Aller au contenu

Covid-19; Pierre Khalfa (Attac) « Jour d’avant, jour d’après »

Pierre Khalfa, 20 mars 2020

https://blogs.media­part.fr/pierre-khalfa/blog/200320/jour-d-avant-jour-d-apres

(…)La réces­sion s’an­nonce donc et elle sera sévère.

Le gouver­ne­ment a pris des mesures d’ur­gence pour limi­ter les dégâts : reports du paie­ment des coti­sa­tions sociales et d’im­pôt, prise en charge du chômage partiel et garan­tie des prêts bancaires aux PME et il envi­sage des natio­na­li­sa­tions pour éviter la dispa­ri­tion d’en­tre­prises majeures. Mais le Premier ministre a exclu d’in­ter­dire les licen­cie­ments et aucun inves­tis­se­ment massif d’ur­gence ne semble programmé pour le système de santé. De plus, s’il est néces­saire de soute­nir finan­ciè­re­ment les PME dont la situa­tion est très fragile, prendre les mêmes mesures pour des grandes entre­prises qui regorgent de cash-flow est pour le moins contes­table. Enfin, comment justi­fier le fait que des secteurs écono­miques non essen­tiels conti­nuent de fonc­tion­ner au risque d’ag­gra­ver la conta­mi­na­tion par le virus alors que dans le même temps est mis en place une poli­tique de confi­ne­ment ? Le choix du gouver­ne­ment de main­te­nir coûte que coûte l’ac­ti­vité écono­mique alors même que, dans de nombreux secteurs, cela met en danger la santé des sala­rié.es est non seule­ment contra­dic­toire avec les exhor­ta­tions au confi­ne­ment mais est le signe que les impé­ra­tifs sani­taires ne sont pas la prio­rité abso­lue du gouver­ne­ment. 

(…)Risquons une hypo­thèse basée sur un constat histo­rique. Le seul moment dans l’his­toire du capi­ta­lisme où les classes domi­nantes ont accepté de voir en partie remise en cause leur domi­na­tion corres­pond à la période où l’exis­tence même du capi­ta­lisme était contes­tée. Il importe peu de savoir si les forces qui portaient cette contes­ta­tion – essen­tiel­le­ment les partis commu­nistes et l’Union sovié­tique – étaient réel­le­ment révo­lu­tion­naires, ou si le modèle proposé était vrai­ment porteur d’éman­ci­pa­tion – on sait que ce n’est pas le cas. Il n’em­pêche qu’elles appa­rais­saient comme une alter­na­tive au capi­ta­lisme. C’est la puis­sance de ces mouve­ments de contes­ta­tion radi­cale de l’ordre exis­tant, et de l’ima­gi­naire social qui l’a accom­pa­gnée, qui a obligé les classes diri­geantes à accep­ter, bon gré mal gré, la mise en place de l’État social. Le para­doxe est donc le suivant : les classes domi­nantes n’ont accepté de chan­ger de modèle que parce qu’il a existé des forces de contes­ta­tion du système assez crédibles pour pouvoir l’em­por­ter. Une leçon pour l’ave­nir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.