Ensemble, sous sa signa­ture et celle de Pierre Khalfa.

https://www.ensemble-fdg.org/content/grece-lheure-des-choix/

A la suite de cette inter­ven­tion le Collec­tif pour un audit citoyen de la dette est relancé à Poitiers.

Voici de larges extraits de cet article:

 

Alexis Tsipras « doit faire atter­rir ses troupes et que Syriza redes­cende sur terre  ». Ainsi s’ex­prime le ministre des Finances et des Comptes publics Michel Sapin[1]. Cette phrase est un condensé poli­tique. Elle combine le mépris à l’égard de la Grèce et de Syriza. Mépris, quand le peuple grec est comparé à des mili­taires aux ordres d’un chef. Inca­pable donc de réflé­chir par lui-même, il faut le faire « atter­rir ». Renon­ce­ment à tout projet de trans­for­ma­tion sociale avec l’injonc­tion faite à Syriza de « redes­cendre sur terre ». Pour ceux qui avaient l’illu­sion que le gouver­ne­ment français pouvait avoir une atti­tude bien­veillante envers le gouver­ne­ment grec, cette décla­ra­tion, après l’at­ti­tude hypo­crite de la France lors des réunions de l’Eu­ro­groupe, sonne la fin des illu­sions. La Grèce est drama­tique­ment seule.

Le programme de Syriza et le premier accord avec l’Eu­ro­groupe

DSCF4774La posi­tion du gouver­ne­ment grec dans les négo­cia­tions en cours ne peut être comprise sans rappe­ler trois facteurs poli­tiques déter­mi­nants : les dégâts écono­miques et sociaux causés par la « cure d’aus­té­rité » impo­sée par la Troïka, le programme de Syriza et le nouvel équi­libre des forces poli­tiques en Grèce après les élec­tions du 25 janvier 2015.

Le mandat du gouver­ne­ment est d’abord de rompre avec la logique qui a conduit à l’ap­pau­vris­se­ment absolu de la popu­la­tion grecque depuis 2010 et de répondre à une crise huma­ni­taire sans précé­dent ces dernières décen­nies en Europe.[2] En moins de cinq ans, 30% des entre­prises grecques ont fermé, 150 000 postes ont été suppri­més dans le secteur public, il y a eu 42% d’aug­men­ta­tion du chômage, 45% de baisse des retraites, une hausse de près de 100% des personnes sous le seuil de pauvreté. Le PIB a dimi­nué de 25% et la dette publique est passée de 120% à 175% du PIB. En 2014, le taux de chômage attei­gnait 27 % – plus de 50 % pour les jeunes – et le salaire mini­mum était de 480 euros net. C’est à cette aune qu’il faut mesu­rer l’adhé­sion susci­tée par le projet de Syriza d’en finir avec les pratiques poli­tiques de capi­tu­la­tion sans coup férir devant les desi­de­rata d’ins­ti­tu­tions euro­péennes envoyant leurs ordres par cour­rier élec­tro­nique[3] ainsi que l’hos­ti­lité massive du peuple grec envers le plan euro­péen d’ « aide » finan­cière dont l’es­sen­tiel a servi à renflouer les banques euro­péennes en parti­cu­lier alle­mandes et françaises.[4]

Le programme de Syriza visait préci­sé­ment à mettre un terme à cette situa­tion. Il prévoyait quatre points : une rené­go­cia­tion des contrats de prêts et de la dette publique ; un plan natio­nal de recons­truc­tion immé­diate : mesures pour les plus pauvres, réta­blis­se­ment du salaire mini­mum, réins­tau­ra­tion des conven­tions collec­tives ; la recons­truc­tion démo­cra­tique de l’État : lutte contre l’éva­sion et la fraude fiscales, contre la corrup­tion, réem­bauche des fonc­tion­naires licen­ciés ; un plan de recons­truc­tion produc­tive : arrêt des priva­ti­sa­tions, indus­tria­li­sa­tion et trans­for­ma­tion de l’éco­no­mie par des critères sociaux et écolo­giques. C’est ce programme qui a obtenu lors des élec­tions du 25 janvier 36,34 % des suffrages, qui a consti­tué les termes de l’al­liance de Syriza avec les « Grecs indé­pen­dants »[5], et qui conti­nue de former le socle du soutien massif du peuple grec au nouveau gouver­ne­ment. Et c’est à la mise en œuvre progres­sive de ce programme qu’A­lexis Tsipras s’est engagé dans son discours de poli­tique géné­rale et de présen­ta­tion du projet gouver­ne­men­tal au nouveau Parle­ment grec le 8 février dernier[6].

Il s’agit, on le voit, d’un programme rela­ti­ve­ment modéré, d’ins­pi­ra­tion keyné­sienne. Pour­tant, les classes diri­geantes euro­péennes ont fait bloc pour s’y oppo­ser car, même modeste, il entre en contra­dic­tion fron­tale avec l’ordre néoli­bé­ral patiem­ment construit depuis une tren­taine d’an­nées. Traité euro­péen après traité euro­péen, direc­tive après direc­tive, l’Union euro­péenne est deve­nue une machine juri­dique dont l’objec­tif est d’em­pê­cher tout débat démo­cra­tique réel, d’ex­clure de la déci­sion citoyenne les poli­tiques écono­miques et sociales et de muse­ler ainsi la souve­rai­neté popu­laire. Les poli­tiques écono­miques se réduisent à appliquer une série de normes, impé­ra­tifs caté­go­riques sur lesquels les peuples n’ont rien à dire. C’est cette construc­tion que la victoire de Syriza remet en cause et c’est pourquoi il faut que ce programme soit mis en échec. C’est cela que vise la stra­té­gie adop­tée par les insti­tu­tions dans les négo­cia­tions en cours depuis mi-février, ce qu’on appelle en Grèce « la paren­thèse de gauche » : orga­ni­ser l’ef­fon­dre­ment de Syriza dans les mois suivant son élec­tion.

Commençons par rappe­ler le contenu des accords entre Syriza et l’Eu­ro­groupe à ce jour. Sous la pres­sion d’un ulti­ma­tum lancé par l’Eu­ro­groupe le lundi 16 février, le gouver­ne­ment grec signe un accord de prin­cipe le vendredi 20 février. Le prolon­ge­ment de l’aide finan­cière y est condi­tionné à la vali­da­tion d’une liste de réformes que le gouver­ne­ment grec a du propo­ser en toute hâte le lundi 23 février et qui a été accepté sur le prin­cipe par l’Eu­ro­groupe le mardi 24 février. On peut résu­mer ainsi le contenu de ces deux textes[7]. Le commu­niqué de l’Eu­ro­groupe du 20 février prévoit le prolon­ge­ment provi­soire du programme précé­dent, confirme l’objec­tif du rembour­se­ment de l’in­té­gra­lité de la dette ainsi que celui d’un excé­dent primaire devant être « en ligne » avec l’objec­tif de 4,5% en 2016. Il engage le gouver­ne­ment grec à « ne pas reve­nir sur des mesures et à n’ef­fec­tuer aucun chan­ge­ment unila­té­ral de poli­tique ou de réformes struc­tu­relles qui impac­te­raient néga­ti­ve­ment les objec­tifs budgé­taires, la crois­sance écono­mique et la stabi­lité finan­cière. ».

DSCF4773

La liste des réformes envoyée par le gouver­ne­ment grec le 23 février est orga­ni­sée autour de quatre points :  1. La réforme des poli­tiques fiscales : elle prévoit la mise en place d’ins­tru­ments à grande échelle, inédits, pour contrer la fraude fiscale et la corrup­tion, mais aussi la pour­suite de l’aus­té­rité (notam­ment concer­nant la santé, les salaires et les retraites) et des conces­sions au credo néoli­bé­ral (reve­nus et évalua­tion indi­vi­dua­li­sés, maxi­mi­sa­tion de la mobi­lité des ressources humaines, etc.). 2. La stabi­lité finan­cière : elle prévoit de dépé­na­li­ser l’en­det­te­ment des personnes à faible revenu et de ne pas expro­prier les petits proprié­taires endet­tés de leur rési­dence prin­ci­pale mais aussi l’en­ga­ge­ment à payer l’in­té­gra­lité de la dette ainsi que l’at­tri­bu­tion des 10 milliards d’eu­ros du Fonds Hellé­nique de Stabi­lité Finan­cière non pas au budget de l’État comme le défen­dait le gouver­ne­ment grec mais seule­ment pour la reca­pi­ta­li­sa­tion des banques 3. La promo­tion de la crois­sance : elle prévoit des instru­ments de lutte contre le chômage et n’évoque pas de nouveaux licen­cie­ments comme l’exi­geaient les projets initiaux de la Troïka, mais aussi la pour­suite des priva­ti­sa­tions, le report de l’aug­men­ta­tion du salaire mini­mum et de la restau­ra­tion des négo­cia­tions sala­riales, la promo­tion de la compé­ti­tion et l’ou­ver­ture au capi­tal des profes­sions régle­men­tées. 4. La crise huma­ni­taire : le prin­cipe de mesures d’ur­gence (bons d’ali­men­ta­tion, aides concer­nant la santé et l’éner­gie pour les ménages aux plus faibles reve­nus) contre la grande pauvreté est validé, le projet d’un revenu mini­mum garanti est évoqué, mais il est stipulé que ces mesures ne doivent pas avoir « d’ef­fet fiscal néga­tif », c’est-à-dire qu’elles ne doivent pas avoir de coût budgé­taire.

De nombreuses analyses ont proposé des évalua­tions immé­diates du contenu de ces accords des 20 et 24 février, en insis­tant tantôt sur les reculs de Syriza par rapport au programme de Thes­sa­lo­nique tantôt sur les reculs des insti­tu­tions euro­péennes par rapport au projet de mémo­ran­dum initia­le­ment envi­sagé.[8] Mais si la séquence poli­tique de cette négo­cia­tion se déroule à un rythme extrê­me­ment dense et accé­léré, il ne s’agis­sait là que du premier round du bras de fer oppo­sant la stra­té­gie de « la paren­thèse de gauche » à ce qu’on peut appe­ler la stra­té­gie de la « déso­béis­sance contrô­lée »[9] du gouver­ne­ment grec. En effet, aussi­tôt cet accord signé, le gouver­ne­ment conduit par Alexis Tsipras comme les insti­tu­tions euro­péennes ont cher­ché à garder la main sur l’in­ter­pré­ta­tion de cet accord ainsi que sur le calen­drier du bras de fer poli­tique.

Le début d’un affron­te­ment prolongé

Du côté de la Vouli, le Parle­ment grec, on retien­dra quatre initia­tives impor­tantes. D’abord, dès les premiers jours suivant la forma­tion du gouver­ne­ment, la vice-ministre des poli­tiques migra­toires, Tasia Chris­to­dou­lo­pou­lou, a annoncé que le droit du sol rempla­ce­rait enfin en Grèce le droit du sang, permet­tant ainsi que 200.000 enfants d’im­mi­grés obtiennent la natio­na­lité grecque, ainsi que la ferme­ture de tous les centres de réten­tion de migrants en Grèce. Rappe­lons que le règle­ment euro­péen Dublin II prévoit que les pays du sud de l’Eu­rope, et notam­ment la Grèce, jouent le rôle de fron­tière répres­sive dans la « forte­resse Europe ». Au-delà de ces premières mesures, la Grèce devrait faire entendre dans l’Union euro­péenne une voix diffé­rente sur les ques­tions d’im­mi­gra­tion, en dénonçant notam­ment ce règle­ment et la logique de la poli­tique migra­toire qui le sous-tend.

Ensuite, dans l’im­mé­diat après-coup des premiers accords avec l’Eu­ro­groupe, le minis­tère de la lutte contre la corrup­tion annonce la saisie de plusieurs centaines de millions d’eu­ros sur des comptes bancaires de dépo­sants riches ne pouvant justi­fier fisca­le­ment leurs actifs, montrant ainsi sa déter­mi­na­tion à mettre en œuvre effec­ti­ve­ment, à la diffé­rence des gouver­ne­ments précé­dents, une des exigences majeures de l’Eu­ro­groupe, qui consti­tuait égale­ment une mesure phare du programme de Thes­sa­lo­nique. Un des prin­ci­paux slogans mis en avant par le cabi­net de Tsipras exprime ainsi très clai­re­ment cette orien­ta­tion : « Rupture avec la caste[10], solu­tion avec l’Eu­rope ». Puis, le 17 mars, Zoé Kons­tan­to­pou­lou, la prési­dente du Parle­ment grec annonce la consti­tu­tion d’une commis­sion d’au­dit de la dette publique grecque, qui est coor­don­née par Eric Tous­saint (porte parole du CADTM Inter­na­tio­nal)[11] et dont l’objec­tif expli­cite est de « déter­mi­ner l’éven­tuel carac­tère odieux, illé­gal ou illé­gi­time des dettes publiques contrac­tées par le gouver­ne­ment grec ». Il s’agit d’un signal fort envoyé à la Troïka : le gouver­ne­ment est toujours déter­miné à négo­cier une annu­la­tion partielle de la dette du pays. Enfin, le 18 mars, le gouver­ne­ment fait adop­ter la première loi de sa manda­ture, consa­crée à un ensemble de mesures sociales en faveur des plus pauvres. Elle prévoit notam­ment de four­nir l’élec­tri­cité gratuite et une aide au loge­ment pour les foyers les plus dému­nis, d’ac­cor­der une aide alimen­taire pour 300 000 personnes, ainsi qu’une aide finan­cière pour toutes celles et ceux qui sont privés de sécu­rité sociale par la perte de leur emploi.

DSCF4743

Comme il était prévi­sible, ces quatre séries de mesures ont suscité des réac­tions de mauvaise foi, de mépris et de rejet de la part de l’Eu­ro­groupe et ont contri­bué au durcis­se­ment, de part et d’autre, de la tona­lité des négo­cia­tions ces deux dernières semaines. La réac­tion des insti­tu­tions euro­péennes à l’an­nonce des mesures de lutte contre la corrup­tion et la fraude fiscale est révé­la­trice de leur atti­tude à l’égard du gouver­ne­ment grec. Plutôt que de propo­ser une coopé­ra­tion à l’échelle euro­péenne – qu’A­lexis Tsipras a donc initié, sans l’ap­pui de l’Union euro­péenne, avec l’OCDE, insti­tu­tion qui n’est pas parti­cu­liè­re­ment connue pour son gauchisme, mais dont les préco­ni­sa­tions insistent utile­ment sur l’éva­sion fiscale inter­na­tio­nale – en vue de pour­suivre les exilés et délinquants fiscaux (dont une partie se trou­vait pour­tant sur la « liste Lagarde »[12]), les insti­tu­tions euro­péennes ont répondu par une demande accrue de contrôle des services admi­nis­tra­tifs et finan­ciers à Athènes. Il s’agit notam­ment d’évi­ter que soient remises en cause les pratiques de concur­rence et « d’op­ti­mi­sa­tion » fiscales par ailleurs encou­ra­gées par ces mêmes insti­tu­tions ainsi que de conti­nuer à faire peser la respon­sa­bi­lité de cette fraude fiscale sur les contri­buables grecs (dont on rappel­lera au passage que les impôts sur le revenu sont préle­vés à la sour­ce…).

D’autre part, les repré­sen­tants des insti­tu­tions euro­péennes se sont abste­nus de tout commen­taire sur la commis­sion d’au­dit de la dette publique, mais ont fait à nouveau planer, ces derniers jours, la menace d’une sortie de la Grèce de la zone euro. Enfin, l’an­nonce de l’adop­tion prochaine de la loi anti-pauvreté à la Vouli a valu à Alexis Tsipras un mise en garde[13] du direc­teur géné­ral de la direc­tion des affaires écono­miques et finan­cières de l’équipe euro­péenne en charge de la « super­vi­sion » tech­nique des réformes en Grèce, Declan Costello, au motif que cette loi consti­tue­rait une « action unila­té­rale » formel­le­ment pres­crite par l’ac­cord du 24 février.[14] Dans un deuxième temps, la Commis­sion euro­péenne a fina­le­ment débloqué 2 milliards d’eu­ros en soutien à la « cohé­sion sociale » en Grèce, tout en conti­nuant d’exi­ger une nouvelle liste de « réformes struc­tu­relles ».

La nouvelle liste des réformes : la bataille conti­nue

C’est autour de cette deuxième liste de réformes qu’a désor­mais lieu le deuxième round du bras de fer entre le gouver­ne­ment grec et l’Union euro­péenne. Toujours sous la pres­sion du calen­drier imposé par le feu croisé des échéances de rembour­se­ment et des ulti­ma­tums poli­tiques de l’Eu­ro­groupe, le gouver­ne­ment grec a présenté mercredi 1er avril au « Groupe de Bruxelles » (Commis­sion euro­péenne, Fonds moné­taire inter­na­tio­nal et BCE, auxquels s’est désor­mais ajouté le Fonds euro­péen de stabi­lité finan­cière) une nouvelle liste de réformes que cette dernière exige de vali­der avant de débloquer une dernière tranche d’aide du plan euro­péen, soit 7,2 milliards d’eu­ros.

Cette liste de réformes prévoit notam­ment une séries de mesures permet­tant d’amé­lio­rer les rentrées fiscales de la Grèce (nouveau système de collecte d’im­pôt, mesures complé­men­taires de lutte contre l’éva­sion fiscale), la vente de licences de radio­dif­fu­sion, un relè­ve­ment du taux supé­rieur d’im­po­si­tion sur le revenu ainsi que certains taux de TVA sur les produits de luxe et les bois­sons alcoo­li­sées, ainsi que la pour­suite de certaines priva­ti­sa­tions (notam­ment du Port du Pirée). Dans l’en­semble, cette liste ne fait que préci­ser et prolon­ger celles déjà présen­tées le 23 février, puis le 6 mars.

Mais elle ne prévoit pas les réformes du marché du travail et le relè­ve­ment de l’âge légal de départ à la retraite (à 67 ans) expli­ci­te­ment exigés par l’Eu­ro­groupe. Or ce nouveau point d’achop­pe­ment des négo­cia­tions concerne le noyau dur de la poli­tique écono­mique qui sera menée dans les prochaines années en Grèce, si bien que le bras de fer s’est à nouveau durci ces derniers jours. Pour les insti­tu­tions euro­péennes, il s’agit de s’as­su­rer de la pour­suite des « réformes struc­tu­relles » et de faire jouer la pres­sion des échéances de rembour­se­ment afin de forcer le consen­te­ment du gouver­ne­ment aux poli­tiques néoli­bé­rales refu­sées par Syriza. Les termes du chan­tage sont assez expli­cites : il s’agit d’es­pé­rer que la Grèce soit en un défaut de paie­ment lors du prochain rembour­se­ment au FMI, prévu le 9 avril[15]. Le gouver­ne­ment grec étant alors aux abois, il n’au­rait pas d’autre choix, pour faire débloquer une nouvelle tranche d’aide permet­tant ce rembour­se­ment, que d’ac­cep­ter les condi­tions posées par l’Eu­ro­groupe. A ce chan­tage, Nikos Vout­sis, ministre de l’In­té­rieur et de la recons­truc­tion admi­nis­tra­tive, vient de répondre de manière ferme : l’État grec paiera d’abord les salaires et les pensions, et ensuite seule­ment, si c’est possible, le rembour­se­ment au FMI. Pour le gouver­ne­ment grec, il s’agit de rester dans le cadre des accords de février en évitant de dépas­ser les « lignes rouges » qui empê­che­raient la mise en œuvre d’une poli­tique écono­mique alter­na­tive.

Dans cette optique, il est néces­saire de conti­nuer les réformes sur le front inté­rieur et de trou­ver des leviers poli­tiques dans la négo­cia­tion avec le « Groupe de Bruxelles ». Ainsi, le gouver­ne­ment grec a dû confir­mer la priva­ti­sa­tion du port du Pirée au béné­fice de la société chinoise Cosco, ce qui a amené Pékin à ache­ter 100 millions de bons à court terme, appe­lés T-Bills, émis par l’État grec (voir plus loin sur cette ques­tion). D’autre part, le gouver­ne­ment grec a avancé une rencontre offi­cielle avec le gouver­ne­ment russe, qui pour­rait propo­ser à la Grèce une aide écono­mique en échange d’un soutien géopo­li­tique dans son conflit avec l’OTAN ainsi que pour le projet du gazo­duc Turkish Stream. Cette rencontre a été plani­fiée le 8 avril, c’est-à-dire la veille de l’échéance de rembour­se­ment au FMI précé­dem­ment mentionné. En réac­tion, l’Eu­ro­groupe conti­nue de jouer la montre : les derniers échos de Bruxelles évoquent l’im­pos­si­bi­lité d’un accord avant fin avril. Autre­ment dit, il s’agit d’at­tendre que la crise de liqui­di­tés de l’État grec s’ag­grave en espé­rant que cela soit suffi­sant pour faire céder Syriza. La « guerre de posi­tion » conti­nue, et il est fort diffi­cile d’ima­gi­ner ce qui pourra débloquer la situa­tion sans aggra­ver le conflit poli­tique.

Pour comprendre les tenants et les abou­tis­sants de cette nouvelle situa­tion de blocage, il est néces­saire de préci­ser l’ana­lyse de la stra­té­gie d’étran­gle­ment adop­tée par les insti­tu­tions euro­péennes ainsi que le dilemme tactique qui se pose aujourd’­hui au gouver­ne­ment grec.

La stra­té­gie de l’étran­gle­ment

L’at­ti­tude des diri­geants euro­péens peut donc être résu­mée de la façon suivante : soit l’ac­cep­ta­tion par la Grèce de la poli­tique défi­nie par l’Eu­ro­groupe, soit la sortie de l’euro. Le moyen utilisé, c’est l’étran­gle­ment finan­cier. Rappe­lons-en les prin­ci­paux épisodes.

Début février, soit quelques jours à peine après la victoire de Syriza, la Banque centrale euro­péenne (BCE) annonce qu’elle cesse d’ac­cep­ter les titres public grecs comme garan­ties (colla­té­raux) lors des opéra­tions de refi­nan­ce­ment des banques grecques. Ces dernières peuvent certes conti­nuer à béné­fi­cier de l’ac­cès à l’aide à la liqui­dité d’ur­gence (ELA), mais outre que le taux d’in­té­rêt est beau­coup plus élevé (1,55 % contre 0,05 %), cet accès peut être coupé à tout moment par la BCE. De plus, celle-ci refuse de débloquer 1,9 milliard corres­pon­dant aux inté­rêts qu’elle a engran­gés sur les titres grecs qu’elle possède[16]. L’Eu­ro­groupe refuse de verser à la Grèce la dernière tranche de prêts (7,2 milliards d’eu­ros) prévue dans le cadre de l’ac­cord du 20 février 2015, atten­dant que la liste des « réformes » propo­sées par le gouver­ne­ment grec le satis­fasse.

Fin mars, la BCE demande aux banques grecques de ne plus ache­ter les titres publics émis par l’État grec. Or sans apport finan­cier exté­rieur, le finan­ce­ment de l’État grec ne repose aujourd’­hui que sur la capa­cité des banques grecques à ache­ter des bons du trésor à court terme (T-Bills). La BCE avait aupa­ra­vant déjà refusé la demande du gouver­ne­ment grec de rele­ver le plafond d’émis­sion des T-Bills de 15 à 25 milliards d’eu­ros. Elle veut en inter­dire main­te­nant l’achat par les banques grecques. La Grèce est donc, de fait, privée de source de finan­ce­ment. Dans le même temps, les direc­teurs du Trésor des pays de la zone euro ont refusé de resti­tuer à la Grèce 1,2 milliard d’eu­ros lui reve­nant[17]. La Grèce risque donc de se trou­ver en situa­tion de cessa­tion de paie­ment dès le 20 avril.

Comble du cynisme, la BCE a commencé, dans le cadre d’une opéra­tion dite de Quan­ti­ta­tive Easing (QE), à ache­ter sur le marché secon­daire, c’est-à-dire aux banques les possé­dant, des titres publics des États[18]. Mais, elle n’achè­tera que les emprunts publics les mieux notés, sauf si le pays accepte un programme d’aide du FMI, c’est-à-dire se soumet à la purge sociale que sont les réformes struc­tu­relles. La Grèce, pays qui aurait pour­tant le plus besoin de béné­fi­cier de ces rachats d’em­prunts, n’y aura donc pas droit sauf si elle accepte de conti­nuer à se soumettre au diktat des insti­tu­tions euro­péennes. La BCE ne laisse le choix qu’entre la ruine finan­cière et la dévas­ta­tion sociale.

Cette stra­té­gie d’étran­gle­ment vise un objec­tif prin­ci­pal : que le gouver­ne­ment grec finisse par accep­ter des réformes, ou plutôt des contre-réformes, que même le gouver­ne­ment précé­dent avait refu­sées, notam­ment en matière de retraite et de marché du travail. Il s’agit de faire capi­tu­ler Syriza ou, en cas de refus, de forcer la Grèce à sortir de l’euro. Comme il est impos­sible juri­dique­ment d’ex­pul­ser un pays de la zone euro et qu’une volonté affi­chée de le faire crée­rait proba­ble­ment des tensions entre les gouver­ne­ments de l’Union euro­péenne, il s’agit, en l’étran­glant, de forcer la Grèce à prendre l’ini­tia­tive de cette sortie. Le gouver­ne­ment grec est parfai­te­ment conscient du dilemme dans lequel le « Groupe de Bruxelles » veut l’en­fer­mer. C’est pourquoi il cherche un compro­mis afin d’es­sayer de briser cet étau. Mais tout compro­mis renvoie aux rapports de forces entre les parties. Or le gouver­ne­ment grec n’a pas réussi à divi­ser ses adver­saires et la faible mobi­li­sa­tion citoyenne euro­péenne en sa faveur n’a pas permis de peser sur les orien­ta­tions des gouver­ne­ments euro­péens.

Les diri­geants euro­péens préfè­re­raient évidem­ment que le gouver­ne­ment grec revienne sur ses enga­ge­ments élec­to­raux. Une telle capi­tu­la­tion serait utili­sée pour démon­trer aux autres peuples d’Eu­rope qu’au­cune alter­na­tive n’est possible et que même un gouver­ne­ment de la gauche radi­cale est obligé d’être « raison­nable ». C’est ce que nous avons précé­dem­ment évoqué sous la rubrique de la stra­té­gie de la « paren­thèse de gauche ». Mais, malgré une situa­tion drama­tique, Syriza tient bon sur l’es­sen­tiel. Conti­nuer l’étran­gle­ment de la Grèce pour l’obli­ger à sortir de l’euro reste donc une option. Ainsi, inter­rogé par la télé­vi­sion publique autri­chienne ORF sur la possi­bi­lité d’un « Grexident » (contrac­tion entre « Grexit », terme renvoyant à une sortie de la Grèce de la zone euro, et acci­dent), Wolf­gang Schäuble, le ministre des finances de l’Al­le­magne, a estimé jeudi 12 mars que, « dans la mesure où la Grèce seule a la respon­sa­bi­lité, la possi­bi­lité de déci­der ce qui se passe, et comme nous ne savons pas exac­te­ment ce que les respon­sables grecs font, nous ne pouvons pas l’ex­clure ».

Il a certes été démenti et les décla­ra­tions offi­cielles se multi­plient pour affir­mer que la Grèce doit rester dans l’euro. Au-delà des effets de commu­ni­ca­tion, il y a un vrai dilemme pour le « Groupe de Bruxelles ». Les insti­tu­tions et les gouver­ne­ments euro­péens ont parfai­te­ment compris l’enjeu de la situa­tion : un succès de Syriza remet­trait en cause 30 ans de néoli­bé­ra­lisme en Europe et risque­rait d’en­traî­ner une conta­gion dans toute l’Eu­rope à commen­cer par l’Es­pagne avec Pode­mos. Pour les plus extré­mistes des diri­geants euro­péens, tout, même une sortie de la Grèce de l’euro, serait préfé­rable à ce scéna­rio catas­trophe. La ques­tion peut ainsi être résu­mée : le meilleur scéna­rio de capi­tu­la­tion de Syriza doit-il avoir lieu en dehors ou dans le cadre de l’eu­ro­zone ?

Or, les parti­sans d’un « Grexident » peuvent en effet penser que du fait du faible poids écono­mique de la Grèce et du fait que les banques grecques ne sont pas systé­miques, le risque de désta­bi­li­sa­tion de la zone euro serait réduit, ce d’au­tant plus que la poli­tique de QE menée par la BCE permet­trait de limi­ter les risques de spécu­la­tion finan­cière sur les États les plus expo­sés. De plus, les créances de la Grèce étant déjà comp­ta­bi­li­sées dans les dettes publiques des États, un éven­tuel défaut n’au­rait pas de consé­quences sur le niveau des ces dernières. Mais, en fait, il est impos­sible de prévoir réel­le­ment les consé­quences d’une sortie de la Grèce de l’euro. En remet­tant en cause l’ir­ré­ver­si­bi­lité de l’euro, c’est égale­ment la croyance au carac­tère irré­vo­cable de l’Union écono­mique et moné­taire qui serait détruit. Des inter­ro­ga­tions inévi­tables se feraient jour pour les pays les plus fragiles avec une proba­bi­lité d’un accrois­se­ment des primes de risque pour ces pays. Enfin, le crédit de la BCE qui, par la voix de Mario Draghi, avait promis en juillet 2012 que « La BCE est prête à faire tout ce qui est néces­saire pour préser­ver l’euro  » serait entamé. Rien de pire pour une banque centrale !

Jusqu’à présent, les diri­geants euro­péens ont fait bloc en esti­mant que le gouver­ne­ment grec allait céder face à l’étran­gle­ment finan­cier. La prise en compte des risques de cette stra­té­gie provoquera-t-elle des divi­sions parmi les gouver­ne­ments euro­péens si, Syriza ne capi­tu­lant pas, la pers­pec­tive d’une sortie de l’euro devient immi­nente ?

(…)

 

La Grèce a des marges de manœuvres

Contrai­re­ment aux appa­rences, la Grèce n’est pas dépour­vue de marges de manœuvres dans son affron­te­ment avec les diri­geants euro­péens à la condi­tion de reprendre l’ini­tia­tive pour éviter de subir les rapports de forces actuels dans le cadre de négo­cia­tions déséqui­li­brées. Le débat à l’in­té­rieur de Syriza est vif sur ce sujet et dépasse large­ment l’af­fron­te­ment tradi­tion­nel entre parti­sans et adver­saires de la sortie de l’euro. Le gouver­ne­ment grec pour­rait notam­ment prendre un certain nombre de mesures unila­té­rales sortant du cadre des négo­cia­tions actuelles, ce qui permet­trait de réta­blir un certain équi­libre entre les parties. Certes, ces initia­tives unila­té­rales durci­raient nota­ble­ment le bras de fer actuel, mais elles montre­raient que la Grèce a un plan B et est prête à assu­mer un affron­te­ment pouvant aller jusqu’à la rupture.

Ces mesures unila­té­rales, pour n’en rester ici qu’à la dimen­sion écono­mique, pour­raient être de plusieurs ordres. Le premier concerne la ques­tion de la dette[22]. En géné­ral, un État ne rembourse jamais vrai­ment sa dette : lorsque les titres arrivent à échéance, il emprunte de nouveau sur les marchés finan­ciers. Mais la Grèce qui n’a plus accès aux marchés finan­ciers est obli­gée, non seule­ment de payer les inté­rêts de sa dette, mais aussi de rembour­ser le prin­ci­pal. C’est pourquoi les diri­geants euro­péens exigent que ce pays dégage un fort excé­dent budgé­taire primaire (hors du paie­ment des inté­rêts de la dette) pour pouvoir rembour­ser avec ses ressources propres tout ou partie du prin­ci­pal. Ainsi, pour la Troïka, la Grèce doit déga­ger un excé­dent primaire de 3 % du PIB en 2015 (la Grèce a obtenu que ce chiffre soit modulé en fonc­tion de la situa­tion écono­mique), de 4,5 % en 2016 et 2017 et de 4,2 % jusqu’en 2020. Une telle pers­pec­tive entrai­ne­rait de nouvelles coupes dras­tiques dans les budgets publics et serait un obstacle majeur à toute poli­tique publique en matière d’in­ves­tis­se­ment. Le poids de la dette est donc un obstacle à toute poli­tique progres­siste dans le pays. Or le « Groupe de Bruxelles » refuse pour le moment toute rené­go­cia­tion de ce fardeau, alors même que la quasi tota­lité des écono­mistes, y compris ceux du FMI, pense que cette dette ne sera jamais rembour­sée. Or 2015 est une année où les rembour­se­ments seront parti­cu­liè­re­ment impor­tants : 8,6 milliards d’eu­ros pour le FMI, 6,7 milliards pour la BCE, 15 milliards aux banques grecques. La Grèce risque donc d’être tota­le­ment asphyxiée. Dans cette situa­tion, le gouver­ne­ment grec pour­rait déci­der unila­té­ra­le­ment d’un mora­toire sur le rembour­se­ment de tout ou partie de la dette pour l’an­née 2015, tout en indiquant qu’il serait prêt à négo­cier dans l’in­té­rêt de toutes les parties.

On estime que 25 milliards d’eu­ros ont été reti­rés des banques grecques entre décembre 2014 et février 2015[23]. Pour éviter une hémor­ra­gie, la ques­tion d’un contrôle des capi­taux doit donc se poser. Même si celui-ci est contraire aux trai­tés euro­péens dont le prin­cipe de libre circu­la­tion des capi­taux est un point central, la Grèce pour­rait s’ap­puyait sur le précé­dent de Chypre où il avait été mis en place en mars 2013 au moment de la crise finan­cière qui avait touché ce pays (rappe­lons qu’il a été tota­le­ment levé le 6 avril 2015). La BCE et la Commis­sion avaient accepté sa mise en place car le plan de sauve­tage des banques chypriotes proposé par le FMI et l’Eu­ro­groupe avait mis à contri­bu­tion les dépo­sants, ce qui avait entrainé un retrait massif de la part des parti­cu­liers comme des entre­prises. Ce contrôle des capi­taux s’était d’autre part accom­pa­gné d’un plan d’ajus­te­ment struc­tu­rel d’une bruta­lité féroce, ce qui serait inac­cep­table pour la Grèce. Il faut noter que Jeroen Dijs­sel­bloem, président de l’Eu­ro­groupe, a lui-même évoqué la possi­bi­lité d’un contrôle des capi­taux le mercredi 18 mars sur la radio néer­lan­daise BNR. Le gouver­ne­ment grec pour­rait le prendre au mot et l’ins­tau­rer en indiquant qu’il serait prêt à l’aban­don­ner dès que l’étran­gle­ment du pays pren­drait fin.

Un des problèmes majeurs que rencontre aujourd’­hui la Grèce est le manque de liqui­di­tés. Pour faire face à ses dépenses courantes, le gouver­ne­ment grec est obligé de solli­ci­ter les fonds de sécu­rité sociale pour que lui soit trans­fé­rées des centaines de millions d’eu­ros de liqui­di­tés. Cette situa­tion est inte­nable. Une solu­tion pour résoudre ce problème de liqui­di­tés pour­rait être la créa­tion d’un moyen de paie­ment complé­men­taire ou IOU (« I owe you »), une « monnaie » dont la valeur serait garan­tie par les recettes fiscales. Elle « permet­trait de rele­ver plusieurs défis de court terme : relan­cer l’éco­no­mie locale, finan­cer les services publics de base et réduire la dette de court terme (‘‘dette flot­tan­te’’) en ne recou­rant plus aux marchés finan­ciers pour la finan­cer »[24]. Sa conver­ti­bi­lité au pair avec l’euro étant garan­tie, un tel dispo­si­tif s’ap­pa­rente en fait à un prêt à court terme que les citoyen-ne-s accordent à leur gouver­ne­ment[25]. Dans la situa­tion de la Grèce, il s’agi­rait alors d’un geste autant poli­tique d’éco­no­mique qui renfor­ce­rait nota­ble­ment la posi­tion du pays dans les négo­cia­tions. Il permet­trait égale­ment de montrer au « Groupe de Bruxelles » que le gouver­ne­ment est préparé à l’éven­tua­lité d’une sortie contrainte de la zone euro.

Le gouver­ne­ment grec pour­rait alors tenir le discours suivant : « nous applique­rons notre programme, nous ne voulons pas sortir de l’euro ; mais nous ne nous lais­se­rons pas asphyxier et c’est pourquoi nous prenons ces mesures ; nous sommes prêts à discu­ter avec vous d’un compro­mis équi­li­bré ; mais si vous voulez nous exclure de la zone euro en nous asphyxiant finan­ciè­re­ment, ce sera votre respon­sa­bi­lité, pas la nôtre ». Poser cette alter­na­tive monte­rait la hauteur des enjeux, et une véri­table stra­té­gie du faible au fort serait mise en œuvre, au-delà de ce qui a été tenté à ce jour. Il y aurait une possi­bi­lité pour que ce bras de fer paye, ne serait-ce qu’en produi­sant des divi­sions dans le camp adverse inquiet devant la pers­pec­tive d’un saut dans l’in­connu. Le résul­tat serait évidem­ment aléa­toire et pour­rait abou­tir à une sortie de l’euro avec toutes les consé­quences néga­tives mention­nées plus haut. Mais, en défi­ni­tive, une sortie de l’euro est de toute façon préfé­rable à la capi­tu­la­tion. Et ne pas en avoir peur est encore la meilleure façon de l’évi­ter.

Alexis Cukier – Pierre Khalfa, le 6 avril 2015.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.