Aller au contenu

INCENDIES : La posi­tion des Services publics CGT

Le Collec­tif  natio­nal SDIS (Service dépar­te­men­tal d’in­cen­die et de secours) publient un commu­niqué sur les incen­dies en Gironde. Le SDIS est un service chargé de l’ana­lyse des risques et de la mise en place des secours. Il orga­nise l’ac­ti­vité des sapeurs-pompiers du dépar­te­ment.

Nous le relayons car il donne d’autres expli­ca­tions et raisons à l’am­pleur de cette catas­trophe autre que l’en­fu­mage et la brosse à reluire passé par le gouver­ne­ment et Macron sur « les héros abso­lus ».

Ce commu­niqué est publié sur le site SYNDICOLLECTIF

https://syndi­col­lec­tif.fr/incen­dies-les-services-publics-cgt-prennent-posi­tion/

Montreuil, le 22 juillet 2022

Face aux incen­dies et catas­trophes natu­relles, l’ur­gence c’est le déve­lop­pe­ment et le renfor­ce­ment du service public de la Protec­tion civile

Macron en Gironde : réac­tion ne vaut pas préven­tion
L’alerte a pour­tant été donnée, à plusieurs reprises et depuis des années. Pour­tant, l’ag­gra­va­tion des situa­tions de séche­resse, le chan­ge­ment de nature des feux, les catas­trophes de grande ampleur comme celle de la vallée de la Roya n’ont pas entraîné de mesures suscep­tibles de répondre à ces nouveaux défis. Comme toujours, à chaque catas­trophe d’am­pleur, les réac­tions offi­cielles vont en direc­tion des profes­sion­nels, des fonc­tion­naires, dont l’in­ves­tis­se­ment n’est pas à démon­trer. Nos collègues hospi­ta­liers ont été féli­ci­tés par le chef de l’Etat pendant la pandé­mie de Covid-19, mais les urgences, les hôpi­taux publics sont main­te­nus dans un état de déla­bre­ment inouï. Macron féli­cite les « premiers de corvées », quali­fie les pompiers de « héros abso­lus » et pour­suit sa poli- tique d’as­sè­che­ment des services publics, de mise en concur­rence, de dégra­da­tion des statuts et condi­tions de travail des person­nels…

Les « héros abso­lus » confron­tés au « zéro absolu » de l’an­ti­ci­pa­tion !

Avoir les pompiers au cœur au moment des drames ou de la Sainte-Barbe, relève de l’hy­po­cri­sie. Les sapeurs-pompiers profes­sion­nels sont en colère à force de voir dans les médias des diri­geants décou­vrir l’état de déla­bre­ment de la sécu­rité civile, alors que les mêmes parti­cipent acti­ve­ment à l’ubé­ri­sa­tion des services d’in­cen­die et de secours. La sécu­rité et la protec­tion civile, cela doit se penser, s’an­ti­ci­per et s’éta­blir au quoti­dien.

Depuis des années, La CGT n’a de cesse de dénon­cer et d’aler­ter sur les manques de moyens humains et maté­riels pour faire face aux risques quoti­diens. La situa­tion chao­tique actuelle est le résul­tat de dizaines d’an­nées de désen­ga­ge­ment de l’Etat, de suppres­sion des dota­tions, de déni­gre­ment du service public de la protec­tion civile ! Trop cher et pas assez rentable sans doute !

Pour­tant, le gouver­ne­ment est capable d’an­ti­ci­per sur certains sujets : la Gendar­me­rie natio­nale vient de rece­voir 90 véhi­cules blin­dés ultra modernes et suréqui­pés…

Macron vient d’an­non­cer que la flotte aérienne char­gée de lutter contre les incen­dies avait été jusqu’à présent suffi­sante. Non, cela fait des années qu’elle est insuf­fi­sante, vieillis­sante, dégra­dée : il n’y a pas assez d’ap­pa­reils en état de voler immé­dia­te­ment, pas assez de pilotes pour assu­rer les rota­tions, pas assez de cana­dairs. L’alerte a été donnée depuis plusieurs années. On le sait, les cana­dairs, de par leur préci­sion, sont les plus adap­tés à la lutte contre les incen­dies dans les forêts françaises. Ce n’est pas à la fin de la prési­dence française de l’Union Euro­péenne qu’il fallait propo­ser des commandes et un plan de construc­tion d’ap­pa­reils mais au début. Les avions livrés récem­ment ont été comman­dés en 2017 ! Au-delà des mots, l’Etat doit s’en­ga­ger ferme­ment à comman­der de nouveaux cana­dairs et bombar­diers d’eau pour doubler la flotte et en dispo­ser au plus tôt, en prenant les me- sures pour recru­ter et payer les pilotes et méca­ni­ciens néces­saires à leur fonc­tion­ne­ment. Le président Macron a indiqué que l’on devrait pouvoir les produire nous-mêmes… A quand le déve­lop­pe­ment d’un outil indus­triel natio­nal pour produire les moyens de la protec­tion et de la sécu­rité civile ?

Depuis des années, le moyens de préven­tions sont dimi­nués : L’Of­fice natio­nal des forêts est consi­dé­rable- ment mis à mal, les emplois de fores­tiers-sapeurs sont mena­cés, les règles de débrous­saillage et d’en­tre­tien sont trop peu respec­tées parce que les agents publics char­gés du contrôle sont en sous-effec­tif.

Les réponses cura­tives sont consi­dé­ra­ble­ment dégra­dées : en plus des avions cloués au sol, on constate la suppres­sion de 1000 Camions Citernes de lutte contre les feux de Forêts (CCF) depuis 2006. L’en­tre­tien de ces camions coûte cher, ils ne sont utili­sés que pour des inter­ven­tions ponc­tuelles. Les camions sont soumis aux taxes sur les véhi­cules pollueurs et les SDIS ne perçoivent aucune compen­sa­tion pour faire face à cette augmen- tation des dépenses. Les SDIS font donc des choix, préfèrent dimi­nuer le nombre de CCF et miser sur la mutua- lisa­tion. Ces derniers jours des colonnes de camions, venues de toute la France sont arri­vées en Gironde, après des heures inter­mi­nables passées sur l’au­to­route. Les pompiers qui arrivent sur le terrain sont déjà fati­gués !

Il y a peu, l’objec­tif était de trou­ver 500 000 volon­taires ! Aujourd’­hui 250 000 ! L’am­bi­tion est en baisse, car le réalisme est en hausse ? Ces besoins iden­ti­fiés ne sont donc pas comblés ? Les pompiers volon­taires sont né- cessaires et permettent l’en­voi de renforts et inter­ve­nir en cas de catas­trophe natu­relle, mais ceux-ci doivent être déta­chés par leur employeur. Mais le système se grippe : les SDIS préfèrent recru­ter des pompiers volon­taires, qui ne sont indem­ni­sés que pour leurs inter­ven­tions, contrai­re­ment aux Sapeurs-pompiers profes­sion­nels qui sont perma­nents mais, en raison des calculs comp­tables de leurs employeurs, en sous-effec­tif.

Il y a donc les promesses, les féli­ci­ta­tions… et les annonces manquées du président Macron. Mais les « héros abso­lus » exigent autre chose que les féli­ci­ta­tions prési­den­tielles !

Pour la CGT, dans l’im­mé­diat (c’est-à-dire prendre les déci­sions tout de suite, main­te­nant), il convient : l de mettre à dispo­si­tion immé­dia­te­ment des moyens de l’Etat (y compris mili­taires) pour ache­mi­ner les engins et les pompiers en renfort (ferrou­tage, pont aérien), préser­vant ainsi les véhi­cules de longs trajets (ils ne sont pas prévus pour faire de la route) et surtout le person­nel qui aujourd’­hui arrive déjà fati­gué sur les sites !

  • que l’Etat achète des CCF et les répar­tisse dans les SIS, qui auront à leur charge la main­te­nance et recru­te­ment statu­taire du person­nel pour l’as­su­rer.
  • d’aug­men­ter les fonds alloués aux Conseils dépar­te­men­taux pour les services d’in­cen­die et de secours.
  • de renfor­cer les effec­tifs des fores­tiers-sapeurs avec des salaires, des forma­tions, des carrières attrac­tifs, à même d’at­ti­rer massi­ve­ment des jeunes qui souhaitent s’en­ga­ger dans la protec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment.
  • Les moyens doivent être donnés sans attendre pour que les SDIS recrutent par concours et forment massive- ment les milliers de pompiers profes­sion­nels, commandent les centaines de véhi­cules néces­saires pour répondre aux enjeux de la période.
  • Pour cela, comme dans l’en­semble de la Fonc­tion publique, l’ur­gence c’est de créer les condi­tions d’une réelle attrac­ti­vité du métier de sapeur-pompier. L’ur­gence, c’est l’aug­men­ta­tion signi­fi­ca­tive du point d’in­dice, à hauteur de 10% immé­dia­te­ment, la refonte des grilles de la filière des Sapeurs-pompiers profes­sion­nels, la recon­nais- sance des risques toxiques et des mala­dies profes­sion­nelles qui leurs sont liées, la garan­tie d’un reclas­se­ment en cours de carrière pour ceux qui en ont besoin. Sans oublier la néces­saire reva­lo­ri­sa­tion des person­nels admi- nistra­tifs et tech­niques des SDIS, sans lesquels les « héros abso­lus » ne pour­raient pas inter­ve­nir.

On est au-delà de l’ur­gence !

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.