Aller au contenu

APPEL NATIONAL POUR LA GRATUITÉ DES TRANSPORTS PUBLICS LOCAUX

IL Y A URGENCE CLIMATIQUE !

Les effets du chan­ge­ment clima­tique se font sentir de plus en plus concrè­te­ment, boule­ver­sant nos condi­tions de vie. Les scien­ti­fiques du GIEC affirment dans leur dernier rapport qu’il faut limi­ter le réchauf­fe­ment de la planète à 1,5°C. Hélas, après la COP21 les émis­sions de gaz à effet de serre conti­nuent de progres­ser en France et dans le monde nous plaçant sur une
trajec­toire de 3°C à la fin du siècle alors qu’il faudrait les divi­ser par deux dès 2030 pour conte­nir le réchauf­fe­ment clima­tique à 1,5°C. Alors, face à l’inac­tion du gouver­ne­ment, il faut de toute évidence ampli­fier les inter­ven­tions citoyennes qui se déve­loppent en France et en Europe.
Les trans­ports moto­ri­sés sont respon­sables de 30 % des émis­sions de CO2 et la voiture y entre pour moitié. L’éta­le­ment urbain, qui a repoussé les familles modestes en quête de loge­ment acces­sible en péri­phé­rie des villes, et la concen­tra­tion des emplois dans les agglo­mé­ra­tions sont respon­sables de cet usage des voitures indi­vi­duelles. Un déve­lop­pe­ment impor­tant des trans­ports en commun asso­cié à leur gratuité est une alter­na­tive crédible, effi­cace, indis­pen­sable, à la hauteur des enjeux et des besoins.


IL Y A URGENCE SANITAIRE !
Les parti­cules fines et d’autres polluants – comme le dioxyde d’azote – émis par les véhi­cules, la produc­tion indus­trielle et les systèmes de chauf­fage sont respon­sables de plus de 42 000 décès préma­tu­rés par an en France. La quasi-tota­lité des agglo­mé­ra­tions françaises dépasse large­ment les seuils de dange­ro­sité fixés par l’Or­ga­ni­sa­tion Mondiale de la Santé. En aban­don­nant l’usage de la voiture au profit des trans­ports en commun, on améliore la qualité de la vie par une baisse de la pollu­tion de l’air, des acci­dents de la route et des embou­teillages. Les trans­ports en commun sont donc béné­fiques pour toutes et tous, celles et ceux qui les prennent comme celles et ceux qui ne les prennent pas. Cela aussi justi­fie leur déve­lop­pe­ment et leur accès gratuit.


IL Y A URGENCE SOCIALE !
Le coût des trans­ports pèse forte­ment sur le budget des ménages. Leur gratuité permet de chan­ger la vie concrè­te­ment en donnant la possi­bi­lité à toutes et tous de se dépla­cer. Cette mesure sociale permet de redis­tri­buer du revenu aux ménages, notam­ment à ceux des classes popu­laires, en ayant des consé­quences favo­rables pour l’éco­no­mie locale et les commerces de
proxi­mité.

LA GRATUITÉ C’EST POSSIBLE
La gratuité des trans­ports en commun est déjà instau­rée dans une tren­taine d’ag­glo­mé­ra­tions en France (par exemple, Aubagne, Dunkerque) et des dizaines d’autres dans le monde. D’autres lapré­voient ou lancent des études. En Esto­nie, après la capi­tale Tallinn, la gratuité s’étend à tout le
terri­toire. Au Luxem­bourg, tous les trans­ports en commun (bus, tram, train) seront gratuits enToutes les expé­riences montrent que la gratuité, asso­ciée à une augmen­ta­tion de l’offre, entraîne systé­ma­tique­ment une forte hausse de l’usage des trans­ports en commun.


LE VERSEMENT TRANSPORT : UNE SOURCE DE FINANCEMENT ESSENTIELLE
Les trajets domi­cile-travail ont une part très impor­tante dans les dépla­ce­ments quoti­diens. Par ailleurs, la concen­tra­tion crois­sante des acti­vi­tés dans les métro­poles actuelles, résul­tat des demandes des grands groupes indus­triels et finan­ciers, est source de conges­tion et d’éta­le­ment urbain. C’est donc à bon droit que la taxe « Verse­ment Tran­sport » (versée par les entre­prises de plus de 10 sala­riés) consti­tue aujourd’­hui une grande part du finan­ce­ment des trans­ports collec­tifs publics. Cette source de finan­ce­ment doit non seule­ment être préser­vée, mais aussi accrue pour finan­cer la gratuité et le déve­lop­pe­ment des trans­ports publics.


LA MOBILITÉ EST UN DROIT
Pour garan­tir à toutes et à tous l’ac­cès libre aux trans­ports en commun, il faut déve­lop­per des trans­ports publics acces­sibles et de qualité : denses, fréquents, rapides, gratuits, défi­nis par et
pour les habi­tant.e.s. Contre les menaces actuelles de libé­ra­li­sa­tion, nous voulons défendre un bon statut social des sala­riés des trans­ports en commun et la qualité du service rendu aux usagers. Contre la marchan­di­sa­tion de nos vies, par l’ex­ten­sion de la gratuité, à l’ins­tar de l’édu­ca­tion et de la santé, nous ferons ainsi gran­dir le sens de l’in­té­rêt géné­ral et du service public.
Nous, signa­taires de cet appel, nous enga­geons à promou­voir la gratuité des trans­ports en commun dans toutes les villes et à peser sur les exécu­tifs à tous les niveaux, du local au natio­nal, afin qu’elle devienne l’un des leviers effi­caces pour des avan­cées envi­ron­ne­men­tales, sani­taires et sociales répon­dant aux défis du moment.


LA GRATUITÉ DES TRANSPORTS PUBLICS LOCAUX EST UNE NÉCESSITÉ


À l’ini­tia­tive de :

collec­tif pour la gratuité des trans­ports publics dans l’ag­glo­mé­ra­tion greno­bloise, collec­tif agglo­mé­ra­tion rouen­naise pour les trans­ports gratuits, collec­tif nancéien pour une régie publique des trans­ports
urbains et pour leur accès gratuit, collec­tif trans­port gratuit en Pays d’Au­bagne et de l’Étoile, asso­cia­tion « se dépla­cer en liberté » (ASDEL Aubagne), collec­tif porté par ATTAC Lille-Métro­pole, collec­tif lyon­nais pour la gratuité des trans­ports en commun.


Contacts : contact@­gra­tuite-trans­ports.listes.vox.coop
trans­ports­gra­tuits­crea@g­mail.com

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.