Aller au contenu

Le roman de la Ligue

D’abord Ligue commu­niste, puis Ligue commu­niste révo­lu­tion­naire (LCR).

D’avril 1969 à février 2009, la ligue c’est quarante ans d’une histoire qui compta ses heures de gloire et ses moments sombres, ses instants de doute, ses jours de crise et de grandes flam­bées d’en­thou­siasme et de soli­da­rité mili­tante.
C’est un fil rouge qui relie l’his­toire de la 4e Inter­na­tio­nale aux porteurs de valises de la guerre d’Al­gé­rie, des barri­cades de Mai 68 au mouve­ment alter­mon­dia­liste et à la candi­da­ture d’Oli­vier Besan­ce­not.

La ligue, ce sont surtout ses mili­tantes et ses mili­tants qui, de géné­ra­tion en géné­ra­tion, ont su préser­ver vivante la tradi­tion de la lutte directe tout autant que celle de la réflexion théo­rique ouverte.

Dix ans après son auto­dis­so­lu­tion pour créer le NPA, il était temps d’écrire cette histoire.

Non une « histoire offi­cielle », mais une tenta­tive de retra­cer une période si riche en grandes mobi­li­sa­tions popu­laires où la Ligue fut tout à la fois une petite orga­ni­sa­tion poli­tique essayant de peser sur la situa­tion, un réseau incroyable de mili­tant·es du mouve­ment social, un courant poli­tique qui pensait simul­ta­né­ment sa construc­tion et son dépas­se­ment.

François Cous­tal et Hélène Adam livrent un témoi­gnage qui se fixe comme ambi­tion de servir de « passeur » pour les jeunes géné­ra­tions, celles qui pour­ront reprendre à leur compte les mots fameux de Daniel Bensaid : « Bien sûr, nous avons eu davan­tage de soirées défaites que de matins triom­phants… Et, à force de patience, nous avons gagné le droit précieux de recom­men­cer.  »

Cet ouvrage de 640 pages co-edité par Syllepse et Arcane 17 est proposé en sous­crip­tion au prix de 20 euros, contre 25 euros lors de sa sortie en librai­rie. Il est possible de sous­crire en ligne ici ou ici ou en télé­char­geant le bon de sous­crip­tion et en le renvoyant (accom­pa­gné d’un chèque) à l’un des deux éditeurs.

C’était la Ligue

Présen­ta­tion de l’ou­vrage par le auteurs, publiée sur le site de Ensemble

  • Fin des années 50 : en pleine guerre d’Al­gé­rie, un petit groupe de mili­tants – dont un jeune commu­niste en rupture, Alain Krivine – fonde le mouve­ment Jeune Résis­tance qui s’adresse aux appe­lés afin qu’ils refusent la « sale guerre » et choi­sissent l’in­sou­mis­sion ou la déser­tion.
  • Début 1965 : le secteur Lettres de l’Union des Étudiants Commu­nistes (UEC) publie sous forme de brochure « Le socia­lisme et l’homme », un court texte d’Er­nesto Che Guevara sur l’es­pé­rance révo­lu­tion­naire.
  • Avril 1966 : la Jeunesse Commu­niste Révo­lu­tion­naire (JCR) tient sa confé­rence consti­tu­tive. La plupart des parti­ci­pants viennent d’être exclus de l’UEC pour avoir combattu le soutien apporté par le PCF à François Mitter­rand, lors de la première élec­tion prési­den­tielle au suffrage univer­sel.
  • Septembre 1968 : le n°1 de Rouge, « jour­nal d’ac­tion commu­niste », paraît sous forme « quin­zo­ma­daire ». Ce nouveau jour­nal mili­tant devien­dra rapi­de­ment hebdo­ma­daire, puis quoti­dien entre 1976 et 1979, et à nouveau hebdo­ma­daire jusqu’en 2009.
  • Juin 1972 : quelques jours après la signa­ture du Programme commun de gouver­ne­ment entre le Parti socia­liste et le Parti commu­niste, la Ligue commu­niste publie « Quand ils seront ministres », une brochure dénonçant les illu­sions dont est porteuse l’Union de la Gauche.
  • Juin 1973 : la Ligue Commu­niste est dissoute par le gouver­ne­ment, à la suite d’une mani­fes­ta­tion violente contre la tenue d’un meeting fasciste orga­nisé par Ordre Nouveau et protégé par la police.
  • Octobre 1977 : paru­tion du n° 1 des Cahiers du Fémi­nisme, à l’ini­tia­tive de la Ligue Commu­niste Révo­lu­tion­naire. Pendant plus de vingt ans, jusqu’en 1998, la revue déve­loppe une démarche fémi­niste insé­rée dans le combat anti­ca­pi­ta­liste, une orien­ta­tion origi­nale aussi bien dans le mouve­ment fémi­niste qu’au sein de la gauche révo­lu­tion­naire.
  • Juillet 1989 : à l’oc­ca­sion du bicen­te­naire de la Révo­lu­tion française, la LCR impulse la campagne « ça suffat comme ci ! ». Une grande mani­fes­ta­tion contre la Dette qui marty­rise les pays du Sud s’achève par un grand concert, place de la Bastille, avec Renaud et Johnny Clegg.
  • Mars 1996 : la LCR copro­duit « Moti­vés » avec l’as­so­cia­tion toulou­saine Tacti­kol­lec­tif. Sur le CD, plusieurs des chan­teurs du groupe Zebda reprennent chan­sons révo­lu­tion­naires et chants emblé­ma­tiques du mouve­ment ouvrier.
  • Juin 1999 : lors des élec­tions euro­péennes, la liste commune présen­tée par Lutte Ouvrière et la LCR obtient 5 élu-e-s. Alain Krivine et Rose­line Vachetta entrent au Parle­ment euro­péen. La LCR acquiert une visi­bi­lité nouvelle.
  • Avril 2002 : candi­dat présenté par la LCR à l‘élec­tion prési­den­tielle, un jeune facteur de 27 ans, Olivier Besan­ce­not, recueille 4,25 % des suffrages. Il sera de nouveau candi­dat en 2007.
  • Février 2009 : lors de son XVIII° congrès, après plusieurs décen­nies d’exis­tence, la LCR décide de s’auto-dissoudre et de se dépas­ser dans une nouvelle orga­ni­sa­tion, le Nouveau Parti Anti­ca­pi­ta­liste (NPA).

Voilà une douzaine d’évè­ne­ments et de dates qui, parmi beau­coup d’autres possibles (à commen­cer par les grandes mobi­li­sa­tions sociales), évoquent toutes une aven­ture mili­tante qui court sur plus d’un demi-siècle. Cette aven­ture est celle de la Ligue : Ligue Commu­niste, puis Ligue Commu­niste Révo­lu­tion­naire.

Près de dix ans après l’au­to­dis­so­lu­tion de la LCR, nous avons pensé qu’il était temps de racon­ter cette histoire. Anciens respon­sables, membres de l’exé­cu­tif de la Ligue pendant plusieurs décen­nies, nous nous sommes forcé­ment posé la ques­tion : étions-nous les mieux à même de racon­ter une histoire dont nous avions nous-mêmes été actrice et acteur, de faire revivre des moments de batailles auxquelles nous avions parti­cipé, de resti­tuer des débats dont nous avions été partie-prenante ?

Sans prétendre à une impos­sible objec­ti­vité, nous avons tenté de rele­ver ce défi en puisant dans nos souve­nirs, encore vivaces … En feuille­tant nos archives, plutôt volu­mi­neuses ! En consul­tant les quelques ouvrages et, surtout, les nombreuses études univer­si­taires qui sont désor­mais consa­crées à la Ligue. En inter­vie­want nos cama­rades de lutte, lorsque nous avions un doute sur une date, une initia­tive, un nom.

En fait, la prin­ci­pale diffi­culté a été de rappe­ler le contexte : impos­sible de retra­cer comment la Ligue s’est posi­tion­née vis-à-vis d’un évène­ment sans rappe­ler, même briè­ve­ment, cet évène­ment ; impos­sible de resti­tuer telle ou telle déci­sion ou action de la Ligue sans en indiquer le cadre poli­tique de l’époque. D’une certaine manière, racon­ter l’his­toire de la Ligue conduit à évoquer sinon à racon­ter quarante années et plus de vie poli­tique …

Avons-nous réussi à écrire un récit capable d’in­té­res­ser les nouvelles géné­ra­tions mili­tantes, celles qui ont repris – ou repren­dront demain – le flam­beau de la lutte pour l’éman­ci­pa­tion et la trans­for­ma­tion révo­lu­tion­naire de la société et qui voudraient savoir ce que fut la Ligue ? Celles et ceux qui, plus âgés, ont parti­cipé à l’aven­ture, pendant quelques années ou quelques décen­nies, pour­ront-ils s’y recon­naître et s’y retrou­ver, au moins en partie ?

C’est main­te­nant aux lectrices et aux lecteurs de le dire !

Pour cela … il reste encore une étape à fran­chir.

Deux maisons d’édi­tions mili­tantes – Syllepse et Arcane 17 – ont décidé de s’as­so­cier pour publier « C’était la Ligue », notre ouvrage.

Comme c’est souvent le cas pour ce type d’es­sai, un proces­sus de sous­crip­tion et de vente anti­ci­pée au prix de 20 euros (au lieu de 25 euros, lors de la sortie en librai­rie) a été mis en place.

Il est donc possible de sous­crire en télé­char­geant le bon de sous­crip­tion et en le renvoyant (accom­pa­gné d’un chèque) à l’un des deux éditeurs. On peut égale­ment sous­crire en ligne en se connec­tant au site d’Arcane 17 ou de Syllepse.

Hélène Adam, François Cous­tal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.