Aller au contenu

Enra­ci­nons l’ave­nir ! Rdv sur la ZAD le 10 février

Quand :
10 février 2018 Journée entière
2018-02-10T00:00:00+01:00
2018-02-11T00:00:00+01:00
Où :
ZAD
44130 Notre-Dame-des-Landes
France
Enracinons l’avenir ! Rdv sur la ZAD le 10 février @ ZAD | Notre-Dame-des-Landes | Pays de la Loire | France

Aujourd’­hui, la force de notre mouve­ment dans toute sa diver­sité a remporté un succès histo­rique. Si seuls des avions de papier décollent ce soir dans le ciel de Notre-Dame-des-Landes, ce n’est pas grâce à la déci­sion d’un gouver­ne­ment, mais grâce au courage, à la déter­mi­na­tion, à l’es­poir, à la soli­da­rité.

C’est la victoire de celles et ceux qui depuis près de 50 ans, ont refusé de céder du terrain face à l’ar­ti­fi­cia­li­sa­tion des terres, et qui s’y sont instal­lés pour y faire pous­ser l’ave­nir. Celles et ceux qui ont parti­cipé aux recours juri­diques, à la contre-exper­tise citoyenne, qui ont recensé l’en­semble des espèces mena­cées. Celles et ceux qui ont parti­cipé aux mobi­li­sa­tions de masse, qui ont agis en soli­da­rité avec les paysan.ne.s, les syndi­cats de sala­rié.e.s (y compris du secteur de l’avia­tion). Celles et ceux qui ont parti­cipé à des occu­pa­tions légales, des occu­pa­tions illé­gales, aux moments de résis­tance, aux expé­ri­men­ta­tions, etc…

C’est la victoire de toutes celles et ceux qui ont fait face en disant : nous ne défen­dons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend. Victoire que nous allons célé­brer tou.te.s ensemble le 10 février prochain.

En disant non à NDDL et à son monde, nous avons ques­tionné les fonde­ments même de la déci­sion de construire un nouvel aéro­port. Selon la trajec­toire actuelle, le trafic aérien pour­rait doubler d’ici 2035. Nous savons que pour avoir une chance de limi­ter l’em­bal­le­ment clima­tique, il faut lais­ser les éner­gies fossiles dans le sol, et préser­ver celui-ci de l’ar­ti­fi­cia­li­sa­tion afin qu’il puisse captu­rer natu­rel­le­ment le carbone. Le climat ne peut plus rester conti­nuel­le­ment le grand oublié des déci­sions sur l’amé­na­ge­ment de notre terri­toire : cette déci­sion était la seule possible compte-tenu des enga­ge­ments clima­tiques inter­na­tio­naux de la France. Cette victoire confirme que les domi­nos commencent à tomber. Ce qui semblait poli­tique­ment impos­sible hier ne l’est plus : toute nouvelle infra­struc­ture carbo­née incom­pa­tible avec notre avenir doit s’at­tendre à subir le même sort.

Depuis la ZAD, on invente et on expé­ri­mente ce nouveau monde à +1°C qui est désor­mais le nôtre. Que ces tâton­ne­ments se fassent en dehors des cadres insti­tu­tion­nels ne nous surprend pas – et ne consti­tue pas un problème. L’ex­pé­rience du mouve­ment pour le climat l’at­teste : les conflits, y compris sous la forme de la déso­béis­sance civile, sont souvent des passages néces­saires pour contraindre les auto­ri­tés à agir et nous proté­ger.

Nous avons été 40 000 à plan­ter un bâton et à faire une promesse : venir les cher­cher pour défendre nos rêves communs. Le 10 février 2018, soyons à nouveau des dizaines de milliers à conver­ger à la ZAD, pour enra­ci­ner notre espoir à faire vivre un avenir libéré des impasses écolo­giques, clima­tiques et sociales, dans le bocage et au-delà de ses fron­tières.

Pourquoi conver­ger massi­ve­ment sur la zad le 10 février ?

Depuis des décen­nies, les 1.650 ha de la zad sont mena­cés par un projet d’aé­ro­port clima­ti­cide, destruc­teur de terres nour­ri­cières, de zone humides et de liens sociaux. En lieu et place de ce projet, des paysan.ne.s résis­tant.e.s ont conti­nué de vivre sur leurs terres et de nouveaux.elles habi­tant.e.s sont arrivé.e.s dans les 10 dernières années. Il s’in­vente sur la zad des formes de vie, d’ha­bi­tats et d’agri­cul­ture fondées sur le partage, la rencontre, le soin du vivant et des biens communs.

Le 9 février, la Décla­ra­tion d’Uti­lité Publique du projet d’aé­ro­port à Notre-Dame-des-Landes aura 10 ans. Si le gouver­ne­ment, à l’is­sue de la média­tion nommée il y a 6 mois, décide enfin d’aban­don­ner ce projet morti­fère, le 9 février marquera la fin offi­cielle de la Décla­ra­tion d’Uti­lité Publique.

Nous serons alors heureux de célé­brer la préser­va­tion de ce bocage, avec toutes celles et ceux qui ont accom­pa­gné cette longue histoire de lutte au cours des dernières décen­nies. Nous conver­ge­rons pour poser ensemble les prochains jalons de l’ave­nir de la zad de Notre-Dame-des-Landes et pour montrer notre soli­da­rité vis-à-vis de diverses résis­tances contre des projets destruc­teurs et autres luttes sœurs.

Si le gouver­ne­ment déci­dait envers et contre tout de s’en­tê­ter, il nous faudrait alors être aussi fort nombreux.ses à réaf­fir­mer notre volonté d’em­pê­cher le démar­rage des travaux et de toute expul­sion sur la zad.

Quelle que soit la posi­tion du gouver­ne­ment suite au rapport de la média­tion, et en espé­rant le meilleur pour la suite, nous vous appe­lons donc à vous orga­ni­ser dès aujourd’­hui pour se retrou­ver sur la zad le 10 février et enra­ci­ner son avenir.

Chacun.e est invité.e le 10 février à appor­ter pousses, arbustes ou arbris­seaux pour enri­chir les haies du bocage et marquer l’en­ra­ci­ne­ment de chaque lieu défendu.

DÉROULÉ de la jour­née et soirée

10h30 Accueil des bus à Notre-Dame-des-Landes, café, tartines, chants, plan­ta­tions d’arbres, balades.

12h00 Arri­vées sur la zad, pique-nique dans le sac (station­ne­ments fléchés à partir des bourgs envi­ron­nants) et rallie­ment d’un des deux points de départ des déam­bu­la­tions. (1. Gourbi – 2. Saint-Jean-du-Tertre)

13h00 Déam­bu­la­tions en musique vers Belle­vue

15h00 Grand moment de conver­gence au niveau du hangar de l’ave­nir et du champ des bâtons

17h00 Fête – Fest-Noz / Concerts / Rave / Spec­tacles / Cantines Popu­laires (programme détaillé à venir sur les sites)

INFOS PRATIQUES

PLANTER SUR LA ZAD

À chaque point d’ar­ri­vée sur zone, les apports de végé­taux seront collec­tés pour être proté­gés, mis en nour­rice et-ou direc­te­ment plan­tés selon les condi­tions météo.

ACCÉDER EN VOITURE

Le bocage est fragile notam­ment en cette saison : merci de respec­ter les zones qui seront propo­sées et ne pas se garer dans les champs ni sur les chemins.

Le station­ne­ment des véhi­cules sera fléché à partir des bourgs envi­ron­nants : il sera linéaire le long des voies qui seront mises en sens unique. Pour limi­ter le nombre de voitures, penser au covoi­tu­rage et à la fin de parcours en vélo 😄 Repé­rage conseillé de la loca­li­sa­tion précise de votre véhi­cule pour le retour du soir 😄

ACCEDER EN CAR

Les cars sont atten­dus au bourg de Notre-Dame-des- Landes. Accueil des parti­ci­pants et anima­tions sont prévus en mati­née.

COVOITURER / ACCUEILLIR ou SE LOGER

Un site permet de réper­to­rier annonces de demandes et propo­si­tions d’hé­ber­ge­ment, de covoi­tu­rage : www.annonces-ndl.org
Pour toute ques­tion complé­men­taire concer­nant l’hé­ber­ge­ment :
heber­ge­mentnddl­zad@­ri­seup.net

PARTICIPER

Des béné­voles sont bien­ve­nus, nombreux s’ins­crire sur / 10fev18ndl­zad@­ri­seup.net

POUR PLUS D’INFOS

www.acipa-ndl.frzad.nadir.org Pour tous rensei­gne­ments sur le 10 février : 10fev18ndl­zad@­ri­seup.net

Le rassem­ble­ment du 10 février est initié par le mouve­ment contre l’aé­ro­port et pour l’ave­nir de la zad (Natu­ra­listes en lutte, Copain, habi­tant.e.s de la zad, Acipa, Coor­di­na­tion des oppo­sants)

Parce qu’il n’y aura pas d’aé­ro­port

(Texte des 6 points sur l’ave­nir de la ZAD)

Nous rappe­lons ci-dessous les bases communes que s’est donné le mouve­ment dans la pers­pec­tive d’un avenir sans aéro­port au-delà de l’aban­don du projet.

Parce qu’il n’y aura pas d’aé­ro­port, ce texte en 6 points a pour but de poser les bases communes néces­saires pour se proje­ter sur la ZAD une fois le projet d’aé­ro­port défi­ni­ti­ve­ment enterré.

Il a été réflé­chi au sein d’une assem­blée régu­lière regrou­pant les diffé­rentes compo­santes du mouve­ment de lutte dont l’objec­tif est de penser l’ave­nir des terres une fois le projet aban­donné et longue­ment débattu à plusieurs reprises, dans de multiples compo­santes et espaces d’or­ga­ni­sa­tion du mouve­ment.

Nous défen­dons ce terri­toire et y vivons ensemble de diverses manières dans un riche bras­sage. Nous comp­tons y vivre encore long­temps et il nous importe de prendre soin de ce bocage, de ses habi­tant-e-s, de sa diver­sité, de sa flore, de sa faune et de tout ce qui s’y partage. Une fois le projet d’aé­ro­port aban­donné, nous voulons :

  1. Que les habi­tant-e-s, proprié­taires ou loca­taires faisant l’objet d’une procé­dure d’ex­pro­pria­tion ou d’ex­pul­sion puissent rester sur la zone et retrou­ver leurs droits.
  2. Que les agri­cul­teurs-ices impacté-e-s, en lutte, ayant refusé de plier face à AGO-VINCI, puissent conti­nuer de culti­ver libre­ment les terres dont il-elles ont l’usage, recou­vrer leurs droits et pour­suivre leurs acti­vi­tés dans de bonnes condi­tions.
  3. Que les nouveaux habi­tant-e-s venu-e-s occu­per la ZAD pour prendre part à la lutte puissent rester sur la zone. Que ce qui s’est construit depuis 2007 dans le mouve­ment d’oc­cu­pa­tion en terme d’ex­pé­ri­men­ta­tions agri­coles hors cadres, d’ha­bi­tat auto-construit ou d’ha­bi­tat léger (cabanes, cara­vanes, yourtes, etc), de formes de vies et de luttes, puisse se main­te­nir et se pour­suivre.
  4. Que les terres redis­tri­buées chaque année par la chambre d’agri­cul­ture pour le compte d’AGO-VINCI sous la forme de baux précaires soient prises en charge par une entité issue du mouve­ment de lutte qui rassem­blera toutes ses compo­santes. Que ce soit donc le mouve­ment anti-aéro­port et non les insti­tu­tions habi­tuelles qui déter­mine l’usage de ces terres.
  5. Que ces terres aillent à de nouvelles instal­la­tions agri­coles et non agri­coles, offi­cielles ou hors cadre, et non à l’agran­dis­se­ment.
  6. Que ces bases deviennent une réalité par notre déter­mi­na­tion collec­tive. Et nous porte­rons ensemble une atten­tion à résoudre les éven­tuels conflits liés à leurs mises en œuvre.

Nous semons et construi­sons déjà un avenir sans aéro­port dans la diver­sité et la cohé­sion. C’est à nous tout-e-s, dès aujourd’­hui, de le faire fleu­rir et de le défendre.

Docu­ments

En Bonus, une petite vidéo à diffu­ser et relayer qui appelle au rassem­ble­ment du 10 février

2 réflexions au sujet de « Enra­ci­nons l’ave­nir ! Rdv sur la ZAD le 10 février »

  1. pacault dit :

    bonjour

    y a t il un covoiturage organisé ou un bus au depart de poitiers pour cette amanifestation

    bien cordialement

    Répondre
  2. pacault dit :

    bonjour

    y a t il du co voiturage organisé ou un bus au depart de poitiers pour cette manifestation

    bien cordialement

    daniel pacault

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *