Aller au contenu

Myriam Martin sur France 3 Poitou

Élec­tions euro­péennes : Myriam Martin tête de liste Front de Gauche

Et son début de carnet de campagne :

« De Poitiers à Vannes : du 6 mai au 10 mai.

La région ouest est vaste, c’est peu de le dire. Le 6 mai me voilà repar­tie sur les routes, en Poitou Charentes cette fois-ci : direc­tion Poitiers. Les médias s’en­chaînent. Rencontre avec les équipes mili­tantes qui ont préparé le meeting débat du soir. Les camardes « essuient les plâtres » en premier ! En effet, toutes les équipes bossent mais il faut le temps d’éla­bo­rer le maté­riel et de l’im­pri­mer, c’est le travail de l’équipe régio­nale. A Poitiers les cama­rades n’ont donc pas eu le temps de prépa­rer comme ils l’au­raient souhaité. On « stresse » un peu et puis fina­le­ment c’est une belle réunion, la salle est pleine, 150 personnes. Le débat est passion­nant, l’en­thou­siasme est palpable.

Le matin le périple se pour­suit, on se rend à Niort. Confé­rence de presse, on explique l’Eu­rope telle qu’elle est et on étonne des jour­na­listes atten­tifs qui découvrent en partie les consé­quences de la direc­tive des travailleurs déta­chés.

Repas pris on part avec Valé­rie en voiture au nord du dépar­te­ment, l’après midi est char­gée :

A 14 h 30 Jean Pierre nous a préparé la renconte avec le collec­tif de défense de l’offre de soins en nord Deux-Sèvres qui, depuis 10 ans, se bat pour sauve­gar­der trois sites hospi­ta­liers de proxi­mité. Ces sites sont parti­cu­liè­re­ment mena­cés depuis quelques semaines après l’an­nonce de la construc­tion d’un site unique à proxi­mité de Bres­suire et la quasi-ferme­ture des deux autres à Thouars et Parthe­nay. L’échange a permis d’évoquer la néces­saire et perma­nente défense des services publics ainsi que la réduc­tion des dépenses de santé partout en Europe et la priva­ti­sa­tion progres­sive des hôpi­taux publics.

A 15 h 30 rencontre avec le délé­gué des person­nels CGT-hôpi­tal, en lutte pour le main­tien des 1830 emplois sur les trois sites, au moment où la restruc­tu­ra­tion envi­sa­gée aura pour consé­quence la suppres­sion d’au moins 300 postes.

A 16 h 30 début d’une heure de débat avec les respon­sables régio­naux (Poitou-Charentes) et dépar­te­men­taux (79) de la Confé­dé­ra­tion Paysanne, ravis de nous rencon­trer après l’échange fruc­tueux qu’ils avaient eu quelques jours aupa­ra­vant avec Xavier Compain. Discus­sion riche et appro­fon­die sur l’in­dis­pen­sable réforme de la PAC et sur les risques pour notre dépar­te­ment de la dispa­ri­tion à moyen terme de l’éle­vage de la chèvre, spécia­lité deux-sévrienne depuis des décen­nies. Promesse aussi de créer rapi­de­ment en nord Deux-Sèvres un collec­tif STOP-TAFTA à l’ini­tia­tive conjointe de l’as­so­cia­tion du Front de Gauche nord Deux-Sèvres et de la Confé­dé­ra­tion Paysanne.

20 h 15 début du meeting dans la salle déco­rée des affiches de campagne tout juste arri­vées. 70 personnes écoutent atten­ti­ve­ment comment nous allons rompre avec l’aus­té­rité pour recons­truire une autre Europe et la néces­sité de déso­béir aux actuels trai­tés. La parole est ensuite donnée à Jean-Pierre pour un long exposé agré­menté d’un diapo­rama sur le « Grand Marché Tran­sat­lan­tique » (ou TAFTA). Une heure de débats s’en est suivie qui m’a permis d’ex­pli­ci­ter nos posi­tions sur plusieurs problé­ma­tiques dont celle de l’euro.
La discus­sion est parfois vive mais montre une fois de plus que nos conci­toyens et nos cama­rades ont besoin d’échan­ger. Le FDG doit leur offrir un cadre de débat démo­cra­tique. A 23 h 15 il a bien fallu conclure ce qui n’a pas empê­ché de pour­suivre les discus­sions autour d’un verre jusqu’à presque minuit.

8 mai 2014, 8 mai 1945 :
Nous sommes en route vers Vannes. En début de semaine, sans trop de prépa­ra­tion, mais qu’im­porte les cama­rades du Morbi­han pensent qu’il faut marquer le coup : parler de la paix oui ! Mais de ce que la paix et la soli­da­rité entre les peuples signi­fient.

Rendez vous sous la pluie à Males­troit au musée de la résis­tance Bretonne. On obtient l’au­to­ri­sa­tion de filmer notre petite vidéo à l’in­té­rieur ! Dans mon propos je mets en rela­tion cette date et celle de la libéa­rion, et donc du rôle jouée par la résis­tance. On se retrouve après autour d’un verre de cidre.

Vendredi 9 mai : c’est la jour­née de l’Eu­rope. Tous les commen­ta­teurs média­tiques se déso­lent que les euro­péens se méfient…de l’Eu­rope ! En route pour Pondivy, médias à nouveau, j’ex­plique alors pourquoi les euro­péens se méfient de cette Europe libé­rale et anti-démo­cra­tique !

Repas chaleu­reux avec nos cama­rades de Pondivy dont Marie Made­leine qui a orga­nisé la confé­rence de presse. Les crêpes sont déli­cieuses !

Retour à Vannes, le débat avec les autres têtes de liste (en fait 5 autres et moi même) orga­nisé par la maison de l’Eu­rope va commen­cer.
600 personnes assistent au débat. Que dire de ce débat ? D’abord que la ques­tion de l’Eu­rope sociale, de la construc­tion d’une autre Europe ont pola­risé le débat. Et ce malgré les louvoie­ments, le verbiage et la langue de bois qui se sont expri­més plus d’une fois ! Certains cultivent un « entre soi », on montre une certaine compli­cité entre élus parle­men­taires !

On quitte le palais des arts pour un repas des plus convi­viaux entre cama­rades du FDG.

Le séjour à Vannes s’achève.

Prochaine étape lundi 12 mai, Angou­lême ! »

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.