Aller au contenu

Indus­tries minières et dépla­ce­ment forcé des femmes indiennes au Guate­mala

Quand :
6 décembre 2018 @ 18h30 – 20h00
2018-12-06T18:30:00+01:00
2018-12-06T20:00:00+01:00
Où :
Espace Mendès France
1 place de la Cathédrale
86000 Poitiers
Industries minières et déplacement forcé des femmes indiennes au Guatemala @ Espace Mendès France

Confé­rence de Jules Falquet, maîtresse de confé­rences en socio­lo­gie, CEDREFLCSP, univer­sité Paris-Dide­rot.

Le renou­veau de l’ex­trac­ti­visme (minier, éner­gé­tique ou encore agri­cole) sur tout le conti­nent latino-améri­cain depuis 2004 a géné­ra­le­ment lieu sans l’ac­cord des popu­la­tions locales concer­nées. Celles-ci sont souvent forcées à quit­ter les lieux, soit du fait des consé­quences envi­ron­ne­men­tales parti­cu­liè­re­ment néga­tives, soit parce que devant leur oppo­si­tion, les entre­prises trans­na­tio­nales exercent contre elles d’im­por­tantes violences — les femmes faisant géné­ra­le­ment l’objet de violences spéci­fiques, notam­ment sexuelles. Le cas du Guate­mala illustre ces dyna­miques, en montrant comment les logiques néoli­bé­rales actuelles possèdent des racines profondes qui plongent dans l’his­toire colo­niale et comment les femmes et les fémi­nistes, Indiennes tout parti­cu­liè­re­ment, premières affec­tées, se trouvent au coeur des résis­tances.

Dans le cadre des Ateliers des savoirs, femmes, migra­tions, enga­ge­ments. En parte­na­riat avec le labo­ra­toire Migra­tions inter­na­tio­nales : espaces et socié­tés (Migrin­ter, CNRS-univer­sité de Poitiers).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.