Aller au contenu

Brûlez les pauvres ça ira plus vite !!!

Sur la chaine Occu­pa­tion Du Tap , images de la manif paro­dique dite manif de droite ou mani­fes­ta­tion bour­geoise dans le cadre du mouve­ment d’oc­cu­pa­tion du théâtre au peuple (TAP de Poitiers). https://www.face­book.com/occu­pa­tion­tap​ Socle commun de reven­di­ca­tions des lieux occu­pés

Pas de réou­ver­ture sans droits sociaux et plan de reprise Nous, occu­pantes et occu­pants, sommes déter­mi­né·e·s à obte­nir satis­fac­tion sur l’in­té­gra­lité de nos reven­di­ca­tions. Celles-ci s’en­ra­cinent dans la convic­tion profonde que les droits sociaux doivent être main­te­nus, renfor­cés et deve­nir des droits sociaux atta­chés à la personne, au béné­fice de tou·­te·s, indé­pen­dam­ment de l’âge ou du parcours profes­sion­nel. De même, l’évo­lu­tion des condi­tions de travail et de salaires doit obéir à un objec­tif de progrès social et écolo­gique. Chacun·e doit être consi­dé­ré·e sans distinc­tion ni discri­mi­na­tion aucune. Toutes les formes d’iné­ga­li­tés et oppres­sions systé­miques doivent être combat­tues radi­ca­le­ment et sans relâche.

Nous exigeons :

● Le retrait, pur, simple et défi­ni­tif de la réforme de l’as­su­rance-chômage et donc l’abro­ga­tion des décrets du 31 mars 2021.

● Le main­tien des droits pour tou·­te·s les chômeur·­se·s, de la période de crise jusqu’à la reprise totale des acti­vi­tés au niveau de mars 2020 : – Pour les chômeur·­se·s au régime géné­ral, la neutra­li­sa­tion du décompte des jours chômés jusqu’à la reprise totale des acti­vi­tés. – Pour les inter­mit­tent·e·s du spec­tacle, les travailleur·­se·s en emploi discon­tinu et les chômeur·­se·s en fin de droit, la prolon­ga­tion immé­diate des droits au moins un an après la reprise totale et normale des acti­vi­tés.

● La baisse du seuil d’heures mini­mum permet­tant l’ac­cès à l’in­dem­ni­sa­tion chômage pour les primo-entrant·e·s et chômeur·­se·s en rupture de droits. L’ac­cès de tou·­te·s les travailleur·­se·s précaires en emploi discon­tinu à la protec­tion sociale, notam­ment par le retour à une annexe spéci­fique (extras de l’hô­tel­le­rie, de la restau­ra­tion, de l’évé­ne­men­tiel, guides confé­ren­cier·e·s, accom­pa­gna­teur·­ri­ce·s du tourisme, saison­nier·e·s, inté­ri­maires, artistes/auteur·­ri­ce·s, travailleur·­se·s forcé·e·s à l’auto-entre­pre­na­riat…)

● Pour une véri­table reprise du secteur cultu­rel, un plan massif de soutien à l’em­ploi, impliquant les jeunes, établi en concer­ta­tion avec les orga­ni­sa­tions repré­sen­ta­tives des sala­rié·e·s, appli­cable dès main­te­nant et jusqu’au retour au volume d’ac­ti­vité anté­rieur à la crise. Pour les autres secteurs empê­chés, condi­tion­ner l’ob­ten­tion des aides du plan de reprise à des enga­ge­ments sur l’em­ploi.

● Le refi­nan­ce­ment des caisses sociales et la garan­tie du main­tien de l’en­semble des droits sociaux, notam­ment forma­tion, retraite, santé et prévoyance, méde­cine du travail.

● Des mesures immé­diates permet­tant l’ac­cès de tou·­te·s aux congés mater­nité, pater­nité et mala­die indem­ni­sés au sein de la sécu­rité sociale. Nous exigeons qu’à l’is­sue de ces périodes de congés, soit mis en place un aména­ge­ment des règles d’in­dem­ni­sa­tion chômage en assi­mi­lant ces congés à des périodes de travail, quels que soient les métiers et régimes d’in­dem­ni­sa­tion chômage, comme c’est déjà le cas pour les inter­mit­tent.es.

● Face à la préca­rité des jeunes et ses consé­quences, des mesures spéci­fiques pour les jeunes. Nous consi­dé­rons la coor­di­na­tion des étudiant·e·s des lieux occu­pés et des élèves de forma­tions artis­tiques et leur “Commu­niqué natio­nal de la jeunesse du spec­tacle vivant”, comme un des piliers essen­tiels de notre mouve­ment.

Nos occu­pa­tions se pour­sui­vront tant que nos reven­di­ca­tions n’au­ront pas été satis­faites.

Occu­pons, occu­pons partout ! Les lieux occu­pés coor­don­nés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.