Aller au contenu

L’Hu­ma­nité. Chris­tophe Prud­homme. Urgence d’un débat à l’As­sem­blée natio­nale

Publié le Lundi 4 Juillet 2022 Chris­tophe Prud­homme – L’Hu­ma­nité >>>>>

Notre système de santé est en train de s’ef­fon­drer et la seule réponse du gouver­ne­ment est de vali­der une rupture du service public en accep­tant la ferme­ture des services d’ur­gences la nuit.

Les préco­ni­sa­tions médi­cales sont simples : pour assu­rer la sécu­rité de la popu­la­tion, tout citoyen doit être à moins de 30 minutes d’un service d’ur­gences ouvert 24 heures sur 24, tous les jours de l’an­née.

La perver­sité des libé­raux qui nous gouvernent, aidés par certains méde­cins qui sont deve­nus leurs valets poli­tiques pour préser­ver leurs inté­rêts caté­go­riels et leur posi­tion de pouvoir, est d’avoir sciem­ment provoqué la dégra­da­tion du système de santé en orga­ni­sant la pénu­rie de profes­sion­nels, notam­ment de méde­cins, et en étran­glant finan­ciè­re­ment les hôpi­taux pour qu’ils ferment des lits et des établis­se­ments.

L’objec­tif soigneu­se­ment caché et dénié est bien d’abou­tir à une situa­tion où, face à la dégra­da­tion de la qualité des services publics, l’al­ter­na­tive évidente devienne le secteur privé… pour ceux qui pour­ront se le payer.

Le scan­dale d’Or­pea a mis crûment en lumière l’ab­sence de toute limite dans la préda­tion du système par des vautours qui ne respectent plus aucune valeur humaine.

Un scan­dale s’ajoute à ce scan­dale : l’ab­sence de réponse poli­tique, si ce n’est la promesse d’une inspec­tion de tous les Ehpad dans l’an­née qui vient, alors que le ministre de la Santé sait perti­nem­ment que c’est impos­sible, car les agences régio­nales de santé, qui en sont char­gées ne disposent pas du person­nel en quan­tité et en qualité suffi­sante pour remplir cette mission.

En effet, ces agences, qui sont le fruit du déman­tè­le­ment des anciennes admi­nis­tra­tions dépar­te­men­tales et régio­nales en charge du système de santé (Ddass et Drass), ne possèdent plus de person­nel tech­nique quali­fié, leur mission ayant été réduite au contrôle finan­cier avec comme seul objec­tif de ne pas dépas­ser le budget, toujours insuf­fi­sant, voté par la loi de finances de la Sécu­rité sociale.

Ce recul a été mis en lumière par la révé­la­tion de la multi­pli­ca­tion des missions confiées à des cabi­nets de consul­tants pour gérer la crise du Covid, qui sont aussi gras­se­ment payés depuis des années pour orga­ni­ser les « restruc­tu­ra­tions » hospi­ta­lières, avec comme unique objec­tif la suppres­sion de lits.

Alors que le président de la Répu­blique, élu par défaut, n’a plus à sa dispo­si­tion une Assem­blée de dépu­tés godillots, il est urgent que cette dernière retrouve sa fonc­tion poli­tique de débat des sujets prio­ri­taires pour la popu­la­tion, afin d’éla­bo­rer des lois qui répondent aux besoins expri­més.

Ainsi, si le pouvoir d’achat consti­tue une de ces prio­ri­tés, l’ave­nir de notre système de santé et de protec­tion sociale en est une autre.

Nous deman­dons un débat en urgence au Parle­ment autour de deux options :

un système de santé avec un service public mini­mal pour les plus pauvres et un secteur marchand financé par des assu­rances privées pour le reste de la popu­la­tion,

ou un service public répon­dant à l’en­semble des besoins (ville, hôpi­tal, médico-social, santé publique et préven­tion), financé inté­gra­le­ment par la Sécu­rité sociale.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.