Aller au contenu

Libé­ra­tion 2 mai, Clémen­tine Autain: « Le tour­nant histo­rique qui s’opère aujourd’­hui vient de loin »

Pour la dépu­tée insou­mise de Seine-Saint-Denis Clémen­tine Autain, l’ac­cord signé entre son mouve­ment et les écolo­gistes, avant une possible alliance avec les socia­listes et les commu­nistes, est l’abou­tis­se­ment du « non » de gauche au réfé­ren­dum euro­péen de 2005.

La dépu­tée de Seine-Saint-Denis Clémen­tine Autain a toujours eu une parti­cu­la­rité au sein de La France insou­mise : l’union de la gauche n’a pour elle jamais été un gros mot. Elle a toujours tenté de marier les diffé­rentes boutiques (surtout les écolo­gistes et les commu­nistes). Aujourd’­hui, après la signa­ture avec les Verts et en atten­dant l’abou­tis­se­ment des échanges avec les roses et les rouges, elle ne cache pas sa joie.

L’union à gauche est en train de se construire après l’ac­cord avec les écolos en atten­dant celui avec les socia­listes et les commu­nistes. Pensiez-vous voir ça un jour ?

Ce que nous sommes en train de construire, je l’ai acti­ve­ment souhaité depuis les débuts de mon enga­ge­ment poli­tique. Je n’avais pas 25 ans quand, dans la foulée des grandes grèves de novembre-décembre 1995, j’ai parti­cipé à la créa­tion de la fonda­tion Coper­nic qui visait à « remettre à l’en­droit ce que le libé­ra­lisme met à l’en­vers ». Il y avait là des mili­tants de toutes les familles à gauche, de la LCR aux socia­listes, en passant par les écolo­gistes mais aussi des syndi­ca­listes, des asso­cia­tifs et des intel­lec­tuels. L’idée de refon­da­tion nous animait, déjà, avec le parti pris de mêler le rouge, le rose et le vert autour d’un nouveau projet, de rupture et à voca­tion majo­ri­taire. Nous pensions que les partis et les clivages tradi­tion­nels n’étaient plus à la hauteur des défis. À l’époque, imagi­ner que des commu­nistes ou des socia­listes puissent travailler avec des écolos semblait d’une audace incroyable. Penser que le pôle de radi­ca­li­tés puisse prendre l’as­cen­dant à gauche l’était tout autant. Faire travailler à égalité des respon­sables poli­tiques avec des person­na­li­tés du mouve­ment social et cultu­rel appa­rais­sait nova­teur. Aujourd’­hui, je constate que nous avions raison de viser ces objec­tifs, incer­tains à l’époque parce que de longue haleine. J’ai envie de vous dire qu’il y a vingt ans, je vous aurais répondu « oui, je verrai ça un jour », mais peut-être pas il y a six mois…

Pourquoi cela marche-t-il aujourd’­hui et pas hier ?

Il faut comprendre que le tour­nant histo­rique qui s’opère aujourd’­hui vient de loin. Le « non » de gauche au traité consti­tu­tion­nel euro­péen en 2005 a été fonda­teur. Ce « non » disait l’op­po­si­tion aux normes du marché, à la « concur­rence libre et non faus­sée ». Il expri­mait une contes­ta­tion de la tech­no­cra­tie qui gouverne contre le peuple. Il unis­sait des sensi­bi­li­tés diverses à gauche et, surtout, il fédé­rait dans le monde popu­laire. Cette campagne a ravivé le ressort de la lutte des classes. Ensuite, nous avons construit les collec­tifs anti­li­bé­raux puis le Front de gauche, grâce à la sortie de Jean-Luc Mélen­chon du Parti socia­liste et à l’in­tel­li­gence poli­tique de Marie-George Buffet. En 2017, la conjonc­tion entre la sanc­tion sans appel du quinquen­nat Hollande et le score excep­tion­nel de Jean-Luc Mélen­chon (19 %) a marqué une étape déci­sive. Et en avril, les élec­teurs ont à nouveau tran­ché sur l’orien­ta­tion qui a leur préfé­rence, entre accom­mo­de­ment et chan­ge­ment en profon­deur. Ce qui marche aujourd’­hui, c’est à la fois la capa­cité de La France insou­mise, avec le talent de son leader, à créer de la dyna­mique popu­laire et notre main tendue aux autres forces de gauche et écolo­gistes qui, elles-mêmes, évoluent pour se hisser à la hauteur de l’his­toire.

L’ac­cord arrive entre deux dates symbo­liques : la Fête des travailleurs et des travailleuses et l’an­ni­ver­saire du Front popu­laire. Faites-vous un lien avec le passé ?

Oui ! C’est un passé qui nous enra­cine dans le meilleur de l’his­toire de la gauche et du mouve­ment ouvrier, celle des luttes qui gagnent et changent réel­le­ment la vie. S’y réfé­rer, c’est aussi dire que nous cher­chons à écrire une nouvelle page, et non à faire un copié-collé du passé. Pour le dire abrup­te­ment, ce que nous faisons n’est pas l’union de la gauche à l’an­cienne.

« Les gauches ne sont tout simple­ment pas conci­liables avec les idées et les pratiques de droite, ou alors elles se meurent. Voilà tout. »—  Clémen­tine Autain, dépu­tée de Seine-Saint-Denis

On a long­temps évoqué les gauches irré­con­ci­liables. Aujourd’­hui cela semble derrière vous. Cela veut-il dire que les gauches ont mis leurs diffé­rences, notam­ment sur l’Eu­rope, sous le tapis ?

Manuel Valls est l’un des grands arti­sans de cette thèse ! En réalité, les gauches ne sont tout simple­ment pas conci­liables avec les idées et les pratiques de droite, ou alors elles se meurent. Voilà tout. Et la nouvelle géné­ra­tion de diri­geants socia­listes semble désor­mais l’avoir bien compris. Après, il n’est pas ques­tion de mettre les diffé­rences sous le tapis. Les négo­cia­tions ont d’ailleurs commencé par d’âpres discus­sions de fond. Nous voulions un accord pour gouver­ner ensemble, et donc solide dans sa cohé­rence program­ma­tique. L’Eu­rope a fait partie des sujets diffi­ciles mais il fallait le décor­tiquer. Par l’échange et la volonté de s’en­tendre, nous avons levé des incom­pré­hen­sions et affi­ner ce qui nous rassemble. Résul­tat : les trai­tés euro­péens qui nous empêchent de mener une poli­tique de progrès social et écolo­gique, nous ne les applique­rons pas. Cela ne veut pas dire que nous sommes d’ac­cord sur tout, solubles les uns dans les autres. Et c’est d’ailleurs une force. Qui peut croire que nous pour­rions être majo­ri­taires dans le pays sans diver­sité des sensi­bi­li­tés, sans plura­lisme ?

Comment faire pour que cet accord ne soit pas seule­ment un partage de circons­crip­tions mais un nouveau départ ?

Ah mais c’est préci­sé­ment ce que nous ne voulions pas ! Nous avons dès le début dit non à une simple répar­ti­tion des postes, nous avons immé­dia­te­ment cher­ché un accord poli­tique pour gouver­ner. Au fond, nous passons de la culture de la résis­tance à celle de l’es­pé­rance. L’enjeu n’est pas de sauver les boutiques des uns ou des autres mais de permettre aux Français, dès juin, de ne plus subir la violence sociale et l’inac­tion clima­tique de Macron. Ce qui se joue, avec l’objec­tif de Jean-Luc Mélen­chon Premier ministre, c’est de donner le choix aux Français d’ap­pliquer, dès cet été, le blocage des prix et la hausse du smic, d’en­clen­cher la bifur­ca­tion écolo­gique, d’al­ler vers la retraite à 60 ans… Le tour­nant histo­rique est là : un pôle social et écolo­gique s’est formé, et il est aujourd’­hui crédité de 9 points de plus que le bloc du Président fraî­che­ment élu. Ensemble, nous pouvons gagner.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.