Aller au contenu

PROJETS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE : L’ÉTAT D’URGENCE EN PERMANENCE ?

Commu­niqué de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH)

On ne peut qu’être inquiet des projets du président de la Répu­blique. La logique de guerre qu’il a mise en avant conduit à modi­fier en profon­deur plusieurs aspects de l’Etat de droit : qu’il s’agisse de la Cons­ti­tu­tion, de la procé­dure pénale ou des règles de la natio­na­lité, ou d’autres encore.
Ces mesures, loin d’être limi­tées dans le temps, vont s’ins­crire dans la durée comme l’ac­tuel état d’ur­gence qui va être prorogé pour trois mois, soit au moins jusqu’au mois de février 2016, sans qu’on en comprenne la raison.
Le peu de préci­sions appor­tées par le président de la Répu­blique quant au contenu exact des réformes envi­sa­gées et la rapi­dité avec laquelle le Parle­ment est sommé de les enté­ri­ner atteste que le pouvoir exécu­tif entend impo­ser sa vision d’une démo­cra­tie où ce dernier l’em­porte sur les autres pouvoirs et sur les liber­tés indi­vi­duelles.
Cette démarche est d’au­tant plus inquié­tante que le président de la Répu­blique a observé un silence total sur les causes profondes de la situa­tion actuelle, les échecs obser­vés et ne présente qu’une seule alter­na­tive : un pouvoir fort ou le terro­risme, sans se préoc­cu­per d’as­su­rer la cohé­sion sociale et l’éga­lité des droits.
La LDH exprime son inquié­tude face à des projets déli­bé­rés sur injonc­tion, dans la préci­pi­ta­tion et usant de l’émo­tion provoquée par les atten­tats commis.
D’ores et déjà, elle désap­prouve la proro­ga­tion de l’état d’ur­gence et souhaite que les pouvoirs publics ne se contentent pas de faire réfé­rence au respect de l’Etat de droit mais qu’ils le respectent effec­ti­ve­ment.
Paris, le 16 novembre 2015

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.