Aller au contenu

ARDAN* : inter­view d’une anima­trice de l’as­so­cia­tion

Nous avons rencon­tré Françoise Duques­noy qui bien voulu nous présen­ter l’as­so­cia­tion ARDAN

Reve86 : Peux-tu rappe­ler les raisons de la créa­tion d’ARDAN en 2000 ?  
F.D. : Dès 1983, l’ANDRA sélec­tionne 28 sites géolo­giques favo­rables à des études pour l’ins­tal­la­tion d’un centre de stockage souter­rain en 1987.
Quatre sites sont rete­nus dont Neuvy-Bouin dans les Deux-Sèvres. Après de fortes mobi­li­sa­tions citoyennes, les projets seront aban­don­nés. dans le sud Vienne, l’ANDRA avait commencé à pros­pec­ter à Chatain, puis à la Chapelle Bâton avant d’aban­don­ner en 2000. La mission granite doit étudier 15 sites dont celui de Saint-Barbant (87)- Port-de-Salles (86 Le Vigeant). Le seul site réclamé par un Conseil géné­ral. C’est dans ce contexte que se créent quatre asso­cia­tions réunies dans une coor­di­na­tion.
Les projets sur ces 15 sites sont tous aban­don­nés avant l’été, à l’ap­proche des élec­tions légis­la­tives à l’au­tomne 2000.  L’as­so­cia­tion ARDAN a conti­nué à soute­nir les oppo­sants à site de Bure et durant l’été 2000 a accueilli le mouve­ment  “ de Lascaux à Bure” et certains d’entre nous séjourné à Bure en 2000 et les années suivantes.       

Reve86 : Comment expliques-tu aujourdh’ui l’ef­fa­ce­ment du combat anti-nucléaire voire méme l’ab­sence de débat sur des alter­na­tives ?  
F.D. : Selon un article paru dans le Monde du 18/07/20 «  la lutte anti nucléaire ne fait plus recette » dont je n’ai pu prendre connais­sance tous les projets d’ins­tal­la­tions nucléaires, autant civils que mili­taires, ont été élabo­rés hors débat démo­cra­tique. La désin­for­ma­tion a été conti­nue, exemple : « les déchets nucléaires tiennent dans une piscine olym­pique”, “le nucléaire n’émet pas de CO2”, « permet de lutter contre le réchauf­fem­ment clima­tique« … Récem­ment, avec la pandé­mie covid, quand les médias trai­taient des condi­tions de travail des sala­riés “en première ligne” et sans masque, les travailleurs du nucléaire n’étaient pas mention­nés. J’ai demandé à un quoti­dien et à un hebdo d’en parler. en vain.
Du côté de la popu­la­tion, les habi­tants sont conscients des dangers. Peut-être que les consé­quences d’un acci­dent sont si terribles, qu’on préfère ne pas y penser.  

Reve86 : Durant ces 20 années d’exis­tence, les terrains d’in­ter­ven­tion ont été variés, aujourdh’ui, ARDAN est à l’ori­gine dans le Sud Vienne d’une impor­tante prise de conscience autour, en gros, de la présence de pesti­cides ds l’eau de consom­ma­tion courante. Peux-tu reve­nir sur vos initia­tives ?  
F.D. : Après l’aban­don du projet local d’en­fouis­se­ment, ARDAN adhé­rente de la Coor­di­na­tion natio­nale contre l’en­fouis­se­ment a choisi de pour­suivre son exis­tence en soutien au mouve­ment contre Bure et s’est impliquée sur diffé­rents causes et depuis deux ans. Aler­tée par l’UFC Que Choi­sir des problèmes de la qualité de l’eau distri­buée : présence à divers évène­ments locaux, orga­ni­sa­tion d’une réunion publique… nous relayons le mouve­ment “nous­vou­lons­des­coque­li­cots” pour l’in­ter­dic­tion de tous les pesti­cides de synthèse en orga­ni­sant un rassem­ble­ment le premier vendredi du mois dans des communes diffé­rentes, ce qui permet d’évoquer le sujet avec les élus et d’in­for­mer les habi­tants.  

Reve86 Les adhé­rents d’ARDAN sont divers, comme dans toutes les asso­cia­tions divers, certains enga­gés poli­tique­ment. Peux-tu évoquer rapports écolo­gie/poli­tique ?  
F.D. :L’en­ga­ge­ment citoyen pour des causes rele­vant du bien commun et de l’in­té­rêt géné­ral est bien un enga­ge­ment poli­tique.

* ARDAN : anagrame de ANDAR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.