Aller au contenu

Calen­drier

Mar
5
lun
50 manières de faire famille @ Maison des 3 Quartiers
Mar 5 @ 20h30 – 22h00
50 manières de faire famille @ Maison des 3 Quartiers | Poitiers | Nouvelle-Aquitaine | France

Confé­rence – débat avec Bertrand Geay, profes­seur à l’Uni­ver­sité de Picar­die, direc­teur du CURAPP-CNRS.

La famille n’est pas cette insti­tu­tion éter­nelle qu’il faudrait sauve­gar­der des désordres du monde. Profon­dé­ment dépen­dante du système social et de l’ordre sexué, elle est aussi une réalité très variable selon les classes sociales. Elle consti­tue un lieu de résis­tance à la domi­na­tion tout en contri­buant à la repro­duc­tion des inéga­li­tés.
Bertrand Geay présen­tera l’enquête qu’il conduit depuis sept ans dans 50 familles appar­te­nant aux milieux sociaux les plus variés, de la grande bour­geoi­sie aux travailleurs précaires issus de l’im­mi­gra­tion, en passant par celles qui inventent de nouveaux stan­dards, comme les familles homo­pa­ren­tales.

Soirée orga­­ni­­sée par l’Insti­­tut d’études popu­­laires (IEPOP) de Poitiers.

Affi­chette à télé­char­ger

Down­load the PDF file .

Mar
8
jeu
Des accords Sykes-Picot et de la décla­ra­tion Balfour au chaos actuel, quelles respon­sa­bi­li­tés ? @ Amphi Hardouin
Mar 8 @ 14h00 – 18h00
Des accords Sykes-Picot et de la déclaration Balfour au chaos actuel, quelles responsabilités ? @ Amphi Hardouin | Poitiers | Nouvelle-Aquitaine | France

Inter­ve­nants :

Robert CHARVIN, profes­seur émérite de droit, spécia­lisé dans les rela­tions inter­na­tio­nales, à l’Uni­ver­sité de Nice Sophia-Anti­po­lis

François DUBUISSON, Profes­seur à l’Uni­ver­sité Libre de Bruxelles, cher­cheur au Centre de droit inter­na­tio­nal et président du Réseau fran­co­phone de droit inter­na­tio­nal

Mireille FANON MENDÈS-FRANCE, experte du groupe de travail sur les afro-descen­dants au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU et Prési­dente de la Fonda­tion Franz Fanon

Sandrine MANSOUR, cher­cheur au Centre de Recherches en histoire inter­na­tio­nale et atlan­tique à l’uni­ver­sité de Nantes

Sikes-Picot_Balfour_8_mars_2018

Down­load the PDF file .

Mar
28
mer
Festi­val Raisons d’agir 2018 « Révo­lu­tion(s) » @ Divers lieux à Poitiers
Mar 28 – Mar 30 Journée entière
Festival Raisons d'agir 2018 « Révolution(s) » @ Divers lieux à Poitiers | Poitiers | Nouvelle-Aquitaine | France

Ce festi­val multi­forme, acces­sible à toutes et tous, s’at­tache à croi­ser les expé­riences indi­vi­duelles et collec­tives, ainsi que les savoirs issus des sciences sociales, le regard des cinéastes et la sensi­bi­lité des artistes.

Co-orga­nisé avec l’as­so­cia­tion Raisons d’agir avec le soutien de nombreux parte­naires.

Programme

suscep­tible de modi­fi­ca­tions

Il y a dans l’air comme un parfum de rejet des insti­tu­tions, des clivages et des manières de faire du passé. Le pouvoir en place semble pour­tant s’être conso­lidé. Au prix d’un fort renou­vel­le­ment géné­ra­tion­nel, la Répu­blique a rassem­blé ses forces et retrouvé son lustre pour ache­ver le programme de trans­for­ma­tion écono­mique auquel le pays rechigne depuis plus de 30 ans.

En France, les mobi­li­sa­tions sociales n’ont pour autant jamais véri­ta­ble­ment cessé, des coor­di­na­tions de la fin des années 1980 aux luttes pour la défense de la Protec­tion Sociale, des mouve­ments de chômeurs et précaires aux grands rassem­ble­ments alter­mon­dia­listes et aux mani­fes­ta­tions contre la loi El Khomri. Depuis une dizaine d’an­nées, de nouvelles formes d’ac­tion voient le jour, mobi­li­sant tout parti­cu­liè­re­ment les jeunes, aussi bien sur les enjeux écolo­giques que sur la ques­tion du travail ou de l’ac­cueil des réfu­giés.

Mais qu’en est-il des aspi­ra­tions à une trans­for­ma­tion d’en­semble de l’or­ga­ni­sa­tion écono­mique, sociale et poli­tique ? Les forces poli­tiques sont-elles seules en mesure d’of­frir cette alter­na­tive ? Ou l’ac­tion à l’échelle locale, sur son lieu de travail ou dans son quar­tier est-elle la meilleure façon de prendre le pouvoir ? A l’heure de l’ex­plo­sion des « réseaux sociaux », qu’en est-il de nos capa­ci­tés à démo­cra­ti­ser nos socié­tés ? Alors que le dégoût du vieux monde semble avoir refait surface, qu’en est-il de la possi­bi­lité de construire un monde nouveau ?

50 ans après mai 1968 et un peu plus de 100 ans après la révo­lu­tion d’oc­tobre 1917, ces ques­tions doivent être reprises à frais nouveau. En reve­nant à l’his­toire, mais sans rabâ­chage et sans culte du passé. Ainsi, nous ne ferons pas de commé­mo­ra­tion de la révolte sociale et liber­taire de « mai ». Mais nous discu­te­rons de l’ac­tua­lité des luttes pour l’éman­ci­pa­tion sociale. Nous ne dépo­se­rons nulle couronne en souve­nir des soulè­ve­ments popu­laires qui suivirent la grande guerre de 1914–18. Mais, en prenant appui sur les films docu­men­taires et sur les travaux d’his­to­riens et de socio­logues, nous remet­trons en lumière les passions de l’époque. Et nous discu­te­rons dans le même mouve­ment l’hé­ri­tage de la Révo­lu­tion française, de la Commune et du Front Popu­laire, pour inter­ro­ger les dyna­miques, remettre en scène les croyances, relan­cer les débats qui ont traversé ces moments révo­lu­tion­naires. En mobi­li­sant les savoirs et les œuvres sensibles, nous voulons discu­ter ce qui fait l’ac­tua­lité des aspi­ra­tions à renver­ser l’ordre des choses, à se réap­pro­prier le monde, la planète, nos vies.

Programme complet à venir.

Cf. site du festi­val.