Aller au contenu

Avenir en commun. Réunir les 500 parrai­nages de maires.

Paru sur melen­chon2022.fr:

« Il faut réunir le parrai­nage de 500 élu·es, prin­ci­pa­le­ment des maires, pour présen­ter l’Avenir en commun et la candi­da­ture de Jean-Luc Mélen­chon à l’élec­tion prési­den­tielle.

Au 15 décembre, nous en sommes à 320 enga­ge­ments de parrai­nage : c’est très insuf­fi­sant. Beau­coup de maires ne nous croient pas quand nous leur expliquons que Jean-Luc Mélen­chon a de réelles diffi­cul­tés à réunir ses parrai­nages. C’est pour­tant bien le cas et nous devons donc les aler­ter et agir en consé­quence pour garan­tir le plura­lisme poli­tique de l’élec­tion prési­den­tielle.

Nous devons nous donner les moyens d’at­teindre les 400 enga­ge­ments de parrai­nage d’ici le 1er janvier. La mobi­li­sa­tion du plus grand nombre de volon­taires est donc néces­saire pendant les vacances de fin d’an­née pour rencon­trer de nouveaux maires. Beau­coup de maires pour­ront en effet être plus faci­le­ment rencon­tré·es pendant cette periode, notam­ment les maires sala­rié·es qui vont prendre des jours de congès.

Nous devons agir sur trois fronts pendant les vacances de fin d’an­nées :

1) Rencon­trer beau­coup plus de maires pour solli­ci­ter auprès d’elles et d’eux un parrai­nage qui permette la candi­da­ture de Jean-Luc Mélen­chon. Il ne s’agit pas de deman­der un soutien poli­tique ! Allez voir aussi bien des maires de gauche que de droite ou sans étiquette ! Les maires ont la respon­sa­bi­lité de garan­tir le plura­lisme poli­tique de l’élec­tion prési­den­tielle en accor­dant leurs parrai­nages. Chacun·e doit faire la part qui lui revient dans l’au­to­ri­sa­tion des candi­da­tures. Les maires ont cette respon­sa­bi­lité vis-à-vis de la société. Est-il imagi­nable que le débat prési­den­tiel réunisse Zemmour, Le Pen, Pecresse et Macron sans la parole forte de Jean-Luc Mélen­chon pour porter d’autres exigences, sociales, démo­cra­tiques et écolo­giques ?

Atten­tion, il s’agit ici de rencon­trer person­nel­le­ment et physique­ment les maires et prio­ri­tai­re­ment dans les communes rurales. Appe­ler en mairie pour prendre rendez-vous ou envoyer des e-mails est souvent peine perdue. Il faut donc aller à la rencontre des maires pour une entre­vue répu­bli­caine aux horaires d’ou­ver­ture de la mairie ou alors en faisant en sorte de le trou­ver dans le village. C’est en géné­ral le plus effi­cace. Soyez rassu­ré·es, nous sommes reçus de façon très cour­toise !

2) Retour­ner voir tou·tes les maires « hési­tant·es » que vous avez déjà rencon­tré·es et celles et ceux avec qui vous aviez convenu de redis­cu­ter si Jean-Luc Mélen­chon avait des diffi­cul­tés à atteindre les 500 parrai­nages. Après avoir réuni 7 millions de voix en 2017 et avec le soutien de 270 000 citoyen·nes, la candi­da­ture de Jean-Luc Mélen­chon doit être auto­ri­sée par les maires. Ils doivent agir main­te­nant. Hidalgo, Jadot et même Natha­lie Arthaud ont déjà leurs 500 parrai­nages. C’est aussi le cas de Fabien Rous­sel, même si nous conti­nuons à tendre la main à nos ami·es commu­nistes pour une candi­da­ture commune. Il est donc inutile que ces candi­dat·es aient des signa­tures de maires supplé­men­taires alors qu’elles sont néces­saires pour Jean-Luc Mélen­chon.

3) Se donner les moyens de convaincre tou·tes les maires « proches » de nos idées ou sensibles à nos argu­ments démo­cra­tiques qui n’ont pas encore signé une promesse de parrai­nage pour Jean-Luc Mélen­chon. Si vous en connais­sez et que vous ne parve­nez pas à les convaincre, il est très impor­tant de le faire savoir à Guil­hem Serieys (parrai­na­ge@­me­len­chon.fr ou 06 30 32 57 17). Nous verrons au cas par cas comment essayer de les convaincre, par exemple par l’im­pli­ca­tion d’un·e dépu­té·e ou d’un·e membre du Parle­ment de l’Union Popu­laire.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.