Aller au contenu

Nous appe­lons à l’ac­tion et à la grève pour les droits des femmes le 8 mars

Elles étaient plus de 300 000 à mani­fes­ter en Pologne pour le droit à l’avor­te­ment

Elles étaient en grève en Islande pour obte­nir l’éga­lité des salaires

Elles étaient en grève en Argen­tine contre les violences

Elles seront mobi­li­sées contre Donald Trump aux Etats-Unis

En France, elles étaient des dizaines de milliers à mani­fes­ter contre la loi El Khomri, puis  dans l’ac­tion le 7 novembre dernier à 16h34 pour l’éga­lité sala­riale et partout, elles conti­nuent à se battre pour leurs condi­tions de travail.

La jour­née du 8 mars ne se « fête » pas par un cadeau ou une distri­bu­tion de fleurs sur le lieu de travail. Jour­née inter­na­tio­nale pour les droits des femmes, elle est une jour­née de lutte pour l’éga­lité.

En 2017, le contexte poli­tique, social et écono­mique inter­na­tio­nal comme natio­nal n’offre pas de répit pour tout-es celles et ceux qui œuvrent à plus d’éga­lité et de justice sociale. La bana­li­sa­tion des idées d’ex­trêmes droites, la montée des conser­va­teurs dans les élec­tions (aux États-Unis, dans diffé­rents pays Euro­péens notam­ment) sont des signes inquié­tants pour les droits des femmes, pour les droits des popu­la­tions qui fuient les guerres, la tyran­nie, l’ho­mo­pho­bie ou tout simple­ment la misère.

 

En France, le contexte social et poli­tique avec les dernières lois (Travail, Macron, Rebsa­men…), la répres­sion du mouve­ment social, comme la bana­li­sa­tion des idées de l’ex­trême droite obligent nos orga­ni­sa­tions syndi­cales et fémi­nistes à s’al­lier pour contrer pied à pied leur propa­gande menson­gère et les reculs sociaux pour les sala­rié-es, chomeurs/ses, précaires, étudiant-es et retraité-es.

 

L’éga­lité entre les femmes et les hommes est pour nous incon­tour­nable parce qu’elle parti­cipe du progrès social. Lais­ser perdu­rer les inéga­li­tés entre les femmes et les hommes et s’exer­cer les violences contre les femmes, c’est porter une respon­sa­bi­lité sur le fait que les idées rétro­grades et les partis qui les portent progressent. Des mesures ambi­tieuses avec des moyens dédiés doivent être mis en œuvre de façon urgente. Des mobi­li­sa­tions d’am­pleur, comba­tives et soli­daires nous permet­tront de les impo­ser.

 

En 2017, nous voulons que cessent enfin les inéga­li­tés au travail, en termes de salaires, d’ac­cès à l’em­ploi, de carrière, de temps de travail. Nous voulons l’éga­lité sala­riale et la reva­lo­ri­sa­tion des salaires dans les métiers à prédo­mi­nance fémi­nine.
En 2017, nous voulons que soit garanti le droit d’ac­cès à l’avor­te­ment, à la contra­cep­tion dont la légi­ti­mité est sans cesse remise en cause. Nous voulons un égal accès à la santé et aux services publics garants d’une  égalité de trai­te­ment pour toutes et tous.

En 2017, nous voulons que cessent les violences sexuelles et sexistes à l’en­contre des femmes : au travail, dans l’es­pace public comme à la maison.

En 2017 nous voulons des poli­tiques volon­ta­ristes contre les stéréo­types de genre : à l’école, dans les médias, dans la vie publique et privée.

En 2017 nous voulons le partage des tâches domes­tiques et des services publics de prise en charge de la petite enfance et des personnes âgées dépen­dantes

Les femmes sont toujours payées en moyenne un quart en moins que les hommes. Ceci signi­fie donc que chaque jour, elles travaillent gratui­te­ment à partir de 15h40.

 

Aussi, nous appe­lons à faire du 8 mars 2017 une jour­née d’ac­tions et de grèves pour les droits des femmes.

Pour refu­ser le travail gratuit et exiger l’éga­lité profes­sion­nelle, nous appe­lons à des arrêts de travail à 15h40 dans toute la France et sur tous les lieux de travail.

 

Montrons que nos luttes sont des condi­tions néces­saires et indis­pen­sables pour l’éman­ci­pa­tion des femmes et des peuples. Et montrons que nous devons toutes et tous rester soli­daires, vigi­lantes et comba­tives pour renfor­cer nos acquis et obte­nir de nouveaux droits.

 

Le 8 mars à 15h40 : toutes dans l’ac­tion, toutes dans la grève

 

Premiers signa­taires : CGT, CNDF, Femen, Femmes Egalité, FSU, Les Effronté-e-s, Les Glorieuses, Osez Le Fémi­nisme, Plan­ning Fami­lial, Union syndi­cale Soli­daires, UNEF, ….

Nous appe­lons nos orga­ni­sa­tions à :

  • Se réunir en terri­toire pour décli­ner l’ap­pel et prévoir au moins une initia­tive le 8 mars à 15h40, sur une place publique ou sur un lieu de travail
  • Orga­ni­ser des rassem­ble­ments et/ou des mani­fes­ta­tions, par exemple à 15h40
  • S’ins­crire sur la plate­forme de mobi­li­sa­tion qui sera dispo­nible début février

Les orga­ni­sa­tions syndi­cales de sala­rié-es appellent leurs orga­ni­sa­tions à :

  • Dépo­ser des préavis de grève pour le 8 mars
  • Orga­ni­ser des débrayages à partir de 15h40
  • Dans la fonc­tion publique, orga­ni­ser des heures d’in­for­ma­tion syndi­cale à 15h40

Nous mettrons à la dispo­si­tion de nos orga­ni­sa­tions début février :

– Une vidéo d’ap­pel à la mobi­li­sa­tion à diffu­ser sur les réseaux sociaux (dispo­nible à partir du 15/02)

– Une plate­forme de mobi­li­sa­tion permet­tant :

  • De poster sur une carte de France les actions prévues le 8 mars (dispo­nible à partir du 6/02)
  • De soumettre au vote les propo­si­tions « En 2017 nous voulons », et de faire remon­ter leurs propo­si­tions.
  • De mettre à dispo­si­tion les propo­si­tions les plus appré­ciées sous forme d’af­fi­chettes
  • De diffu­ser le 8 mars toutes les initia­tives, avec un système de photos….
  • De donner aux volon­taires qui souhaitent orga­ni­ser une action toutes les infos pratiques

– Un tract

– Une/des affi­chettes

– Un bras­sard (auto­col­lant et à télé­char­ger)

Action le 8 mars

Le 27 février, les volon­taires inscrit-es sur la plate­forme rece­vront un mail pour l’ac­tion du 8 mars leur propo­sant de :

  • Faire grève (avec expli­ca­tion sur le droit de grève…)
  • Parti­ci­per à un rassem­ble­ment (avec lien vers la carte de France)
  • Mettre un bras­sard physique et/ou sur leur profil FB/Twit­ter
  • A 15h40 : Plusieurs actions possibles et à préci­ser, comme rassem­ble­ment et photo avec des panneaux « en 2017 nous voulons »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.