Aller au contenu

Commu­niqué de presse CGT SANOFI sur les vacci­na­tions

Après l’in­ter­ven­tion du Président MACRON du 31mars2021et l’an­nonce de nouvelles restric­tions, le syndi­cat CGT réitère ses demandes de réqui­si­tions de l’ou­til indus­triel phar­ma­ceu­tique et la levée des brevets afin de produire et distri­buer massi­ve­ment les vaccins contre la COVID-19. Il est incom­pré­hen­sible de pour­suivre le combat contre un virus qui arrache tous les jours des milliers de vies dans le monde, avec les barrières de la propriété privée qui gangrène une indus­trie de la santé ultra­fi­nan­cia­ri­sée.

Comment lutter avec une arme distri­buée au compte-gouttes? En France le privé a les moyens tech­no­lo­giques et les compé­tences humaines pour une produc­tion de vaccin à très grande échelle afin de casser la pénu­rie de vaccin contre la COVID-19. Le constat est amer, il y a encore quelques mois le Président parlait du vaccin comme un bien commun. Malheu­reu­se­ment en réalité, le président fait tout pour que ce vaccin reste un bien privé, du brevet à la produc­tion. Cette crise sani­taire met en lumière une réalité bien effrayante: la prise de pouvoir du privé sur le bien commun. Cette main mise du privé sur la santé, pousse l’Etat à des méthodes moyen­âgeuses « l’en­fer­me­ment ».

11mil­liards/mois, voila le coût des priva­tions déci­dées par l’Etat,11mil­liards/mois que nous devrons rembour­ser, et pendant ce temps l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique se gave de milliards en distri­buant des vaccins au plus offrant et autres crédits d’im­pôts.

STOP BREVET !RÉQUISITION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.