Aller au contenu

Les Gilets jaunes de Commercy

Issu d’un jour­nal alter­na­tif de l’Est:

https://manif-est.info/Ce-soir-la-un-air-de-revo­lu­tion-flot­tait-a-Commercy-878.html

Ce soir-là un air de révo­lu­tion flot­tait à Commer­cy…


Commercy | Publié le 15 décembre 2018 | |
Ce vendredi 7 décembre au soir, alors que toute la France se deman­dait ce que réser­ve­rait un acte IV de mobi­li­sa­tion des Gilets Jaunes, présenté comme un seuil critique de menace des insti­tu­tions étatiques, à Commercy flot­tait un air de révo­lu­tion. Venues de plusieurs points de mobi­li­sa­tion en Meuse et même de Meurthe-et-Moselle, près de 150 personnes ont répondu à l’in­vi­ta­tion à une « Assem­blée extra­or­di­naire des Gilets Jaunes de Commercy ».

À l’ori­gine la salle, réser­vée par l’as­so­cia­tion Là Qu’on Vive, pour présen­ter et débattre d’une initia­tive de muni­ci­pa­lisme liber­taire à Commercy, s’est fina­le­ment trans­for­mée, par la force des choses et la coïn­ci­dence heureuse des envies, en une assem­blée extra­or­di­naire des Gilets Jaunes.

Une occa­sion pour sortir de la tempo­ra­lité au jour le jour du mouve­ment social, faire une rétros­pec­tive des actions locales et de l’évo­lu­tion natio­nale de la mouve­ment au cours des trois semaines passées. Un moment surtout pour ouvrir la parole à tous et toutes sur la percep­tion du mouve­ment et de ses enjeux et pour se proje­ter sur des lende­mains, au-delà de ce qui pour­rait se passer dans les jours et semaines à venir.

Le commun qui s’est créé autour des ronds-points, sur les barrages routiers, au gré des actions et assem­blées, des discus­sions riches et nombreuses qui ont émaillé les dernières semaines, aspire ici et là, un peu partout en France, à s’an­crer dans la durée, s’ag­glo­mé­rer et s’or­ga­ni­ser sans se struc­tu­rer forcé­ment, ouvrir dans tous les cas sur un nouvel avenir de société.

Si pour beau­coup la taxe sur les carbu­rants a été l’étin­celle, les causes de frus­tra­tions sont innom­brables, surtout dans des villes et régions à forte popu­la­tion ouvrière, fort taux de chômage, de pauvreté et avec un impor­tant senti­ment d’aban­don et de mépris insti­tu­tion­nel.

« Pas de chefs, pas de partis, pas de syndi­cats, pas de récu­pé­ra­tion poli­tique, le pouvoir par et pour le peuple ! » est un mot d’ordre qui par-delà toutes les diffé­rences entre les indi­vi­dus, a fait l’una­ni­mité d’un mouve­ment de colère et de révolte parti d’une popu­la­tion défiante envers les beaux-parleurs et poli­ti­ciens en tous genres.

« On est pas bêtes, on comprend qu’on nous enfume » est une phrase récur­rente des assem­blées qui réunissent chaque soir, qu’il vente, pleuve ou grêle, celles et ceux qui aspirent à réin­ven­ter une démo­cra­tie directe sans forcé­ment en avoir forma­lisé les moyens et les outils. Juste une intui­tion profonde d’une confis­ca­tion du pouvoir de déci­sion par la repré­sen­ta­ti­vité élec­to­rale, qui depuis long­temps à creusé le fossé entre une classe poli­tique élitiste et mépri­sante des réali­tés sociales, et une popu­la­tion qui doute, qui vote de moins en moins et qui cherche sa vérité sur les réseaux sociaux, les vidéos de youtube et a appris à se défier des infor­ma­tions média­tiques et des discours poli­tiques.

Une popu­la­tion aussi qui prend chaque jour davan­tage conscience que la consom­ma­tion ne fait pas le bonheur, quand bien même le pouvoir d’achat augmen­te­rait. Stress, préca­rité et dété­rio­ra­tion des condi­tions de travail minent la vie fami­liale, appau­vrissent et souvent réduisent à néant la vie sociale. Si les classes moyennes surnagent, le peuple qui se lève à 5h, qui trime à la chaîne ou dans les petits boulots à la semaine, qui partage sa vie entre la file du pôle emploi et celle de la CAF, entre le turbin et la galère d’as­su­mer une vie de famille à côté, ce peuple-là est éreinté et aspire à du chan­ge­ment, aspire simple­ment au bien-être mais surtout à la possi­bi­lité du bonheur.

Ce vendredi soir à Commercy, ce sont ces voix-là, ces aspi­ra­tions qui se sont expri­mées jusqu’à tard dans la soirée. Entre passion, rires et espoir, les prises de paroles ont égrené les envies de récrire une consti­tu­tion, ébau­cher un réfé­ren­dum citoyen, pour­suivre les blocages, mettre en place des cahiers de doléance, construire des assem­blées déci­sion­nelles aux ordres desquels seraient les élus.

Lorsqu’on entrait dans la salle avant l’as­sem­blée, on y trou­vait des hommes et femmes affu­blés de gilets, discu­tant dans une humeur joyeuse, jouant aux cartes, prépa­rant un diapo­rama pour la rétros­pec­tive des actions récentes, servant café et gâteaux appor­tés par les unes ou les autres, ou encore d’autres instal­lant des instru­ments pour finir la soirée en musique. Un joyeux bras­sage de personnes entre lesquelles le fil des semaines entre actions, perma­nences, assem­blées et soli­da­rité, a tissé des amitiés.

On s’en­gueule, on rigole, on a la larme à l’oeil, mais on s’écoute avec atten­tion, et plus de 3 heures d’as­sem­blée plus tard une centaine de personnes est toujours là, alerte, prête à débattre jusqu’au coeur de la nuit. Un espace de rencontre, de discus­sion, d’ex­pres­sion inédit qui jusqu’a­lors exis­tait autour d’une cabane de palettes construite sur la place centrale et devenu le point de rallie­ment, le lieu des soupes soli­daires du samedi et le point d’in­for­ma­tion qui fait la fierté des Gilets Jaunes de Commercy, un espace qui prend soudain une dimen­sion plus large, celle de l’as­sem­blée du peuple. Mala­droite mais sincère, cette dernière a relevé le défi de la propo­si­tion faite à travers une vidéo très large­ment relayée et plébis­ci­tée : construire un commun entre des personnes d’ho­ri­zons très diffé­rents et perdu­rer en se donnant un nouveau rendez-vous, dans une quasi-unani­mité, deux semaines plus tard au même endroit. Et d’ici là on conti­nue à se mobi­li­ser au quoti­dien à la cabane, sur les péages et partout où ce sera néces­saire pour faire plier le gouver­ne­ment et Macron à sa tête.

La soirée s’est finie avec un soutien aux lycéens inter­pel­lés, des dizaines de genoux à terre, mains derrière la tête puis le poing levé. Et une reprise en choeur d’un chant des parti­sans rema­nié, devenu une sorte d’hymne des Gilets Jaunes de Commercy. Un moment de soli­da­rité beau et vibrant à tous égards.

_____________________________________________________________________________________________________________

Le Chant des parti­sans version Gilets Jaunes

Et enfin, quelques bribes de ce qu’on a pu entendre ce soir-là à Commercy :

« Le gouver­ne­ment les connaît les doléances !
Les Gilets Jaunes sont en COLÈRE. La commu­ni­ca­tion entre le peuple et le gouver­ne­ment ne se fait pas. Le gouver­ne­ment est sourd ! Le seul moyen de commu­ni­ca­tion qu’on a c’est la coer­ci­tion ! Il faut les forcer, eux ne connaissent que le bâton. »

« Le gouver­ne­ment n’a aucun négo­cia­teur, il est obligé de céder ! On fait un mélange entre la casse et l’éner­ve­ment ! Ils disent « calmez vous calmez vous calmez vous » On fait croire que ça va être la guerre à Paris et qu’il faut rester calme, c’est une façon de détour­ner l’at­ten­tion de la colère que les gens ressentent. Il faut conti­nuer à porter des reven­di­ca­tions pour dire « on exige main­te­nant que ça avance, on ne veut plus vivre comme on vit aujourd’­hui ». Quand on va à la CAF quand on appelle un opéra­teur télé­pho­nique on se fait prendre pour des cons, on a jamais un inter­lo­cu­teur fixe, on se fout de notre gueule partout ! Ça me fait du bien je vois pas tous ces gens tous les jours ! qu’on n’at­tende pas de tout deman­der aux poli­ti­ciens ils feront toujours les choses à moitié ! À chaque fois on se fait entu­ber, à chaque fois c’est « on se fait une réforme super dure et face à la contes­ta­tion on applique que la moitié mais on le fait quand même ! ». Faut que ça s’ar­rête, faut qu’on conti­nue !  »

« Ce qu’on a obtenu c’est bien, ça avance, ils ont peur. On ne peut plus être gouverné par ce gouver­ne­ment qui a été élu. On nous a mis dans des petites cases depuis des années, là enfin des gens sont sortis et se sont rencon­trés, enfin ! Il faut que ça se termine en évitant des bains de sang. De quel droit on fait ça à nos jeunes ?  »

«  Et faut rester paci­fiste après ? Faut tout casser !  »

« Moi si je reste à commercy c’est parce que je n’ai pas peur, parce qu’il y a une cohé­sion. »

« Tu disais que tes grands parents ils se sont battus mais qu’ont-ils obtenu ? »

« Il ne faut pas attendre quoi que ce soit de ce gouver­ne­ment ni d’un autre ! Avec ce mouve­ment il faut essayer de chan­ger la Cons­ti­tu­tion ! Recons­truire ensemble des règles voulues par l’en­semble de la popu­la­tion qui garan­tissent que les volon­tés du peuple aillent jusqu’en haut. Faire des ateliers consti­tuant. »

« Moi ce qui m’’im­porte c’est le partage des richesses. Même si on bais­sait les taxes et rendait l’ISF ça serait comme avant ! Moi ce que je veux c’est faire plier la bour­geoi­sie, c’est pas Macron qui dirige c’est le MEDEF et la finance derrière ! »

« Moi jsuis pas paci­fiste je suis révo­lu­tion­naire ! Moi je suis pour que ça brûle ! L’autre solu­tion c’est bloquer Paris, faut bloquer Paris ! Tu t’es battu en mai 68. Y’en a marre du paci­fisme ! j’ai 3 enfants je veux pas qu’ils vivent dans ce monde. »

« La France a perdu sa souve­rai­neté en France ! Le problème c’est l’Eu­rope ! »

« Je suis touchée par ce regain de dignité ! Il y a une couleur qui manque dans ce mouve­ment c’est le vert ! Oui il faut faire une aboli­tion des privi­lèges, il faut les lister ! Redis­tri­buer les richesses oui, mais si c’est pour polluer plus long­temps. »

« Si on est là ensemble c’est pour le droit à une vie digne pour obte­nir satis­fac­tion sur les reven­di­ca­tions ! On peut réflé­chir à un chan­ge­ment de système mais ce qui compte c’est gagner main­te­nant. C’est MAINTENANT qu’on veut une vie digne et POUR TOUT LE MONDE !! »

« L’éco­lo­gie de Macron c’est une écolo­gie puni­tive injuste inef­fi­cace qui s’en prend aux plus faibles ! »

« Je voudrais qu’il y ait de la place pour les femmes et les reven­di­ca­tions des femmes ! »

« Moi ce que je ne veux pas c’est la violence c’est inac­cep­table ! Je suis soli­daire du mouve­ment, mais alors la violence je peux pas »

« Paci­fiques ça veut pas dire bisou­nours ! Je vais pas aller provoquer à Paris. »

« Je pense que le boycott est l’arme citoyenne par excel­lence. »

« La démo­cra­tie c’est une bonne chose au niveau local mais moi je m’es­time incom­pé­tent au niveau d’un Etat pour prendre des déci­sions tech­niques sur les diffé­rents secteurs etc. En toute humli­lité je pense que le peuple n’est pas capable de prendre toutes les bonnes déci­sions. Si on avait des gens honnêtes comme ministres, des bons tech­ni­ciens qui prennent des bonnes déci­sions, le peuple n’a pas à toujours se pronon­cer ! »

« Moi je crois que y’a pas mal de compé­tences un peu partout dans le peuple et je leur confie­rais beau­coup plus de choses qu’aux énarques qui nous pour­rissent la vie ! À l’époque c’était germi­nal y’avait un grand mouve­ment ouvrier les mineurs, etc ! La maré­chaus­sée les a fusillés. Au début du mouve­ment de l’édu­ca­tion popu­laire, les ouvriers ont dit « on nous fait passer pour des cons tout le temps, ces gens là décident tout pour nous ! ». Ils ont acheté ou exigé des bâti­ments, des Maisons du peuple, et ont fait des cours pour tout le monde, éduca­tion auto­nome, soin, nour­ri­ture, etc. À l’époque on a zigouillé ce mouve­ment avec la première guerre mondiale qui a tué énor­mé­ment d’ou­vriers. 
Mais à force d’avoir l’au­to­no­mie alimen­taire, bouf­fer correc­te­ment, avoir des soins, les gens se sont rendus compte à quel points ils étaient mani­pu­lés. Il faut se donner les moyens de l’au­to­no­mie ! Comme on met rien en commun on est seuls à essayer de s’en sortir chacun pour soi ! En 3 semaines la soli­da­rité a déjà donné beau­coup. »

« En tant que citoyen on se sent dépos­sé­dés de plein de choses ! On a tous un degré de compro­mis­sion fort, faut ache­ter de l’es­sence, des vête­ments, etc. c’est dur de renon­cer à ça. Chan­ger nos modes de consom­ma­tions en tant qu’é­co­lo­gistes pour faire du mal à la finance. »

« Y’a pleins de sujets compliqués mais on peut parfai­te­ment s’en passer : le nucléaire, la course aux étoiles, l’arme spatiale, etc ! Y’a pas besoin d’avoir fait bac + 10 pour gérer les choses ! »

« Les élus ont leur demande pas d’avoir une exper­tise, on leur demande de prendre des déci­sions ! »

« Je suis fier du peuple français ! Je suis telle­ment nourri par ce qui se passe ! »

« Vous devriez bloquer les auto­routes, embê­ter les gens riches, ne lais­ser rentrer personnes sur les auto­routes ! »

« Il faut discu­ter aux rond-points ! »

« Avant je ne parti­ci­pais pas mais main­te­nant je vois que c’est bien sensé ! »

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.