Aller au contenu

Théâtre de Poitiers : faux argu­ments et vraie mauvaise foi sur le cinéma à Poitiers

Lors du débat orga­nisé par le « Collec­tif de défense de l’an­cien Théâtre », il y eu un échange entre le Collec­tif et plusieurs éluEs de la majo­rité muni­ci­pale qui s’étaient dépla­céEs..

Un des thèmes forcé­ment abor­dés sur ce sujet de l’an­cien Théâtre c’est le trans­fert en 2013 du cinéma Arts et essais (para-muni­ci­pal) vers les salles du CGR Castille (privé).

On est passé d’une seule salle de cinéma dans l’an­cien Théâtre (aujourd’­hui promis à la vente) à trois salles « Arts et essais » au sein du cinéma privé CGR Castille.

Passer de un à trois c’est mieux, dit la Mairie, évidence qu’on ne peut que confir­mer.

Par contre pourquoi ce silence sur les raisons de ce trans­fert ?

Pourquoi ne pas avoir construit trois salles dans l’an­cien Théâtre ?

Pourquoi les trois salles Arts et essai sont au CGR ?

Qu’en est-il du cinéma Le Dietrich ?

Qu’est-ce que tout cela révèle ?

Pourquoi ne pas avoir construit trois salles dans l’an­cien Théâtre ?

La rengaine magique est : ça coûte trop cher ! Or nous (PAG*) avions eu accès en son temps à la propo­si­tion de l’an­cienne équipe de direc­tion du Théâtre. Celle-ci propo­sait des travaux dans l’an­cien Théâtre pour abou­tir égale­ment à 3 salles. La subven­tion de l’État était détaillée et assu­rée, le plan d’in­ves­tis­se­ment et d’amor­tis­se­ment était précis et réaliste, la struc­ture visait l’au­to­fi­nan­ce­ment en se basant sur des études de fréquen­ta­tion et de recette très sérieuses faites par des orga­nismes spécia­li­sés indé­pen­dants. La part de finan­ce­ment de toutes les collec­ti­vité terri­to­riales (dont la Mairie) se montait, en tout et pour tout, à 1 millions d’eu­ros.

Jamais au grand jamais la muni­ci­pa­lité n’a accepté de discu­ter de ce plan de finan­ce­ment, fusse pour le récu­ser.

Quand on donne ces infor­ma­tions, les éluEs rétorquent : « 1 million, c’était trop cher ». Mais comment accep­ter cet argu­ment ? Que dire de 180.000 euros de loca­tion annuelle payée par la seule Mairie, et par elle seule, au CGR pour les trois salles du TAP-Castille. Faites le calcul : en moins de 6 ans, on dépasse déjà le million.

On voit bien que cet argu­ment finan­cier n’ex­plique pas l’aban­don du lieu Le Théâtre.

 

Pourquoi les trois salles Arts et essai sont au CGR ?

 

L’autre possi­bi­lité pour avoir au moins trois salles Arts et essais aurait été que la Mairie récu­père tout le CGR Castille.

Le CGR n’était pas inté­ressé à garder des salles défi­ci­taires en centre ville, son but était de déve­lop­per ses complexes au sud (Fontaine le Comte) et au nord (Buxe­rolles) et d’em­pê­cher que s’im­plante la concur­rence, quitte à offrir plus de fauteuils et d’écrans que ne lui en prédisent ses études de marché.

La Mairie se trou­vait à cette époque en posi­tion de force pour négo­cier car elle avait en main la possi­bi­lité de favo­ri­ser ou pas l’ou­ver­ture du CGR au sud et l’ex­ten­sion de celui du nord.

Mais non.

Le Maire a déclaré publique­ment qu’il n’y connais­sait rien au cinéma mais qu’il voulait un cinéma popu­laire (enten­dait « commer­cial ») en centre ville. Or il faut savoir que les salles Arts et essais ont droit à un pour­cen­tage consé­quent de cinéma « géné­ra­liste » (pas Arts et essais ) dans leur salle.

L’ar­gu­ment du cinéma popu­laire ou commer­cial ne tient donc pas non plus.

D’ailleurs le CGR Castille, celui du centre ville, passe beau­coup de film Arts et essais, très peu de block­bus­ter, nombre de films sont propo­sés aussi en VO avec sous-titrage, le cinéma a adopté les habi­tus des salles Arts et essais de ne pas rallu­mer les lumières avant la fin du géné­rique, etc.

 

Qu’en est-il du cinéma Le Dietrich ?

 

Tout cela n’em­pêche pas les éluEs de la majo­rité muni­ci­pale de nous donner des leçons d’éco­no­mie du cinéma, que tout ça c’est trop compliqué pour qu’on comprenne.

On en rit (jaune).

Le cinéma Le Dietrich a remarqué, comme tout le monde, cette nouvelle program­ma­tion du CGR Castille qui « pompe » les films Arts et essais porteurs, ceux qui font venir plus de public, ces films qui rapportent quelque argent dans les caisses et permet d’équi­li­brer les budgets.

Cela pose-t-il un problème ?

Mais non, répond la Mairie.

La Mairie préfère main­te­nir Le Dietrich la tête hors de l’eau, à coup de subven­tions (pour combien de temps ?), plutôt que de lui donner la possi­bi­lité de vivre de ses projec­tions. « Si tu veux aider un homme toute sa vie, ne lui donne pas un pois­son, apprendslui à pêcher. »

 

Qu’est-ce que tout cela révèle ?

 

D’abord que l’équipe muni­ci­pale régnante ne sait pas dialo­guer. Ils ne l’ont pas fait lors du débat sur le cinéma Arts et essais. Il ne le font pas sur le bâti­ment du Théâtre. Ni sur le reste d’ailleurs.

Le maire tout seul décide de tout, prend des déci­sions pour la ville comme on joue au mono­poly. Le maire est le géné­ral en chef de la troupe muni­ci­pale.

Les éluEs ensuite commandent des actions, en fonc­tion des contraintes lais­sées par le géné­ral en chef, sans jamais remettre en ques­tion ces marges de manoeuvre réduites : pour comman­der soi-même il faut déjà savoir obéir, non ?

Aux prochaines élec­tons muni­ci­pales, une des ques­tions qui sera posée sera « stop ou encore ? ».

Nous travaillons à construire le « stop » : une alter­na­tive de gauche est possible.

Pascal Canaud (Gauche Anti­ca­pi­ta­liste, membre du Front de gauche)

PAG : Pour une Alter­na­tive à Gauche, liste citoyenne soute­nue par le NPA, les Alter­na­tifs et la Gauche Anti­ca­pi­ta­liste. Son élue à la Mairie de Poitiers, Maryse Desbourdes. Site inter­net ICI

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.