Aller au contenu

Ligugé : veillée chez l’ha­bi­tant

« Après son succès de l’an dernier, l’équipe de Kiosqui s’Passe propose une 2ème « Veillée chez l’ha­bi­tant ».  L’idée de conti­nuer à explo­rer les dessous cachés des maisons de Ligugé, nous conduira à cette fois encore à décou­vrir 3 nouveaux lieux pour 3 spec­tacles inédits.

En effet ce sont trois cartes blanches lais­sées aux bons soins de quatre artistes, relayés durant toute la soirée par un groupe d’im­pro­vi­sa­tion endia­blé !

– Michèle Bouhet et Antoine Compa­gnon en duo conté et chanté

– Siaka Diarra pour un voyage aux confins de l’Afrique des griots

– Pascal Pero­teau pour une invi­ta­tion à ses histoires chan­tées

Trois groupes de spec­ta­teurs seront accom­pa­gnés durant tout leur périple de maisons en maisons, par des guides très spéciaux, déli­rants d’im­pro­vi­sa­teurs.

Rendez-vous le 8 avril avril à 20h30 – place de la mairie.

Tarif 6, 8 et 10 €

Buvette en fin de parcours.

Réser­va­tion conseillée au 06 64 06 16 08.

Michèle Bouhet, artiste recon­nue de toutes les scènes du conte, française et fran­co­phone, s’est faite l’am­bas­sa­drice d’une parole à la fois ancrée dans la tradi­tion orale de son pays et dans un imagi­naire ou elle expé­ri­mente de nouveaux registres d’écri­ture et de jeu qui font d’elle, au-delà de la conteuse que l’on connaît, une cher­cheuse insa­tiable.

A notre invi­ta­tion, elle nous fera l’hon­neur de nous concoc­ter une forme origi­nale et inédite, rien que pour l’oc­ca­sion !

Antoine Compa­gnon, chan­teur auteur-inter­prète, fleurte avec sensi­bi­lité avec les mots de l’émo­tion, dans une langue aux accents poétiques qui jamais ne trahit par des « beau­tés faciles ». Parfois comparé par son ton directe à un Loîc Lantoine, il émane de ses compo­si­tion une savant mélange dont la finesse sensuelle ne pourra que ravir vos oreilles…

Siaka Diarra nous a fait le plai­sir de venir parti­ci­per à notre dernière Fête de la Musique.

Issu d’une grande famille de griots burki­na­bés, il se trouve initié dès son plus jeune âge aux instru­ments de percus­sions tradi­tion­nelles par son père Péra­kui Diarra et son frère Adama.

Au fil des années et des nombreuses expé­riences en tant que musi­cien soliste ou d’en­sembles, il va déve­lop­per un style origi­nal avec de nouveaux arran­ge­ments.

C’est désor­mais un artiste reconnu, à la carrière inter­na­tio­nale.

Pascal Pero­teau n’est plus à présen­ter tant il ravit par ses chan­sons les oreilles des grands comme des plus petits. D’une parole à l’autre, pleine de poésie et d’hu­mour mélés, au point de rencontre de ce qu’on nomme éloquen­ce… Incon­tour­nable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.