Aller au contenu

Le scena­rio Nega­watt : 100% d’éner­gies renou­ve­lables en 2050 en France + 600 000 emplois

Le négaWatt désigne de manière globale l’éner­gie non consom­mée ou écono­mi­sée par des actions de sobriété ou d’ef­fi­ca­cité éner­gé­tique.

Créée en 2001, l’As­so­cia­tion négaWatt regroupe des experts et prati­ciens de l’éner­gie qui agissent, en toute indé­pen­dance, en faveur d’un nouveau modèle éner­gé­tique fondé sur trois éléments indis­so­ciables : sobriété, effi­ca­cité éner­gé­tique et éner­gies renou­ve­lables. En appliquant cette démarche à l’en­semble de nos besoins, l’As­so­cia­tion négaWatt a élaboré un scéna­rio pros­pec­tif à hori­zon 2050 basé quasi-exclu­si­ve­ment sur des sources d’éner­gie d’ori­gine renou­ve­lable, perfor­mance rendue possible grâce à une explo­ra­tion en détail du formi­dable poten­tiel d’éco­no­mie d’éner­gie qui nous entoure.

Une version actua­li­sée du scéna­rio à été présen­tée fin janvier. Cf le site de l’as­so­cia­tion pour consul­ter l’en­semble des infor­ma­tions et des préci­sions sur la démarche adop­tée. A noter aussi, la mise en ligne de graphiques dyna­miques parti­cu­liè­re­ment éclai­rants.

Les 12 points-clés du scéna­rio 2017–2050

par l’as­so­cia­tion négaWatt

  1. Un constat majeur : la courbe de la consom­ma­tion s’est inver­sée
    La consom­ma­tion d’éner­gie est orien­tée à la baisse depuis quelques années dans l’en­semble des pays de l’OCDE. Pour la France la courbe de consom­ma­tion rejoint de fait celle tracée par le scéna­rio négaWatt dès 2003. Cette baisse affecte égale­ment les émis­sions de gaz à effet de serre, non seule­ment celles mesu­rées sur le terri­toire natio­nal mais aussi celles conte­nues dans nos impor­ta­tions : le phéno­mène n’est pas lié à la crise de 2008–2009 ni à un mouve­ment de délo­ca­li­sa­tion, il est bien struc­tu­rel et non conjonc­tu­rel.
  2. La sobriété et l’ef­fi­ca­cité sont les clés de l’in­flexion de la demande
    Grâce aux actions de sobriété et d’ef­fi­ca­cité qui se traduisent par la suppres­sion des gaspillages, la consom­ma­tion d’éner­gie finale en 2050, au terme du scéna­rio négaWatt 2017, est réduite de moitié et l’éner­gie primaire de 63 %, tout en main­te­nant un haut niveau de services. Ce résul­tat est obtenu grâce à la maîtrise du dimen­sion­ne­ment, du nombre et de l’usage de nos appa­reils et équi­pe­ments, au déve­lop­pe­ment d’une mobi­lité “servi­cielle”, à un programme ambi­tieux de réno­va­tion éner­gé­tique des bâti­ments et à une occu­pa­tion plus raison­née de l’es­pace.
  3. Une confir­ma­tion : le “100 % renou­ve­lables” est possible dès 2050
    Il est possible de couvrir la tota­lité des besoins éner­gé­tiques de la France par des sources renou­ve­lables à l’ho­ri­zon 2050. La biomasse solide reste la première source de produc­tion d’éner­gie renou­ve­lable, suivie de très près par l’éo­lien puis le photo­vol­taïque, lui-même suivi de très près par le biogaz. Les éner­gies fossiles impor­tées ne servent plus qu’à des usages non éner­gé­tiques. Le fonc­tion­ne­ment des 58 réac­teurs nucléaires actuels n’étant pas prolongé au-delà de la quatrième visite décen­nale (envi­ron 40 ans), le dernier d’entre eux est arrêté en 2035. Basée sur l’ex­ploi­ta­tion partout sur son terri­toire de ses ressources diver­si­fiées, la France assure plei­ne­ment sa sécu­rité éner­gé­tique.
  4. Zéro émis­sions nettes en 2050 : la France devient neutre en carbone
    Le couplage des scéna­rios négaWatt et After­res2050 montre que les émis­sions nettes de gaz à effet de serre, toutes sources confon­dues, deviennent nulles en 2050 : les « puits de carbone » agri­coles et fores­tiers compensent alors les émis­sions rési­duelles, prin­ci­pa­le­ment dues à l’agri­cul­ture. Par la suite, la quan­tité de carbone stockée finit par plafon­ner, et la fonc­tion puits de carbone se réduit progres­si­ve­ment sur la période 2050–2100.
  5. Gaz et élec­tri­cité, une complé­men­ta­rité incon­tour­nable
    Les vecteurs gaz et élec­tri­cité voient leur part augmen­ter de manière conco­mi­tante, au détri­ment notam­ment des carbu­rants liquides, pour repré­sen­ter en 2050 plus de 70 % de la consom­ma­tion d’éner­gie finale. Capables de couvrir une très grande part de nos usages, ces deux vecteurs sont d’évi­dence complé­men­taires et non concur­rents. La valo­ri­sa­tion et le stockage possible des excé­dents d’élec­tri­cité renou­ve­lable sous forme de méthane de synthèse (power-to-gas) est l’une des clés de voûte du système éner­gé­tique de 2050.
  6. L’agri­cul­ture et la forêt jouent un rôle majeur
    Couplé au scéna­rio négaWatt, le scéna­rio After­res2050 montre égale­ment que l’agri­cul­ture et la forêt jouent un rôle majeur sur le climat, à la croi­sée des enjeux clima­tiques et éner­gé­tiques, par la four­ni­ture de ressources renou­ve­lables, le stockage de carbone et la réduc­tion des gaz à effet de serre. Le trip­tyque négaWatt appliqué au système alimen­taire démontre ici aussi toute sa perti­nence : sobriété dans la consom­ma­tion, effi­ca­cité des modes de produc­tion, utili­sa­tion et produc­tion de ressources renou­ve­lables.
  7. L’éco­no­mie circu­laire, moteur du renou­veau indus­triel
    Pour répondre à l’évo­lu­tion des besoins, l’in­dus­trie doit réorien­ter ses produc­tions vers des biens et équi­pe­ments plus durables, loin de la surcon­som­ma­tion actuelle, et veiller au contenu de ses produits en éner­gie grise et en maté­riaux. En déve­lop­pant les filières de répa­ra­tion, de recy­clage et de récu­pé­ra­tion, il est possible de divi­ser par deux les quan­ti­tés de matières minières consom­mées, y compris en prenant en compte le déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables qui offrent par ailleurs de nouvelles oppor­tu­ni­tés pour l’in­dus­trie.
  8. Des béné­fices multiples pour la santé et l’en­vi­ron­ne­ment
    Le scéna­rio négaWatt améliore très signi­fi­ca­ti­ve­ment la qualité de l’air, de l’eau et des sols ainsi que la biodi­ver­sité avec des consé­quences posi­tives majeures sur la santé publique. Il rend notre air bien plus sain par la quasi-suppres­sion des parti­cules émises par les combus­tibles et carbu­rants (rempla­cés par du méthane), par l’uti­li­sa­tion d’équi­pe­ments de combus­tion perfor­mants pour la biomasse et par une forte dimi­nu­tion des émis­sions d’am­mo­niac agri­cole.
  9. La tran­si­tion éner­gé­tique, un bien­fait pour l’éco­no­mie et l’em­ploi
    Le scéna­rio négaWatt s’avère globa­le­ment moins coûteux que le scéna­rio tendan­ciel, même en consi­dé­rant un prix des éner­gies impor­tées stable. Il est aussi nette­ment plus riche en emplois : la tran­si­tion éner­gé­tique crée pas moins de 400 000 emplois nets d’ici 2030, confir­mant les analyses anté­rieures. La société française devient ainsi plus rési­liente face à d’éven­tuels chocs exté­rieurs tels que, par exemple, une crise géopo­li­tique entraî­nant une rupture d’ap­pro­vi­sion­ne­ment ou une hausse soudaine du prix du baril.
  10. Une France plus soli­daire et plus respon­sable.
    La mise en œuvre de la sobriété, de l’ef­fi­ca­cité et du déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables apporte à tous les terri­toires, ruraux comme urbains, de l’ac­ti­vité et des richesses qui permettent de construire à terme un paysage éner­gé­tique réparti plus équi­ta­ble­ment : elle permet notam­ment de réduire très forte­ment le nombre de personnes en situa­tion de préca­rité éner­gé­tique. À l’in­ter­na­tio­nal, la France envoie un triple message : de respon­sa­bi­lité en prenant toute sa part de l’ef­fort clima­tique, d’exem­pla­rité en contri­buant à l’émer­gence d’un nouveau modèle de déve­lop­pe­ment et enfin de soli­da­rité vis-à-vis des pays où la crois­sance de la consom­ma­tion d’éner­gie reste une néces­sité.
  11. Il n’y a plus de temps à perdre
    Il ne faut ni attendre de grand soir éner­gé­tique, ni se conten­ter de gadgets : la prio­rité pour les 5 ans à venir est à la mise en œuvre des lois et mesures déci­dées durant les deux quinquen­nats précé­dents, mais dont le rythme d’ap­pli­ca­tion est très insuf­fi­sant. Une réelle volonté d’agir doit se mani­fes­ter clai­re­ment et à toutes les échelles, entre conti­nuité des enga­ge­ments et nouveaux trains de mesures. Le combat pour le climat n’est pas perdu, mais chaque année d’ater­moie­ments obère notre avenir éner­gé­tique et clima­tique.
  12. Le scéna­rio négaWatt, une bous­sole et un tempo pour agir
    Partout dans les terri­toires, des acteurs de toutes natures, citoyens, entre­pre­neurs, élus se sont déjà enga­gés concrè­te­ment pour construire un nouveau paysage éner­gé­tique.
    À ceux-là et à tous les autres qui, toujours plus nombreux, leur emboîtent le pas, le scéna­rio négaWatt offre une trajec­toire et un rythme pour guider l’ac­tion : à tous, nous disons de s’en saisir pour réus­sir la tran­si­tion éner­gé­tique, notre immense et vital chan­tier pour la première moitié de ce siècle.

télé­char­gez la synthèse du scena­rio Nega­watt 2017–2050

Cliquer pour accé­der à synthese_scena­rio-nega­watt_2017–2050.pdf

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.