Aller au contenu

LETTRE OUVERTE AUX CANDIDATS ET CANDIDATES À L’ÉLECTION MUNICIPALE DE POITIERS


COLLECTIF DE DÉFENSE
DE L’ANCIEN THÉÂTRE DE POITIERS


THÉÂTRE HISTORIQUE DE POITIERS… VOTRE ENGAGEMENT ?


Le dernier recours visant à empê­cher la destruc­tion d’un théâtre chef d’oeuvre du patri­moine est en passe d’être repoussé par la cour d’ap­pel admi­nis­tra­tive de Bordeaux. Les oppo­sant-es au projet de destruc­tion du maire actuel se sont battu-es pendant six ans pour sauver ce témoi­gnage irrem­plaçable du patri­moine du XXème siècle et pour lais­ser ouvert un
lieu de culture néces­saire au cœur de la ville. Avec leur moyens, limi­tés, mais aussi avec le soutien de milliers de poite­vins et poite­vines atta­ché-es à ce lieu, le soutien d’ac­teurs et actrices du monde du spec­tacle qui soulignent le besoin d’une salle de diffu­sion et de répé­ti­tion pour les pré-profes­sion­nel-les, les amateur-es, les petites troupes, le soutien de profes­sion­nel-les de l’his­toire des arts qui plaident la valeur du bâti­ment.


Ce combat a fait évoluer la connais­sance que nous avons loca­le­ment des éléments qui ont conduit à envi­sa­ger en lieu et place un ensemble commer­cial et de loge­ments vendu au privé et un petit lieu d’ex­po­si­tion incom­mode conservé dans le domaine public.

Il y a lieu de s’in­ter­ro­ger, après 6 ans, sur la perti­nence d’un projet qui n’a plus lieu d’être : les espaces ouverts par l’an­cien Palais de Justice répondent au besoin de lieux pour l’art visuel ; la lutte du Collec­tif de Défense de l’An­cien Théâtre a mis en évidence la valeur patri­mo­niale du monu­ment (recon­nue par des publi­ca­tions qui font auto­rité), la perti­nence d’un lieu de culture à côté du TAP (recon­nue par la commis­sion de déclas­se­ment des salles de spec­tacle qui s’est pronon­cée contre la dispa­ri­tion du théâtre en tant que tel). Une nouvelle demande de protec­tion du bâti­ment vient de partir vers le minis­tère et les services compé­tents des affaires cultu­relles.

Main­te­nir aujourd’­hui un tel projet et donner le feu vert à la destruc­tion des espaces inté­rieurs équi­vau­drait à s’en­tê­ter en choquant le réel.

La situa­tion, à la veille de l’élec­tion d’une nouvelle équipe, mérite d’être à nouveau analy­sée.

Le collec­tif de Défense de l’An­cien théâtre de Poitiers demande solen­nel­le­ment à tous les candi­dats et toutes les candi­dates à la mairie de se pronon­cer pour un mora­toire jusqu’à l’élec­tion. L’ir­ré­ver­sible ne doit pas être commis. Il appar­tien­dra, après l’élec­tion, aux nouveaux et nouvelles élu-es de prendre leurs respon­sa­bi­li­tés.


Collec­tif de défense de l’an­cien théâtre de Poitiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.